FEDER 2021-2027 : Sélection d’un projet ambitieux pour une Bruxelles plus verte et plus résiliente

Sennette

FEDER 2021-2027 : Sélection d'un projet ambitieux pour une Bruxelles plus verte et plus résiliente

communiqué de presse

1 décembre 2023

A l’initiative du Ministre-Président Rudi Vervoort, le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale a approuvé la sélection d’un projet en réponse à l’appel à projet spécifique pour plus d’espaces verts à dimension régionale du programme FEDER. Un budget de 2.476.835,29 euros sera mis à disposition à cet effet dans le cadre du programme bruxellois FEDER 2021-2027. Le projet sélectionné devra être mis en œuvre au plus tard le 31 décembre 2029 et être opérationnel début 2031.

Pour rappel, le programme bruxellois FEDER a été approuvé par le Gouvernement en juillet 2022. Il a ensuite été soumis à la Commission européenne en septembre 2022, qui l’a approuvé en mars 2023. Avec un soutien de l’Union européenne de 121,3 millions d’euros, le budget total du programme s’élève à plus de 300 millions d’euros, ce qui constitue un cap solide pour soutenir et développer des projets et investissements d’intérêt régional à mettre en œuvre en Région bruxelloise d’ici fin 2029.

Un appel à projets a été lancé en mars 2023 pour assurer la transition vers une Bruxelles plus verte, plus résiliente et à faible émission de carbone.  Avec un accent particulier sur la protection et la préservation de la nature, l’amélioration de la biodiversité et des infrastructures vertes, en particulier dans les zones urbaines pour réduire toutes les formes de pollution. Les projets sélectionnés devaient offrir des espaces verts attrayants pour l’ensemble de la population (familles, passants, navetteurs, touristes, etc.). Les types d’espaces et leur utilisation par les jeunes devaient être pris en compte afin de les rendre plus attractifs pour ce groupe cible.

Les groupes cibles visés par cet appel à projets étaient les administrations régionales et les institutions d’utilité publique, les communes, les titulaires d’un droit réel et les gestionnaires publics ou privés d’espaces verts qui souhaitaient ouvrir ces espaces au plus grand nombre d’habitants. L’opérateur devait être en mesure de fournir des garanties quant au caractère permanent de l’investissement. 

Les projets devaient répondre, entre autres, aux critères suivants :

  • Biodiversité, valeur environnementale et qualité des paysages
  • Dimension régionale et attractivité de l’espace vert
  • La planification est-elle réaliste et garantit-elle que les dépenses seront effectuées avant la fin de l’année 2029 et que les objectifs des indicateurs seront atteints ?
  • Le projet a-t-il un caractère permanent ?
  • Participation des citoyens

Après la phase de sélection du FEDER, le Gouvernement bruxellois a sélectionné un projet pour un montant total de 2.476.835 € sur base de l’appel à projets. 

Bénéficiaire

Nom du projet

Montant Feder + RBC Investissement demandé

Bruxelles Environnement

GR-020719 – Park system Sennette-Ninove

2.476.835,29 €

 

TOTAL

2.476.835,29 € 

Ce subside FEDER 2021-2027 vient compléter la dynamique de développement et d’aménagement – débutée grâce aux moyens financiers du Contrat de rénovation urbaine n° 5 (Heyvaert – Poincaré) et de Beliris – du futur « Parc de la Sennette », parc urbain linéaire qui traverse quatre îlots du quartier HeyvaertIl reliera – à terme –  le parc de la Porte de Ninove à la future Grande Plaine urbaine des Abattoirs tout en desservant le quartier qu’il traverse. Il s’implante sur le tracé de l’ancien lit de la Petite Senne, un ancien bras de dérivation de la Senne. Le long de cet axe structurant viendront s’articuler différents projets immobiliers. Bruxelles Environnement développe le projet depuis plusieurs années et les premiers travaux devraient débuter d’ici la fin 2024.

Le Gouvernement a par ailleurs approuvé le 16 novembre dernier l’attribution du marché public de travaux pour le site « Bougie 34-36 » qui jouxte le tracé du futur parc. 6 nouveaux logements publics et un équipement de proximité verront le jour rue de la Bougie 34-36 dans le cadre du Contrat de rénovation urbaine Heyvaert-Poincaré (CRU 5). Une première concrétisation en matière de logements pour la première vague des Contrats de rénovation urbaine (2017-2024/2026). D’autres attributions, notamment d’espaces verts et publics ou d’équipements collectifs suivront d’ici le mois de juin 2024.

Le projet de parc répond aussi aux ambitions et prescriptions du PAD Heyvaert. Le PAD est un outil de planification stratégique et réglementaire permettant de donner des orientations pour une reconversion du quartier et une amélioration de la qualité de vie et de l’habitat. Au vu de la densité du bâti du quartier Heyvaert, le PAD Heyvaert préconisait la création de ce maillage vert linéaire.

Le Ministre-Président bruxellois Rudi Vervoort, en charge du FEDER et de la Revitalisation urbaine, se félicite de cette sélection : ” Le programme FEDER 2021-2027 offre des opportunités opérationnelles importantes et permet d’amplifier les efforts fournis par notre belle région quant à la qualité de vie des habitants des quartiers densément peuplés. Le projet de Parc de la Sennette remplit à la fois la philosophie et les objectifs défendus par les outils de revitalisation urbaine et ceux du Fonds européen de développement régional. « Une Europe plus verte » en développant des espaces verts de haute qualité environnementale, mais également en renforçant l’attractivité de ces espaces. »

Alain Maron, Ministre de la Transition climatique et de l’Environnement: « Grâce au Feder, le parc de la Sennette va se concrétiser.  Ramener des espaces de nature, de fraicheur et de détente dans les quartiers centraux et denses est difficile vu la pression urbaine, mais c’est une priorité pour moi. Avec le parc de la Sennette, le quartier Heyvaert deviendra bientôt plus vert. Il sera mieux adapté face au dérèglement climatique et ainsi plus agréable à vivre. Rien que pour la première partie du projet, 3.000 m² de sol bétonné seront végétalisés, pour amener des ilots de fraicheur et de la biodiversité au cœur de ce quartier afin d’y améliorer la qualité de vie des habitants. »

BX1 signe son nouveau contrat de gestion avec la COCOF

bx1sign

BX1 signe son nouveau contrat de gestion avec la COCOF

communiqué de presse

16 novembre 2023

Le Ministre-Président Rudi Vervoort en charge de la Culture et des Médias à la COCOF et les responsables de BX1 ont signé ce jeudi le nouveau contrat de gestion liant l’institution francophone bruxelloise et le média régional pour la période 2024-2028. Le contrat de gestion détaille les projets et les missions de BX1 pour ces cinq prochaines années. 

En 2016, Télé Bruxelles devint BX1 pour s’inscrire dans la modernité, affirmer son identité bruxelloise et entrer dans l’ère des médias polymorphes. Le Contrat de gestion 2019-2023 avait dégagé des moyens pour permettre à BX1 d’entamer son hybridation avec le lancement de la première radio publique bruxelloise francophone sous le nom de BX1+ d’abord diffusée en streaming et en DAB+ à partir de 2022. 

Le nouveau contrat de gestion 2024-2028 va permettre à BX1 de poursuivre son évolution en tant média télévisuel, radiophonique et internet basé sur Bruxelles. Il portera toujours  son attention  les enjeux régionaux,  et l’actualité locale, fidèle à sa démarche journalistique indépendante, et développant une programmation variée faisant écho à la diversité de Bruxelles. 

Le contrat de gestion prévoit des moyens nouveaux lorsque BX1 déménagera dans ses nouveaux locaux au bâtiment Frame situé au coeur du Mediapark bruxellois. Des moyens complémentaires sont également prévus pour revaloriser les pigistes de BX1 et investir dans l’hybridation du média. En effet, après la création de sa radio, BX1 va encore renforcer sa présence sur internet et les réseaux sociaux afin de toucher un public nouveau. En effet, aujourd’hui la consommation médiatique de certains publics ne passe plus ni par la télé ni par la radio, il faut donc trouver les canaux de diffusion adéquat. 

Ce contrat de gestion fixe le montant de la dotation annuelle de BX1 à 4,4 millions d’euros. Un montant de 100.000 euros supplémentaire inclus dans la subvention annuelle est toutefois conditionné au déménagement des activités de BX1 au bâtiment Frame dont il couvre le coût d’exploitation une fois BX1 installé au Mediapark. À partir de 2025, le montant de base sera augmenté par l’application d’un mécanisme d’indexation.

« Bruxelles avec son bassin de vie de 1,2 millions d’habitants génère une actualité régionale importante. Disposer d’un média propre qui couvre l’actualité de Bruxelles avec des missions de service public a toujours été pour moi un atout majeur dans la défense de notre Région » souligne Rudi Vervoort, Ministre-Président bruxellois en charge de la Culture et des médias à la COCOF.

« Avec ce nouveau contrat de gestion, BX1 touchera de nouveaux publics qui ne s’informent plus que sur leur smartphone en ayant le moyen de développer la qualité de ses contenus 2.0 et hybrides. Nous avons déjà vu l’augmentation qualitative du travail journalistique mené par les équipes de Jean-Jacques Deleeuw. Grâce à ce contrat de gestion, nous permettons à BX1 de continuer son travail important de valorisation des Bruxellois dans toute leur diversité puisque c’est une attention particulière aux compétitions sportives locales en ce compris le sport au féminin, la valorisation de la scène artistique et culturelle dans tous les quartiers de Bruxelles en ce compris les plus discrets, la mise en avant des citoyens engagés aux quotidiens sur les questions qui font vivre les Bruxelloises et les Bruxellois. » conclut Rudi Vervoort

Pour sa part le Président de BX1, Maroun Labaki, se réjouit de la conclusion de ce nouveau contrat qui sécurise la chaîne pour cinq ans, tout en lui permettant de tenir ses promesses en matière de diversification de ses médias : « Les prochaines années seront déterminantes car le contexte médiatique et économique est très instable. Le soutien indéfectible de la COCOF nous permet d’envisager l’avenir avec sérénité, tant pour notre personnel salarié que pour nos collaborateurs extérieurs. Mais surtout, il nous garantit la possibilité d’accomplir notre mission de média de service public bruxellois. En ces temps de discorde et d’inquiétude, il est plus que jamais important de garantir le droit du public à une information de qualité, fiable, complète, avec le seul intérêt général pour boussole. »

FEDER 2021-2027 : 5 projets sélectionnés pour héberger des publics fragilisés

2022-12-07_BANNER_EVENT_FR

FEDER 2021-2027 : 5 projets sélectionnés pour héberger des publics fragilisés

communiqué de presse

10 novembre 2023

A l’initiative du Ministre-Président Rudi Vervoort, le Gouvernement bruxellois a approuvé – pour un budget de 8,7 millions – la sélection des 5 projets de la programmation bruxelloise du FEDER 2021-2027 suite à l’appel à projets concernant le financement de nouvelles places de logement ou d’hébergement intégré dans des structures destinées à des publics fragilisés en Région bruxelloise. Ces 5 projets viennent renforcer les politiques menées par le Gouvernement bruxellois en matière de lutte contre les violences faites aux femmes, le sans-abrisme et les assuétudes.

Pour rappel, le programme bruxellois FEDER, soutenu par l’Union européenne à hauteur de 121,3 millions d’euros,  s’élève à plus de 300 millions d’euros, ce qui fixe une ligne de route solide pour soutenir et développer des projets et des investissements d’intérêt régional, à réaliser en Région bruxelloise d’ici fin 2029.

Comme le précédent programme FEDER, l’innovation et le soutien des PME continueront d’être des axes majeurs de la nouvelle programmation. En outre – s’inscrivant dans les priorités définies par l’UE – le Gouvernement régional bruxellois a également choisi d’investir dans les économies d’énergie, notamment par la rénovation énergétique des logements et des bâtiments publics, dans la numérisation des services publics et enfin dans les équipements collectifs notamment ceux de nos quartiers en difficulté et en pénurie d’infrastructures collectives.

Un appel à projet a été lancé en janvier 2023 spécifiquement pour augmenter le nombre de places d’accueil, sur l’ensemble du territoire régional, pour des publics fragilisées pour lesquels les solutions de logement classique ne répondent pas ou mal à leurs besoins.

Ainsi, l’appel à projet avait pour groupe cible des personnes en situation de handicap (dont l’autisme), des jeunes enfants et des jeunes en situation d’errance et/ou de rupture familiale, des publics confrontés à des situations de détresse physique, psychologique, économique (dont les victimes de violences intrafamiliales), des publics précarisés.

Quant aux projets d’hébergements, ils devaient être de type « logement individuel » ou « logement familial » ( les projets de logements collectifs  ne pouvaient être éligibles) et s’inscrire dans un projet global d’intégration du public visé (financé hors Programme FEDER), visant à tout le moins l’aide sociale et une recherche de solutions individualisées pérennes. 

Suite à l’appel à projets et sur base des phases de sélection de la direction FEDER, 5 projets ont été retenus par le Gouvernement bruxellois avec un montant global de plus de 8.7 millions d’euros au bénéfice de ces projets  :

 

 

Noms des projets

Bénéficiaires

Publics cible visé 

Montants Feder+ RBC

1.

Projet Montenegro

Agence Immobilière sociale Saint-Gilloise Théodore Verhaegen

Publics précarisés ( Familles et personnes sans-abris)

€ 810.000

2

Construction d’une maison d’accueil pour femmes victimes de violence familiale

Commune de Molenbeek-Saint-Jean

Publics confrontés à des situations de détresse physique, psychologique, économique

€ 3.466.278

3

La Braise Hébergement

Asbl la Braise

Personnes en situation de handicap

€ 1.284.000

4

La Nova Casa Vesta

Fair Ground Brussels

Publics confrontés à des situations de détresse physique, psychologique, économique.

€ 1.403.820,50

5

Centre IN-Centre intégré pour usagers de drogues en situation de grand précarité

Bruxelles Synergie-(SPRB),SAU, Safe.brussels, Transit asbl, Régie

Publics précarisés (drogues)

€ 1.824.605,56

Ces 5 projets sélectionnés devront être mis en œuvre au plus tard pour le 31 décembre 2029 et être opérationnels pour début 2031.

Le Ministre-Président bruxellois Rudi Vervoort, en charge du FEDER se réjouit de cette sélection : « La programmation FEDER est une opportunité tant pour la Région bruxelloise que pour les porteurs de projets. Garantir l’accès au logement, à la santé et lutter contre les inégalités sociales sont des priorités pour mon Gouvernement. Grâce à cette sélection de projets, nous allons pouvoir améliorer davantage l’intégration socio-économique des Bruxellois fragilisés, précarisés qui se retrouvent souvent sans solutions et je pense notamment à la resocialisation d’anciens toxicomanes. »

Les résultats de la sélection des projets – notamment pour les objectifs stratégiques du Feder 2021-2027, « développement d’infrastructures de recherche et d’innovation permettant un saut qualitatif » ou encore « rénovation énergétique des équipements collectifs des pouvoirs publics et des logements sociaux existants » – seront présentés au Gouvernement bruxellois dans les prochaines semaines.

 

Déclaration de politique générale prononcée par le Ministre-Président – jeudi 19 octobre 2023

dpg 2023

Déclaration de politique générale prononcée par le Ministre-Président - jeudi 19 octobre 2023

communiqué de presse

19 octobre 2023

Monsieur le Président,

Cher(e)s collègues,

Mesdames et Messieurs les Députés,

 

Je ne peux commencer cette allocution sans évoquer l’attentat qui a touché notre capitale ce lundi soir. 

 

Je voudrais d’abord, au nom du Gouvernement bruxellois, présenter nos plus sincères condoléances au Gouvernement et au peuple suédois, et tout particulièrement aux familles et proches des deux victimes.

 

Ce lundi noir, un homme en a tué deux autres, simplement parce qu’ils portaient un maillot qui les identifiaient comme citoyens d’un pays contre lequel cet homme nourrissait une haine issue de prétendus préceptes religieux. 

 

Cet acte ignoble porte en lui la négation de nos valeurs les plus fondamentales en ce qu’il ôte la vie d’un être humain au simple prétexte de sa nationalité, au nom de précepte religieux dévoyés.  

 

On aimerait que cet acte puisse être qualifié de délire d’un individu malade.  Mais on sait que ce délire est provoqué, guidé, attisé par une propagande haineuse déployée notamment sur le net, via les réseaux.  Une propagande qui utilise le mensonge, pour exciter la haine envers la Suède. 

Et au-delà de la Suède, c’est notre modèle démocratique que l’on vise. 

C’est la liberté d’opinion, la liberté d’expression, le libre choix de sa vie intime que l’on attaque. 

C’est la primauté de la loi civile sur la loi religieuse que l’on conteste.

Et c’est notre modèle de vivre ensemble démocratique que l’on veut ébranler. 

Ce sont les mêmes manipulations à l’œuvre quand des mensonges sont répandus sur la mise en œuvre de l’Education à la vie sexuelle et affective à l’école pour effrayer des parents, pour fracturer notre société. 

 

Mais nous ne cèderons pas.  Nos démocraties résisteront au fanatisme, ce monstre qui ose se dire le fils de la religion [Voltaire]. Et Bruxelles ne cèdera rien de son modèle de vivre-ensemble pacifique.

 

Comme Bruxelles s’est relevée des attentats en 2015-2016, la vie a repris déjà après cet acte, certes moins ravageur, mais issu du même obscurantisme.  Bruxelles n’a pas cédé à la peur. 

 

Grâce à une bonne communication avec les autorités fédérales – et j’en remercie ici le Premier Ministre – toutes les mesures de sécurité nécessaires ont été prises, sans entraver outre mesure la vie de nos citoyens.

Je veux devant vous, représentants élus des Bruxellois, remercier vivement nos forces de l’ordre et toutes les disciplines de la sécurité, qui se sont mobilisées pour assurer la neutralisation rapide du tueur et la protection de nos citoyens.   Je veux aussi adresser un remerciement à tous ceux qui ont continué à véhiculer nos concitoyens ce soir-là, malgré le danger diffus d’une menace non localisée.  Je pense bien sûr aux taxis, qui ont vu la voiture d’un des leurs, qui venait de déposer les victimes, prise pour cible par le tireur.  Je pense évidemment aussi aux chauffeurs de la STIB, qui ce lundi soir ont permis aux Bruxellois, et notamment ceux coincés au Stade Roi Baudoin, de rentrer chez eux en sécurité, et dès le mardi matin, très tôt, de se rendre au travail.

 

Mais c’est toutes les Bruxelloises et tous les Bruxellois que je dois remercier de n’avoir pas cédé à la peur, mais d’avoir respecté les consignes de prudence et de vigilance,
sans panique,
sans que la ville ne s’éteigne,
sans que la vie ne reflue,
sans concéder un centimètre de terrain au terrorisme. 

Les Bruxellois sont courageux, dignes et solidaires.

 

Ces Bruxellois, Mesdames, Messieurs, ont droit à la sécurité et la tranquillité.  Si lundi les forces de l’ordre, zones de police et police judiciaire comme les autres services concernés, ont remarquablement travaillé, nous constatons depuis longtemps à quel point justice et police bruxelloises manquent de moyens. Face au terrorisme, à la grande criminalité organisée, aux mafias de la drogue, au trafic international d’armes, à la traite des êtres humains, il faut doter nos services d’enquête de moyens humains, techniques et financier de loin supérieurs.  Le procureur Fédéral a sonné l’alarme quand les services ont percé le réseau SKY-ECC et découvert l’ampleur du danger que représente pour nos démocraties l’infiltration de ces mafias.  Violence extrême, corruption, chantage, menaces.  Nos services de police et judiciaire sont sous pression dans nos grandes villes. Nous l’avons répété cet été face à la situation autour de nos grandes gares, dans lesquelles le trafic de drogue prend une place certaine.  Certains ont voulu n’y voir qu’un parapluie que Bruxelles ouvrait face à quelques « gouttes ».  Il s’agit bien plus que des gouttes mais un déluge de violence et d’argent criminel qui nous menace.  Et il ne s’agit pas de s’opposer à l’Etat fédéral dans un ping-pong stérile, mais de donner à nos services de sécurité les moyens indispensables à leur travail.

Mesdames, Messieurs, j’en appelle à ce Parlement : au-delà de nos désaccords politiques ne soyons pas aveugles face à la réalité du danger.  Et soyons unis pour réclamer des moyens pour nos services de police bruxellois.  La Région fera sa part, en augmentant encore les montants qu’elle consacre, hors de toute compétence et responsabilité institutionnelles, à doter la Police Judiciaire Fédérale de Bruxelles notamment de matériel informatique et technologique de pointe, par le biais de Safe.brussels.

De même, dans le cadre du Plan pour rétablir la sécurité et la tranquillité autour de la Gare du Midi, nous faisons notre part, en prévoyant notamment de nouveaux budgets pour la prise en charge des personnes dépendantes.  4 M€  seront dégagés pour ouvrir une nouvelle salle de consommation à moindre risque, ainsi qu’un espace d’accueil résidentiel pour le public très précaire souffrant d’assuétudes.

La Région bruxelloise est à la recherche d’un porteur de projets pour la zone dédiée à la « vie collective » du site des Dames Blanches

Dames blanches

La Région bruxelloise est à la recherche d’un porteur de projets pour la zone dédiée à la « vie collective » du site des Dames Blanches

communiqué de presse

2 octobre 2023

La Région bruxelloise et la commune de Woluwe-Saint-Pierre sont à la recherche d’un porteur de projets afin d’activer la zone dédiée à la « vie collective » sur le site des Dames Blanches. Cet appel à projets constitue une étape importante pour l’avenir du quartier, désignant un candidat concessionnaire pour une période de 15 ans. Citydev.brussels, en tant que représentant du Guichet régional des occupations temporaires, sera le pouvoir adjudicateur.

Le terrain, situé Avenue des Dames Blanches à Woluwe-Saint-Pierre et bordant la forêt de Soignes, s’étend sur une superficie de 9 hectares. Le protocole d’accord signé en 2021 par la Région bruxelloise, la SLRB et la commune de Woluwe-Saint-Pierre qui définit les principes de développement du site prévoit une première zone d’environ 5 ha vouée à accueillir 200 nouveaux logements sociaux et acquisitifs et une deuxième zone d’environ 2,5 ha destinée à la mise à disposition d’activités collectives au service de la vie de quartier.

La consultation du panel citoyen, orchestrée par la commune de Woluwe-Saint-Pierre, indique la volonté de créer de nouvelles cohésions sociales à travers une mosaïque d’activités diverses valorisant le site dans ses dimensions sociales, nourricières, agricoles, pédagogiques, récréatives et environnementales.

L’ambition est d’en faire un lieu convivial, ouvert sur le quartier, investi et utilisé par et pour les citoyens, de tout âge ou niveau socio-économique, encourageant l’échange, l’accueil et le partage.

Les documents sont accessibles sur le site web www.temporary.brussels. Les porteurs de projets pourront introduire leur candidature jusqu’au 22 décembre 2023 à 12h.

Rudi Vervoort, Ministre-Président bruxellois, en charge du Développement Territorial : « Le lancement de cet appel à projets marque une étape importante et très concrète pour le développement durable du site des Dames Blanches. Il a été le résultat d’une collaboration productive et constructive entre acteurs régionaux, qui sera mise au service des riverains et des futurs habitants. La valorisation de ce site, via le Guichet des Occupations Temporaires, permet d’exprimer le plein potentiel de ce type d’opérations, vectrices de liens et de cohésions sociales au sein des quartiers. »

Barbara Trachte, Secrétaire d’Etat à la Transition économique et à la Recherche scientifique  : « Je me réjouis du développement de cette occupation temporaire d’envergure, qui a été rendu possible grâce au travail du Guichet des Occupations Temporaire. Les occupations temporaires sont un outil particulièrement intéressant pour tout entrepreneur souhaitant lancer ou tester une activité économique. Je me réjouis que celle du site des Dames Blanches permette ainsi de tester et de développer des projets agroécologiques portés par les riverains.»

Nawal Ben Hamou, Secrétaire d’Etat au Logement : « Ce projet constitue une preuve supplémentaire que la construction de logements à finalité sociale, 200 unités qui verront le jour dans les années à venir, est toujours une opportunité pour le voisinage, pour « faire quartier », pour développer des activités qui profiteront à toutes et tous dans une réelle perspective de cohésion sociale. Ce projet bénéficiera tant aux riverains qu’aux habitants de la future cité-jardin prévue sur le site de Dames Blanches. Je me réjouis de connaître le projet qui sera porté, à la rencontre d’enjeux sociaux, environnementaux et économiques. »

Benoit Cerexhe, Bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre : «  Je suis très heureux de l’avancement de ce volet de la concrétisation du projet des Dames blanches. Plus de 25.000 mètres carrés vont être dédiés à la vie collective pour accueillir des projets divers dans un cadre naturel. Pendant 40 ans, ce dossier était synonyme de projets négatifs pour les habitants. Je me réjouis qu’à présent, il soit une vraie plus-value. On va offrir aux habitants le plus grand nouvel espace vert de la commune. C’est un chapitre enthousiasmant qui s’ouvre.»

Hébergement touristique : le Gouvernement bruxellois approuve l’avant-projet d’ordonnance

hébergement transmigrants

Hébergement touristique : le Gouvernement bruxellois approuve l’avant-projet d’ordonnance

communiqué de presse

28 septembre 2023

A l’initiative du Ministre-Président en charge du Tourisme Rudi Vervoort, l’avant-projet d’ordonnance sur l’hébergement touristique a été approuvé en dernière lecture ce jeudi par le Gouvernement bruxellois. Cet avant-projet qui a pour objectif de remplacer l’ordonnance du 8 mai 2014, sera prochainement soumis au Parlement bruxellois.

L’avant-projet résulte d’une évaluation et d’une large concertation avec l’ensemble des acteurs du secteur de l’hébergement (les 19 communes bruxelloises, le SIAMU, les syndicats des locataires et des propriétaires, la Ministre du logement, etc.). 

Le résultat de l’avant-projet d’ordonnance sur l’hébergement touristique est un point d’équilibre entre deux objectifs :

  • d’une part, encadrer et permettre l’exercice d’une activité économique en toute sécurité ;
  • et d’autre part, limiter les effets les plus négatifs qui pourraient en découler.   Le texte vise ainsi à mieux protéger le logement en évitant que celui-ci entre en concurrence avec une offre d’hébergement touristique anarchique au mépris des règles applicables en la matière.

Un enregistrement préalable à l’activité est maintenu pour permettre de réaliser les objectifs généraux de l’avant-projet d’ordonnance de manière réaliste et efficace tels que :

  • La protection de l’accès au logement. En encadrant l’activité d’hébergement touristique, on limite les conséquences de la mise à disposition, à des consommateurs, de biens qui sont par ce fait retirés – temporairement ou définitivement – du marché locatif à des fins d’habitation.
  • La protection des exploitants en uniformisant et simplifiant les procédures afin d’éviter d’éventuelles inégalités de traitement en instaurant plus de transparence dans le traitement des dossiers.
  • La protection des nouveaux exploitants en vérifiant préalablement certains éléments afin d’éviter aux futurs exploitants de faire des investissements qui pourraient être perdus, ou générer d’autres obligations à cause par exemple, d’une non-conformité au Plan régional d’aménagement au sol (PRAS).
  • La protection des destinataires de services, notamment au niveau sécurité et incendie.
  • La protection de la qualité de vie des habitants et des riverains en vérifiant la concordance de l’exploitation avec le bon aménagement des lieux afin d’éviter que des activités économiques peu compatibles s’implantent dans des quartiers destinés au logement.

Les procédures ont été adaptées et simplifiées proportionnellement aux diverses situations.

A titre d’exemple, on peut citer de manière non exhaustive : 

  • Un assouplissement pour l’obtention de l’accord de la copropriété lequel pourra être supposé sans opposition formelle, après notification des exploitants.  Ce qui est un gain de temps pour l’exploitant.
  • Le système d’attestation incendie a été harmonisé avec celui qui prévaut pour les maisons de repos. Les demandeurs pourront aussi introduire des demandes de dérogation sans devoir au préalable faire un recours contre une décision de refus du Bourgmestre.
  • Un régime d’attestation de sécurité temporaire a été mis en place afin de permettre le début d’une exploitation dans l’attente d’une mise aux normes de petits travaux.
  • Des organismes seront agréés par le gouvernement bruxellois afin de pouvoir délivrer des attestations de contrôle simplifié ; cela soulagera le SIAMU et accélérera le traitement des dossiers.
  • La durée de validité des attestations de sécurité est allongée à 8 ans (au lieu de 5 ans ).

Ces assouplissements sont compensés par un renforcement des sanctions, lesquelles sont aussi modulées selon la gravité des manquements ou infractions afin d’assurer le respect des procédures.

Rudi Vervoort, Ministre-Président en charge du Tourisme se réjouit de cette décision : « Cette future ordonnance va permettre un équilibre entre l’exercice d’une activité économique et la protection du logement ordinaire et de son accès dans notre Région. Elle apporte également des assouplissements et des améliorations à la législation actuelle et poursuit de nombreux objectifs que nous nous sommes fixés tels que la protection des destinataires de service (sécurité), la protection de la qualité de vie des habitants, la préservation de l’image de Bruxelles, l’encadrement de la concurrence dans ce secteur mais aussi la protection des futurs exploitants ».

Inauguration de l’Ecole Jules Verne et du Lycée Alternatif Bruxellois Marie Curie à Anderlecht

ecole jules verne

Inauguration de l’Ecole Jules Verne et du Lycée Alternatif Bruxellois Marie Curie à Anderlecht

communiqué de presse

26 septembre 2023

Aujourd’hui, Rudi Vervoort, Ministre-Président bruxellois en charge de l’Enseignement de la COCOF a inauguré les nouveaux bâtiments de deux écoles sur le campus du CERIA à Anderlecht : l’Ecole Jules Verne et le Lycée Alternatif Bruxellois (LAB) Marie Curie. Le Ministre-Président était accompagné de Caroline Désir, Ministre de l’Education de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de Frédéric Daerden, Vice-Président du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles et Ministre des Infrastructures et bâtiments scolaires et de Barbara Trachte, Ministre-Présidente de la COCOF.

L’école Jules Verne est une école DOA (Degré d’Observation Autonome) de premier degré et accueille des élèves depuis septembre 2021.

Le LAB Marie Curie est une école de 2ème et 3ème degré et a ouvert ses portes pour la première fois le 28 août 2023, accueillant des élèves de 3ème année. L’établissement étendra progressivement son offre et ouvrira d’année en année (de la 3e à la 6e année de l’enseignement secondaire).

Les pédagogies actives, à la base des enseignements dans les deux écoles, visent à créer un environnement dans lequel l’élève est « acteur-auteur » de ses apprentissages.  L’élève sera appelé à dessiner son propre parcours dans une approche personnalisée et en intégrant d’importantes dynamiques de collaboration, afin de transformer les classes en « collectif apprenant ». Elles ont pour ambition de préparer leurs élèves aux enjeux majeurs du 21e siècle ; elles portent une attention toute particulière à la démocratie participative, à l’inclusion et au développement personnel.

A terme, les deux écoles accueilleront 1.200 élèves.  

Afin de correspondre au mieux aux ambitions pédagogiques de la COCOF, le nouvel ensemble scolaire s’inscrit dans un projet architectural et paysager innovant, dans la continuité et la réinterprétation du Campus du CERIA, proposant des architectures où le déplacement, l’activité, le développement personnel et les loisirs de l’élève occupent une place centrale. Le nouveau complexe scolaire comprendra :

  1. Les deux écoles secondaires d’enseignement général ;
  2. Une importante composante « sport » avec la réalisation de trois plateaux sportifs (rénovation du hall sportif existant et création de deux nouvelles salles attenantes aux deux écoles) ;
  3. La réalisation d’équipements complémentaires, tels que des serres pédagogiques, un réfectoire, des potagers, un kiosque ;
  4. Un nouveau parc paysagé.

Le projet s’inscrit dans une optique de durabilité, avec des bâtiments écoresponsables, notamment en ce qui concerne la Performance énergétique des bâtiments (PEB) ou la gestion des eaux. L’ambition est également d’accentuer le caractère vert du site en enrichissant sa biodiversité au travers de la création d’une zone humide, de potagers, d’un verger, etc.

 

Le budget du projet global avoisine les 40 millions d’euros, avec près de 14,5 millions d’euros de subventions de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

« Avec l’ouverture de ces deux écoles, la Cocof répond au besoin de nouvelles places pour l’enseignement à Bruxelles. C’est une excellente nouvelle pour les familles. Je me réjouis également de l’optique de durabilité qui a prévalu pour la construction de ces nouveaux bâtiments », a commenté Barbara Trachte, Ministre- présidente de la COCOF.

« Avec ce projet innovant et ambitieux, la COCOF, en qualité de Pouvoir Organisateur, prend sa part dans l’effort collectif des pouvoirs publics pour répondre à la tension démographique et au manque persistant de places scolaires dans l’Ouest de la Région Bruxelloise. Aujourd’hui, les deux écoles accueillent environ 400 élèves ; d’ici 5 ans, ils seront 1200. Ce nouvel ensemble scolaire propose aux jeunes de la Région un enseignement public de qualité, inclusif, en immersion néerlandaise et dans une approche pédagogique innovante », se réjouit le Ministre-Président bruxellois Rudi Vervoort, en charge de l’Enseignement de la COCOF.

Frédéric Daerden, Ministre des Infrastructures et bâtiments scolaires de la F édération Wallonie-Bruxelles : « Ce nouveau campus, par son projet pédagogique et son architecture créative, constitue un lieu d’apprentissage idéal mais également une fenêtre ouverte sur son environnement et son quartier. Par son ampleur, ce subside de 14,5 millions € représente un des investissements scolaires les plus importants réalisés ces dernières années en Région bruxelloise ».

Caroline Désir, Ministre de l’Education de la Fédération Wallonie-Bruxelles : Avec l’inauguration de ces bâtiments, il est donné pleinement aux jeunes de Bruxelles une voie supplémentaire et innovante pour construire leur citoyenneté et leur participation à notre société. Si l’inauguration de ces nouveaux bâtiments représente une excellente nouvelle, c’est aussi parce qu’elle constitue une réponse à un double défi qui s’impose à la région bruxelloise depuis plusieurs années. D’une part, le défi démographique et d’autre part le défi pédagogique ».

Brussels Days : la Région bruxelloise s’exporte à Madrid et Barcelone !

BRUSSELS days spain

Brussels Days : la Région bruxelloise s’exporte à Madrid et Barcelone !

communiqué de presse

18 septembre 2023

Chaque année, la Région bruxelloise se pare de ses plus beaux atours et part conquérir le cœur d’une nouvelle grande métropole à l’occasion des Brussels Days. Pour la 17e édition de cet événement international majeur, Bruxelles prend la direction non pas d’une, mais de deux métropoles en Espagne :  Madrid et Barcelone !

Les Brussels Days 2023 sont menés par le Ministre-Président de la Région bruxelloise Rudi Vervoort, en charge du Tourisme et de l’Image de Bruxelles,  et la Secrétaire d’Etat aux Relations européennes et internationales et au Commerce extérieur Ans Persoons. Une importante délégation bruxelloise d’une quarantaine d’opérateurs touristiques et d’entreprises participera également aux Brussels Days à Madrid et Barcelone du lundi 18 au vendredi 22 septembre 2023.

Organisés chaque année depuis 2006 dans une ville différente, les Brussels Days visent à renforcer le positionnement de la Région bruxelloise sur la scène internationale, à valoriser son économie, son potentiel touristique et à mettre en avant ses talents, ses richesses culturelles et son art de vivre grâce à l’action des opérateurs régionaux Visit.brussels, Brussels International et hub.brussels.

Les opérateurs régionaux ont concocté un riche programme qui permettra aux différents professionnels bruxellois, madrilènes et barcelonais de discuter, de partager et de collaborer.

Cette édition se concentrera principalement sur les secteurs suivants : 

  • Le Tourisme : une douzaine d’opérateurs culturels et touristiques majeurs accompagneront la délégation et auront l’occasion de vendre leur attractivité auprès des opérateurs touristiques madrilènes et barcelonais.
  • La Construction durable : des visites de projets exemplaires en cours ou existants à Barcelone seront organisées où nos entreprises bruxelloises pourront trouver de l’inspiration. Des échanges d’expertises auront lieu lors d’un séminaire sur la décarbonation, une thématique sur laquelle Bruxelles dispose d’une excellente expertise et expérience. 
  • L’Entrepreneuriat féminin (Women in Tech) : Un protocole d’accord de coopération entre l’Association belge des femmes Chefs d’entreprises (FCE) et l’Association espagnole nationale des Femmes Entrepreneures (ASEME) est prévu pour favoriser les échanges et les collaborations bruxelloises et espagnoles. Des tables rondes en présence de Be Central, Girleek et Furth’er seront également organisées.
  • L’Audiovisuel : l’objectif est d’échanger et de collaborer entre organismes bruxellois et espagnols en faveur de l’entreprenariat féminin dans l’audiovisuel et de favoriser les co-productions entre nos villes. Les associations bruxelloises « Elles font des films » et « Elles tournent » seront présentes pour apporter leurs expertises lors des tables rondes.
  • La Fintech : un  séminaire organisé à Madrid, réunira des experts du secteur afin de positionner Bruxelles comme un hub Fintech de premier plan en Europe et d’attirer un maximum d’entreprises espagnoles à investir et à s’implanter dans notre Région.
  • Le Patrimoine : mise en lumière des liens entre le modernisme catalan et l’Art Nouveau bruxellois, dont nous célébrons les 100 ans cette année, avec le vernissage de l’exposition digitale (NFT) des œuvres de la maison Hannon réalisée par une artiste espagnole.
  • La Culture : l’objectif est de mettre en valeur la richesse et la créativité de la scène artistique et culturelle bruxelloise. Ainsi, une fresque murale urbaine réalisée par le street artiste et pochoiriste bruxellois Jonathan Pauwels (aka Jaune) sera réalisée sur l’Avenida de Bruselas à Madrid. Et le futur musée d’art contemporain de Bruxelles, KANAL s’exportera avec deux compagnies bruxelloises de renommée internationale pour une performance au MACBA, le célèbre musée d’art contemporain de Barcelone.

Cette mission sera aussi l’occasion d’inaugurer la deuxième Brussels House à Barcelone, après celle de Milan inaugurée en février dernier. L’objectif des Brussels Houses est simple : permettre aux pépites bruxelloises de se développer à l’international dans les meilleures conditions possibles et sans investissement particulier. Elles constituent une vitrine économique et touristique de la Région et représentent une occasion unique de présenter des produits à une clientèle internationale et de trouver de nouveaux partenaires locaux.

Des rencontres officielles du Ministre-Président et de la Secrétaire d’Etat tant avec les autorités madrilènes que catalanes sont également à l’ordre du jour. Elles devront permettre d’échanger sur les défis urbains communs aux grandes métropoles : le tourisme de masse et l’hébergement touristique, la mobilité, la durabilité, l’urbanisme, ou encore le patrimoine.

Rudi Vervoort, Ministre-Président de la Région bruxelloise, en charge du Tourisme et de l’Image de Bruxelles : « Ces Brussels Days ont pour moi un objectif principal : celui de renforcer les liens entre Bruxelles, Madrid et Barcelone. Le choix des deux plus importantes villes espagnoles en termes économique et touristique, découle du fait que l’Espagne représente le 3e marché touristique le plus important pour la Région bruxelloise et le 10e pays d’exportation de biens bruxellois et de services belges, qui sont largement issus de la Région bruxelloise. Il est donc indispensable de promouvoir nos atouts sur le plan touristique, mais également sur le plan économique, culturel et patrimonial. Grâce à nos opérateurs Visit Brussels, Brussels International, Hub Brussels et aux entrepreneurs,  créateurs et  artistes, les Brussels Days sont une véritable vitrine de notre savoir-faire dans bien des domaines à l’étranger. Je me réjouis de mettre nos Bruxelloises et Bruxellois à l’honneur ! » 

« Pour ma première mission à l’étranger, je n’aurais pu rêver mieux que les Brussels Days ! Je suis profondément convaincue que Bruxelles est notre meilleure carte de visite à l’international. Nous devons davantage être fiers de notre ville, fiers d’être Bruxellois.es et de notre Brussels way of life ! » déclare Ans Persoons, Secrétaire d’Etat bruxelloise aux Relations européennes et internationales et au Commerce Extérieur. « En Espagne, via des rencontres et de nombreuses visites, notre objectif est de faire rayonner Bruxelles, présenter nos entreprises et talents, en particulier féminin, et promouvoir notre identité bruxelloise via la culture et le patrimoine. Notre ambition est d’ouvrir des portes, renforcer nos relations, attirer des investissements et amplifier notre attractivité touristique et culturelle. L’ouverture de la seconde Brussels House à Barcelone symbolisera ainsi parfaitement ce travail de promotion de notre Région lors de ces Brussels Days ! »

Le PAD Défense : Un nouveau quartier durable et un parc paysager sur l’ancien site de l’OTAN

Defence otan

Le PAD Défense : Un nouveau quartier durable et un parc paysager sur l’ancien site de l’OTAN

communiqué de presse

14 septembre 2023

A l’initiative du Ministre-Président Rudi Vervoort, le Gouvernement bruxellois a approuvé ce jeudi, en première lecture, le projet de Plan d’Aménagement Directeur (PAD) Défense. Celui-ci détermine les grands principes urbains qui façonneront la reconversion du site de la Défense et de ses environs.

Le vaste site de la Défense s’étend sur environ 90 hectares le long de l’avenue Léopold III, partiellement sur le territoire de la Région bruxelloise (communes d’Evere et Ville de Bruxelles) et sur le territoire flamand (commune de Zaventem). La libération du site, par le déménagement des activités de l’OTAN en mai 2017 et le projet annoncé pour le nouveau QG de la Défense le long de l’avenue Léopold III, crée l’opportunité de développer la zone et ses environs afin de requalifier cette entrée de ville. Le site accueillera le nouveau quartier général de la Défense, un parc paysager métropolitain de plus de 45 hectares, des activités économiques, des logements et des équipements publics. Citydev est un acteur important du développement de la zone dont l’activité productive doit être renforcée.

Aujourd’hui, les terrains appartiennent à la Défense et abritent une école européenne provisoire ainsi que le procès des attentats. La réalisation du plan est prévue à moyen et long terme et se fera progressivement, au gré des différents projets.

Un cadre commun ambitieux pour le développement du site entre les Régions bruxelloise et flamande

Conformément à un accord entre la Région bruxelloise et la Région flamande, une collaboration innovante et exemplaire a été mise en place entre les deux administrations régionales, perspective.brussels et Departement Omgeving, pour élaborer un cadre commun pour le développement du site et ses environs.

Ceci a résulté en l’élaboration d’un projet de PAD, côté bruxellois, et d’un projet de GRUP (Gewestelijk Ruimtelijk Uitvoeringsplan), côté Flandre. Le GRUP a été approuvé le 14 juillet dernier en 1ère lecture par le Gouvernement flamand.

Cette approche coordonnée concerne plus de 200 hectares d’espaces ouverts contigus dans les régions et crée un poumon vert unique au nord-est de la capitale. Ce futur espace boisé sera développé de manière écologique et sera accessible aux riverains, aux promeneurs et aux cyclistes.

Dans le cadre de cette mission, perspective.brussels est accompagné d’une équipe pluridisciplinaire composée du bureau d’architectes XDGA, des architectes paysagistes Michel Desvigne Paysagistes, de Tractebel et d’E-biom.

Quatre objectifs principaux sont poursuivis par l’aménagement de ce site :

  • Valoriser et relier les espaces ouverts de la zone avec le développement d’un parc paysager métropolitain de plus de 45 hectares (dont 15 hectares sur le territoire bruxellois) ;
  • Déployer un réseau métropolitain de mobilité active, avec de nouvelles liaisons entre la Promenade Verte et des itinéraires pour le RER vélo ;
  • Créer un nouveau quartier durable et mixte le long du boulevard Léopold III en s’appuyant sur un environnement vert de haute qualité ;
  • Consolider et renforcer les dynamiques économiques de cette zone très attractive vu sa localisation sur le corridor aéroportuaire, avec 150 000 m2 d’activité économique (mêlant tertiaire et productif) et 50.000 m2 d’équipements, services, commerces, horeca.

Le projet se propose aussi d’étudier la pertinence d’encourager, dans un environnement d’espaces ouverts verdurisés et agréables, la création d’immeubles de bureaux proposant une typologie recherchée par des firmes internationales intéressées par cet axe stratégiqued’entrée de ville entre le Quartier européen et l’aéroport en passant par le siège de l’OTAN.

Le projet de PAD sera soumis à l’enquête publique en concordance avec le GRUP, dès cet automne. Les documents seront consultables sur le site web de perspective.brussels et en version papier et dans les administrations communales.

Rudi Vervoort, Ministre-Président bruxellois, en charge du Développement Territorial : « L’approbation  en première lecture du projet de PAD et de GRUP témoignent de la qualité du partenariat interrégional qui s’annonce prometteur pour la suite. Le projet de PAD réussit à trouver l’harmonie parfaite entre la renaturisation du territoire et la requalification de cette entrée de ville via le développement d’un nouveau quartier urbain durable. L’ouverture au public du site de la Défense permet la création d’espaces aux paysages variés et aux usages diversifiés. Le futur quartier sera exemplaire en matière d’intégration écologique, de mobilité durable, d’économie circulaire et de conception énergétique et acoustique des bâtiments. Ceci permettra à notre région de développer une véritable vitrine emblématique le long de cette entrée de ville importante ! »

Antoine de Borman, CEO de perspective.brussels : « Le projet permet de mobiliser cette entrée de Bruxelles pour le transformer en nouveau quartier mixte et durable, entouré par un grand espace vert récréatif qui fait le lien entre la Région bruxelloise et la Région flamande. »

Gare du Midi : Le Gouvernement bruxellois pleinement engagé pour la sécurité et la cohésion sociale, appelle le fédéral à accueillir tous les demandeurs d’asile conformément à la loi

gare du midi

Gare du Midi : Le Gouvernement bruxellois pleinement engagé pour la sécurité et la cohésion sociale, appelle le fédéral à accueillir tous les demandeurs d’asile conformément à la loi

communiqué de presse

31 août 2023

Le Gouvernement bruxellois, réuni ce jeudi, s’engage pleinement, dans un cadre de coopération loyale avec le Gouvernement fédéral, à assurer la sécurité et la cohésion sociale sur son territoire.  Il demande que les solutions concrètes et de coopération entre niveau de pouvoir développées dans le cadre du plan pour la Gare du Midi puissent être transposées à la Gare du Nord et aux stations de métro et leurs abords touchés par des situations similaires. Le gouvernement bruxellois appelle le Gouvernement fédéral à assurer l’accueil de tous les demandeurs d’asile conformément à la loi.

Le Gouvernement bruxellois s’est réuni pour faire le point sur la coordination des actions visant à rétablir la sécurité et la tranquillité à la Gare du Midi, et sur la situation de certaines gares et stations de métro en Région de Bruxelles-Capitale.

Première métropole de Belgique et capitale, Bruxelles connait une situation socio-économique caractéristique, dont la dualité d’une ville grande productrice de richesse mais qui héberge des populations précarisées, concentrées dans certains quartiers, notamment autour des gares.  La Région bruxelloise et les communes assument leurs compétences pour faire face à cette réalité sociale.  Ainsi, le volet bruxellois du plan d’action actuellement en élaboration en ce qui concerne la situation de la Gare du Midi, est constitué également d’actions déjà en cours. Mais d’autres compétences institutionnelles doivent être mobilisées pour répondre aux problématiques de sans-abrisme et d’insécurité, à savoir celles du Gouvernement fédéral.

Le Gouvernement bruxellois s’inscrit donc pleinement dans le travail de coordination de toutes les compétences, entamé depuis peu.

Mais il s’inquiète particulièrement qu’au moment même où ce travail est mené, l’annonce soit faite de la fin de l’accueil des hommes seuls demandeurs d’asile par Fedasil. Cette décision, si elle était suivie d’effet, entraînerait immanquablement des conséquences lourdes pour Bruxelles.  La très grande majorité de ces personnes se concentre en effet à Bruxelles, du fait de la localisation unique des institutions d’enregistrement des demandes d’asile.

En effet, le Gouvernement bruxellois doit constater que depuis plusieurs années, la situation socio-sanitaire et la sécurité de plusieurs quartiers se dégradent du fait de facteurs sur lesquels n’a que peu de prise et compétence institutionnelle, notamment le trafic de drogue et la criminalité qui l’accompagne, ainsi que la présence de très nombreuses personnes sans abri, demandeuses d’asile ou sans titre de séjour. 

Le Gouvernement bruxellois n’a eu de cesse d’attirer l’attention des autorités fédérales sur cette question. Il rappelle notamment son courrier d’octobre 2021, consacré aux « difficultés que pose l’absence de prise en compte de la situation des personnes sans titre de séjour sur le territoire de la Région bruxelloise », adressé au Premier Ministre, à la Ministre de l’Intérieur, et au Secrétaire d’Etat à l’accueil des demandeurs d’asile.

Ce courrier se concluait ainsi :

Pour l’ensemble de ces raisons, le Gouvernement de la Région bruxelloise prie instamment le Gouvernement fédéral :

–          D’assurer l’accueil des arrivants, en les orientant vers des procédures de régularisation juridique de leur situation de séjour, en ce compris des itinéraires légaux pour l’accès au travail ; et notamment au sein d’un centre d’accueil et d’orientation à créer en Région bruxelloise ;

–          D’assurer une réponse plus rapide, et cohérente, aux demandes d’asile ;

–          De renforcer le personnel de la police fédérale dans et autour des gares qui accueillent un grand nombre des personnes sans-abris au sens large (sans abris, sans papier, migrants « en transit »), et ;

–          D’assurer la prise en charge financière des dépenses liées à l’hébergement et aux repas déjà consenties par la Région bruxelloise depuis 2019.

Le Gouvernement bruxellois est prêt, comme il l’a toujours été, à collaborer avec le Gouvernement fédéral dans cette approche.

Le Gouvernement Bruxellois constate que deux ans plus tard, les constats posés par ce courrier se sont aggravés et que les demandes d’action n’ont été suivies d’aucun effet, hormis la convention entre Fedasil et la Région bruxelloise pour la couverture de 1500 places d’accueil que Bruxelles avait, de fait, déjà assuré préalablement.

L’aggravation de la situation affecte gravement les habitants de Bruxelles, les navetteurs qui rejoignent Bruxelles pour travailler, et les visiteurs de Bruxelles.

Bruxelles est la capitale nationale, de la Région flamande et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, et donc l’image du pays tout entier ; aucun pouvoir public belge ne devrait tolérer la dégradation des conditions de vie et de sécurité dans la capitale et particulièrement autour des portes d’entrée que sont les grandes gares. Le Gouvernement bruxellois consacre toutes ses ressources à l’amélioration de la qualité de vie sur son territoire. Il souhaite pouvoir collaborer pleinement avec le gouvernement fédéral et toutes les entités fédérées pour faire face ensemble aux enjeux de sécurité et de cohésion sociale sur son territoire, qui rejaillissent sur toute la Belgique.

Le Gouvernement Régional de Bruxelles-Capitale s’inscrit avec volontarisme et loyauté dans la conception du plan de coordination pour la sécurité et la viabilité de la Gare du Midi et demande au Gouvernement fédéral :

  • De transposer à la Gare du Nord et aux stations de métro et leurs abords touchés par des situations similaires les solutions et coopération développées ;
  • En particulier, que soit trouvée une solution assurant une réelle présence policière dans les stations de métro, que les effectifs insuffisants de la Police des Chemins de fer (SPC) ne permet pas d’assurer ;
  • De renforcer les moyens de la police judiciaire et du parquet pour lutter contre le trafic de drogue et la grande criminalité qui y est liée ;
  • De ne pas appliquer l’annonce de la décision du non-accueil des hommes seuls demandeurs d’asile et que tout soit mis en œuvre pour que tout demandeur d’asile reçoive l’aide matérielle, conformément aux obligations internationales de la Belgique et au droit belge et européen, et ce en recourant à la solidarité nationale par la mise en œuvre d’un plan de répartition nationale.