Share the City : le Gouvernement bruxellois valide les orientations stratégiques de la modification du PRAS

logo_sharethecity_rgb_2

Share the City : le Gouvernement bruxellois valide les orientations stratégiques de la modification du PRAS

communiqué de presse

28 juin 2024

Le PRAS, le Plan Régional d’Affectation du Sol, est un outil essentiel pour l’aménagement du territoire. Il détermine par îlot et pour chaque parcelle de la Région bruxelloise, si celle-ci  est constructible ou non et à quoi elle est destinée (habitat, commerces, zone naturelle…).

Depuis 2001, le PRAS n’avait fait l’objet que de modifications partielles. Confié à Perspective, le processus de modification du PRAS – dénommé Share the City – est à l’œuvre depuis 2021. L’enjeu est de pouvoir disposer d’un outil de planification territorial qui permette à la Région bruxelloise de s’adapter aux évolutions sociales et environnementales en cours et à venir.

Ainsi, le Gouvernement bruxellois a validé les orientations stratégiques de la modification du PRAS, ainsi que l’ensemble des études qui les soutiennent. Véritables boussoles des travaux juridiques et techniques à venir, ces orientations stratégiques ont été rédigées sur la base d’une large concertation avec le public, la société civile, les experts des administrations, des communes et des universités. Elles déterminent le cap à donner à la modification, les grands thèmes incontournables qu’elle devra traiter.

Les orientations stratégiques, au nombre de 14, abordent de manière complémentaire et intégrée les différents défis auxquels la Région bruxelloise doit répondre. Elles sont regroupées en 3 priorités :

 

  • Climat et biodiversité : la modification du PRAS doit tenir compte des enjeux climatiques, de préservation du vivant et favoriser l’émergence d’une Région économe en énergie, sobre dans son usage du sol, productrice d’énergie renouvelable et agréable à vivre.
  • Justice sociale : la modification du PRAS doit permettre à chacune et chacun d’avoir accès à un logement adapté à ses besoins, d’y trouver à proximité des services collectifs, de fréquenter des espaces ouverts qualitatifs, de vivre dans des quartiers qui favorisent le vivre ensemble.
  • Économies urbaines : la modification du PRAS poursuit l’objectif de stimuler les activités économiques et le non-marchand dans l’espace urbain et ainsi générer emploi, animation et richesse dans un cadre partagé et profitable à toutes et tous.

La modification du PRAS en elle-même, qui consiste en un travail technique et juridique à conforter par des études et une évaluation environnementale, interviendra ultérieurement. Elle sera soumise à enquête publique.

 

« Le processus Share The City, engagé par Perspective depuis plusieurs mois, apporte à la Région un premier diagnostic concerté et une feuille de route pour la modification du PRAS. Les orientations stratégiques, validées par le Gouvernement bruxellois, confirment le cap donné à Perspective pour poursuivre de manière ouverte et inclusive le travail d’adaptation de la Région aux défis environnementaux, sociaux et économiques. » indique Rudi Vervoort, Ministre-Président bruxellois en charge du Développement territorial.

 

« Le travail est encore long mais ces orientations stratégiques constituent un pas important en avant pour identifier quels sont les défis auxquels le PRAS doit répondre“ complète Antoine de Borman, directeur général de Perspective.

 

Les prochaines étapes à venir sont :

  • Le travail de définition et de formulation des prescriptions et des cartes donnant suite aux orientations stratégiques ;
  • L’avant-projet de PRAS sur base des échanges, des objectifs stratégiques, des études, des expertises et des évaluations ;
  • Le projet de PRAS qui sera soumis au Gouvernement et à enquête publique ;
  • Et finalement, le nouveau PRAS.

La modification du PRAS est une mission qui comprend de nombreuses étapes. Elle a été initiée sous cette législature 2019-2024 mais trouvera son aboutissement durant la prochaine législature.

 

En savoir plus : https://perspective.brussels/fr/outils-de-planification/plans-et-programmes-dinitiative-regionale/pras/share-city-la-grande-modification-du-pras

9 projets sélectionnés pour un budget de plus de 36 millions d’euros pour la rénovation énergétique d’infrastructures publiques, les investissements au profit des PME et la mise en place de 3 outils financiers

2022-12-07_BANNER_EVENT_FR

9 projets sélectionnés pour un budget de plus de 36 millions d’euros pour la rénovation énergétique d’infrastructures publiques, les investissements au profit des PME et la mise en place de 3 outils financiers

communiqué de presse

4 juin 2024

A l’initiative du Ministre-Président Rudi Vervoort en charge des Fonds européen, le Gouvernement a approuvé, pour un budget de plus de 36 millions, la sélection de 9 projets de la programmation bruxelloise du FEDER 2021-2027 suite aux appels à projets concernant les investissements au profit des PME et la rénovation énergétique de bâtiments des pouvoirs publics régionaux et communaux et à l’attribution des 3 marchés publics liés à la mise en place d’instruments financiers.

Ces 9 projets sélectionnés viennent renforcer les politiques menées par le Gouvernement bruxellois en matière de transition énergétique et d’atténuation du changement climatique, de transformation économique renforçant la croissance durable et la compétitivité des PME et la création d’emploi dans les PME dans des secteurs porteurs de l’économie bruxelloise et enfin, la mise en place et la gestion de 3 outils financiers de financement des entreprises innovantes en early-stage, d’octroi de (micro-) crédits pour les personnes indépendantes, les TPE et les PME et d’allocations de prêts avantageux en faveur des entreprises coopératives ou d’économie sociale. Ces projets s’ajoutent aux 63 autres projets déjà sélectionnés par le Gouvernement bruxellois.

« Cette nouvelle série de sélection permet de compléter la palette des aides octroyées, notamment pour des domaines importants pour la région bruxelloise : l’aide aux PME et la transition énergétique », déclare le Ministre-président Rudi Vervoort en charge des fonds européens.

Pour rappel, le programme bruxellois FEDER, soutenu par l’Union européenne à hauteur de 121,3 millions d’euros, s’élève à plus de 300 millions d’euros, ce qui fixe une ligne de route solide pour soutenir et développer des projets et des investissements d’intérêt régional, à réaliser en Région bruxelloise d’ici fin 2029.

 

  • Les investissements au profit des PME 

Un appel à projet a été lancé au printemps 2023 pour apporter un soutien à l’économie bruxelloise dans des domaines porteurs, soit en termes de volumes d’activité et d’emploi, en termes d’évolution et d’opportunités pour les travailleurs de la Région, soit encore en termes de transition économique, de choix stratégiques pour Bruxelles et d’évolution de sa démographie. L’objectif est d’anticiper et d’accompagner le développement et les transformations des secteurs d’activités porteurs pour l’économie bruxelloise, afin de favoriser la création d’emplois des Bruxellois.

Suite à l’appel à projets, 8 candidatures ont été reçues. Sur base des phases de sélection de la direction FEDER et d’experts externes, 3 projets ont été retenus avec un montant global de près de 13 millions d’euros (voir annexe). Les 3 projets sélectionnés travailleront dans des domaines aussi diversifiés que la création de PME dans le secteur de l’alimentation durable, de l’économie circulaire ou encore de la transition écologique des sociétés.

Barbara Trachte, Secrétaire d’Etat de la Transition économique : « Hub logistique alimentaire “Good Food”, incubation en étages de projets d’économie circulaire, soutien aux industries culturelles et créatives : ces projets du FEDER relatif à l’investissement dans les PME vont permettre d’amplifier encore la transition économique en Région bruxelloise. Plus que jamais, la Shifting Economy s’inscrit dans la durée pour transformer l’économie bruxelloise sur le plan environnemental et social. »

 

  • La rénovation énergétique des infrastructures des pouvoirs locaux et régionaux

Ce 2e appel à projets pour cet objectif stratégique lancé à l’été 2023, permet de favoriser les investissements de toute nature permettant la réalisation d’économies d’énergie dans des bâtiments publics appartenant aux pouvoirs publics régionaux et locaux. Les investissements en lien avec la durabilité environnementale (toiture verte, recyclage, …) sont aussi pris en considération. Les bâtiments concernés peuvent toucher l’ensemble des affectations (administrations, équipements collectifs etc.). Les actions financées devront se traduire par une amélioration de la classe énergétique desdits bâtiments tertiaires. Cet appel à projets a retenu l’attention de nombreuses entités régionales et communales. Pas moins de 11 candidatures ont été introduites et 3 projets ont été retenus pour un montant global de 8 millions d’euros.

« L’objectif stratégique ‘une Europe plus verte, résiliente et à faibles émissions de carbone’ bénéficie du budget le plus important dans le programme bruxellois du FEDER 2021-2027 avec plus de 83 millions de subvention », explique le Ministre-président Rudi Vervoort en charge des fonds européens. « Cette deuxième série de sélection pour l’objectif d’amélioration des performances énergétiques des bâtiments publics régionaux et communaux a, à nouveau, attiré de nombreux candidats. Les non-sélectionnés auront une ultime chance dans le 3e appel à projets en cours. »

Pour Alain Maron, ministre bruxellois de la Transition climatique et de l’Energie : « En finançant la rénovation énergétique des bâtiments publics, on allège les factures d’énergie et c’est de l’argent public qui peut être réinvesti pour de meilleurs services aux Bruxelloises et Bruxellois. Et on améliore très concrètement le confort des occupants et usagers de ces lieux publics.  Notre objectif est d’accélérer la transition énergétique des bâtiments et d’amplifier la lutte contre le dérèglement climatique. »

 

  • Trois outils financiers pour soutenir la valorisation de la recherche et de l’innovation, aider à la création et au développement des TPE et soutenir les coopératives et entreprises sociales

Un marché public a été lancé à l’automne 2023 afin de désigner le ou les intermédiaires financiers capables d’assurer une gestion adéquate et efficiente de tels produits financiers. Brustart by finance&invest.brussels  a remporté le lot 1 consacré à la mise en œuvre et la gestion d’un instrument financier de financement des entreprises innovantes en early-stage ; Brusoc by finance&invest.brussels sera l’opérateur pour le lot 2 dont l’objet est la mise en œuvre d’un instrument financier d’octroi de (micro) crédits pour les personnes indépendantes, TPE et PME ; enfin Crédal a été désigné pour le lot 3 œuvrant à la mise en œuvre d’un instrument financier d’allocation de prêts avantageux, capital et quasi-capital en faveur des entreprises coopératives ou de l’économie sociale ( voir annexe).

 

« Les instruments financiers ont une importance considérable dans un programme tel que le FEDER mais aussi pour toute l’économie des TPE, PME et entreprises coopératives et sociales de la Région bruxelloise » précise le Ministre-président Rudi Vervoort. « Grâce à ces prêts, prises de capitale ou encore micro-crédits, c’est tout un effet levier qui est mis en place pour des sociétés et entreprises qui, autrement, n’auraient pu avoir recours aux crédits d’investissements classiques. Le FEDER est une vraie aubaine pour aider ces entreprises à différents stades de leur développement, mais aussi représente un potentiel non négligeable d’aides à la croissance et à la création d’emplois dans notre belle région. »

 

Annexe :  Tableaux des projets sélectionnés

Investissements au profit des PME : 

 

Bénéficiaire

Nom du projet

Secteurs

Montant Feder + RBC

1

Citydev

Greenbizz II

Commerce, artisanat et industrie locale ; filières d’économie circulaire ; (agriculture urbaine)

9.000.000,00€

2

Commune de Schaerbeek

La Lustrerie

Non spécifique (mais média, culture, tourisme de loisirs et d’affaires (MICE) particulièrement identifié)

1.605.182,53€

3

Bruxelles Env./ Citydev

Hub alimentaire

Filières d’économie circulaire, Social, Agro-alimentaire, Commerce Horeca

2.282.474,37€    

 

 

 

TOTAL

12.887.656,90 €

 

La rénovation énergétique des infrastructures des pouvoirs locaux et régionaux : 

 

Bénéficiaire

Nom du projet

Priorité passoire énergétique

Montant Feder + RBC 

1

Commune d’Etterbeek 

Rénovation énergétique de la piscine Espadon d’Etterbeek

Oui (E)

2.644.732,58 €

2

CPAS d’Ixelles 

Refonte de l’ancien Hospice Van Aa

Oui (E)

2.740.305,00 €

3

Commune de Schaerbeek

Rénovation du bâtiment sis rue Verte 216

Oui (E-)

2.614.962,42 € 

 

 

 

TOTAL

8.000.000,00 €

 

Les outils financiers : 

 

Bénéficiaire

Nom du projet

Montant Feder + RBC 

1

Brustart by finance&invest

Mise en œuvre et la gestion d’un instrument financier de financement des entreprises innovantes en early-stage 

4.035.479.95 €

2

Brusoc by finance&invest.brussels

Mise en œuvre d’un instrument financier d’octroi de (micro)crédits pour les personnes indépendantes, TPE et PME

9.351.181,40 €

3

Crédal 

Mise en œuvre d’un instrument financier d’allocation de prêts avantageux, capital et quasi-capital en faveur des entreprises coopératives ou de l’économie sociale

2.337.795,00 €

 

 

TOTAL

15.724.456,35 €

 

 

Le futur centre d’entrainement des écoles bruxelloises de la sécurité, de la prévention et du secours prend forme

safe

Le futur centre d’entrainement des écoles bruxelloises de la sécurité, de la prévention et du secours prend forme

communiqué de presse

29 mai 2024

Après avoir décidé de construire une caserne centrale (État-Major) pour le Service d’Incendie et d’aide médicale urgente (SIAMU) sur le site du Port Business Park et d’y rassembler l’ensemble des formations dédiées aux métiers de la sécurité, de la prévention et du secours, le Gouvernement bruxellois franchit une nouvelle étape. Il vient en effet de valider les modalités de financement de la cession et de l’aménagement intérieur du bâtiment situé avenue du Port 94-98, en vue d’y accueillir le futur centre d’entrainement de ces écoles.

Si l’intégration des écoles des services de sécurité, de la prévention et du secours bruxellois au sein du nouvel Etat-major du SIAMU permettra déjà de nombreuses synergies opérationnelles et économies par la mise en commun d’importantes infrastructures de formation et de logistique, il restait à compléter le dispositif par des outils plus spécifiques à certaines écoles comme la création d’un espace d’entrainement dédié à la réalité virtuelle de plus de 600m². C’est la raison pour laquelle la SAU, qui agit déjà comme maître d’ouvrage délégué pour la construction de l’Etat-major, s’était porté acquéreur du bâtiment afin d’y déployer les surfaces d’entraînement nécessaires.

En effet, le bâtiment, d’une superficie de 8074 m², situé à moins de 300 mètres du site prévu pour l’État-major, correspond à la fois aux besoins d’entraînement pour les activités de sécurité, prévention et secours.

Suite à la décision du gouvernement, la SAU va maintenant lancer un marché d’auteur de projet en vue de transformer le bâtiment existant en centre d’entrainement. La fin des travaux est prévue pour 2029.

A dater du 1er janvier 2025, Safe.brussels sera doté d’un nouveau département « formations » et participera à ce titre au suivi du projet.

Le Hub humanitaire, qui occupe actuellement le bâtiment dans le cadre de ses services pluridisciplinaires à destination de publics précarisés, vient de voir son contrat d’occupation temporaire confirmé ce 27 mai 2024, et ce jusque fin 2025.

Rudi Vervoort, Ministre-Président de la Région bruxelloise : « Ce projet stratégique renforcera l’infrastructure de formation des métiers de la sécurité à Bruxelles, tout en optimisant l’utilisation des ressources financières et matérielles déjà allouées. Le Gouvernement bruxellois confirme son engagement à soutenir les écoles de sécurité et à améliorer les conditions de formation pour les futurs professionnels du secteur ».

Sophie Lavaux, Directeur général de safe.brussels : « La formation des métiers de la sécurité et du secours est un enjeu majeur en Région bruxelloise. Ce nouveau centre d’entrainement sera une réelle plus-value pour les différents acteurs impliqués dans la gestion de crise. Il renforcera notre engagement à assurer une réponse rapide et efficace en cas d’urgence ». 

Gilles Delforge, Directeur de la SAU : « Au nom de la SAU, je suis honoré par la confiance que le Gouvernement nous accorde dans la réalisation de ce projet d’ampleur inédit à Bruxelles. En tant que maître d’ouvrage de la construction du nouvel Etat major et du centre d’entraînement, la SAU pourra garantir la meilleure intégration possible des différentes fonctions. Ce bâtiment sera rénové en l’adaptant aux besoins de ses futurs usagers et en respectant les normes environnementales les plus ambitieuses pour ce type de rénovation ».

FEDER 2021-2027 : 24 projets sélectionnés par le Gouvernement bruxellois pour les appels à projets « investissement numérique », « rénovation énergétique des logements sociaux » et « recherche et innovation »

2022-12-07_BANNER_EVENT_FR

FEDER 2021-2027 : 24 projets sélectionnés par le Gouvernement bruxellois pour les appels à projets «investissement numérique», «rénovation énergétique des logements sociaux» et «recherche et innovation»

communiqué de presse

22 avril 2024

A l’initiative du Ministre-Président Rudi Vervoort en charge du FEDER, le Gouvernement bruxellois a approuvé, pour un budget de près de 64 millions, la sélection de 24 projets de la programmation bruxelloise du FEDER 2021-2027 suite aux appels à projets concernant le développement de nouveaux outils numériques publiques, l’amélioration des capacités de recherche et d’innovation et l’amélioration de la performance énergétique des logements sociaux et modérés.  Ces 24 projets viennent renforcer les politiques menées par le Gouvernement bruxellois en matière de numérisation des services publics, d’aide à la recherche et à l’innovation, et de rénovation des logements sociaux bruxellois et s’ajoutent aux 39 autres projets déjà sélectionnés par le Gouvernement. 5 autres appels à projets FEDER devraient voir leur sélection aboutir d’ici début juin 2024.

Pour rappel, le programme bruxellois FEDER, soutenu par l’Union européenne à hauteur de 121,3 millions d’euros,  s’élève à plus de 300 millions d’euros, ce qui fixe une ligne de route solide pour soutenir et développer des projets et des investissements d’intérêt régional, à réaliser en Région bruxelloise d’ici fin 2029.

« Depuis l’été 2023, pas moins de 29 appels à projets ont été lancés par le Gouvernement régional bruxellois dans le cadre du programme FEDER 2021-2027 »,précise Rudi Vervoort, Ministre-président en charge des fonds européens. « Près de la moitié ont déjà été vus leur sélection approuvée. Les autres suivront dans les semaines et mois à venir. »

 

 

Le développement de nouveaux outils numériques publiques

Un appel à projet a été lancé à l’automne 2023 spécifiquement pour développer de nouveaux outils numériques publiques à destination des citoyens, entreprises et pouvoirs publics.

Ces projets contribueront à la transition numérique qui vise à faire de Bruxelles une Smart City qui accroît le bien-être des citoyens, leur ouvre des opportunités sur le plan professionnel, facilite les interactions avec les administrations et stimule le dynamisme économique.

 

Suite à l’appel à projets, 20 candidatures ont été reçues. Sur base des phases de sélection de la direction FEDER et d’experts externes, 9 projets ont été retenus par le Gouvernement avec un montant global de près de 26 millions d’euros (voir liste des projets en annexe). Les opportunités offertes par les développements digitaux sont réelles et le secteur public bruxellois s’est naturellement déjà intéressé à ceux-ci. Mais ces processus de connectivité du service public requièrent des moyens importants, surtout pour développer des produits de qualité, pensés avec et au bénéfice des « clients » (citoyens, entreprises et autres pouvoirs publics) de ce secteur. Les 9 projets sélectionnés travailleront dans des domaines aussi diversifiés que l’Intelligence artificielle, la mobilité, les services aux citoyens, l’environnement ou le tourisme. Les  9 projets sélectionnés devront être mis en œuvre au plus tard pour décembre 2029 et être opérationnels pour début 2031.

 

Bernard Clerfayt, Ministre de la Transition numérique :  « Le numérique pour tous, c’est plus qu’un slogan. C’est un objectif. Aujourd’hui, la numérisation des administrations offre de gigantesques opportunités pour améliorer la qualité du service rendu au public. Il s’agit donc d’exploiter tout ce que l’informatique permet pour faciliter la vie des Bruxellois, notamment en automatisant certains droits. »

 

L’amélioration des capacités de recherche et d’innovation

Cet appel à projet lancé à l’été 2023 a pour objectif de soutenir des projets qui démontrent une contribution spécifique à l’amélioration des capacité de recherche et d’innovation ainsi qu’à l’utilisation des technologie de pointe en Région bruxelloise. Les projets sélectionnés devront aussi viser spécifiquement l’une des actions suivantes : 1/ renforcer le soutien aux projets de recherche appliquée coopératifs et co-créatifs – 2/ soutenir les projets d’accompagnement et de soutien à l’innovation sociale s’adressant aux PME et visant les grands défis sociétaux – 3/soutenir les projets d’accompagnement et de soutien à l’innovation favorisant l’exemplarité environnementale des PME et visant la transition écologique et circulaire d’entreprises existantes ou encore 4/ soutenir la mobilisation et la mise en œuvre au sein des politiques publiques des résultats de la recherche académique et universitaire ayant produit des connaissances spécifiques utiles pour apporter des réponses aux enjeux bruxellois.

13 candidatures ont été reçues pour des demandes de plus de 33 millions d’euros, majoritairement dans le domaine d’innovation stratégique (DIS) « santé et soins personnalisés et intégrés ». Au vu du budget disponible pour cet objectif spécifique, 4 projets ont été retenus par le gouvernement pour un montant global de plus de 12 millions d’euros dont 2 projets impliquant plusieurs universités bruxelloises ( voir en annexe).

 

Barbara Trachte, Secrétaire d’Etat à la Transition économique et de la Recherche scientifique : « La RDI est un des piliers de l’économie bruxelloise puisque notre Région est « Innovation leader » au niveau de l’Union européenne. Grâce à un écosystème fort composé notamment d’universités, de centres de recherche et d’entreprises innovantes, de nombreux projets émergent. Ces projets osent sortir des sentiers battus en investissant les domaines de la santé, de l’économie sociale, de la lutte contre la pauvreté ou encore de la transition économique. Je suis très heureuse de voir ces projets soutenus par des Fonds européens. Cela va permettre d’amplifier les mesures qui mettent l’économie au service des Bruxellois·es ! »

 

La performance énergétique des logements sociaux et modérés

Cet appel à projets a pour objectif de soutenir l’amélioration de la performance énergétique du parc de logement locatif social et modéré existant. Il est donc destiné aux propriétaires de logements sociaux ou modérés situés sur le territoire de la Région bruxelloise.

Les actions financées au titre de cet appel à projets devront obligatoirement se traduire par une amélioration de la classe énergétique des logements concernés.

Cet appel à projets a retenu l’attention de nombreuses entités régionales et communales. Pas moins de 22 candidatures ont été introduites pour des demandes plus de 2,5 fois le budget disponible pour cet appel à projets. La moitié des candidatures ont été retenues par le Gouvernement avec un montant global de plus de 25 millions d’euros. Grâce au soutien de l’Europe et de la Région bruxellois dans le cadre du FEDER 2021-2027, plusieurs centaines de logements publics verront d’ici 2029 leur performance énergétique améliorée et les factures d’énergie des locataires réduites. Sept communes sont concernées par la présente sélection. (voir en annexe).

 

Nawal Ben Hamou, Secrétaire d’Etat au Logement : “L’actualité récente l’a encore démontré : quand on voit la part conséquente que de nombreux ménages consacrent à leurs factures d’énergie, il est primordial d’agir sur les performances énergétiques d’un bâti bruxellois que l’on sait vieillissant. Je me réjouis de constater que l’appel d’offre a remporté un franc succès, c’est une excellente nouvelle tant pour la planète que pour les factures des milliers d’habitants de ces logements publics.”

Alain Maron, Ministre bruxellois de l’Energie : « Grâce à ce fonds, nous alimentons de 25 millions EUR supplémentaires notre stratégie de rénovation durable du bâti bruxellois RENOLUTION. La performance énergétique de plusieurs centaines de logements publics va ainsi être améliorée d’ici 2029. Ce qui va permettre de réduire durablement les factures d’énergie des locataires, qui connaissent souvent des difficultés financières. En donnant la priorité à l’isolation de logements sociaux, on améliore la qualité de vie de leurs habitantes et habitants, et on répond à un impératif de justice sociale. »

Le Ministre-Président bruxellois Rudi Vervoort, en charge des fonds européens se réjouit de toutes ces sélections : « La programmation FEDER est une opportunité tant pour la Région bruxelloise que pour les porteurs de projets. Les projets sélectionnés ici sont d’autant plus importants qu’ils bénéficieront – en fin de compte – directement aux citoyens, notamment dans le cadre de l’amélioration des performances énergétiques de leur logement ou encore dans le cadre de la recherche oncologique. »

 

Annexe :  Tableaux des projets sélectionnés

  • Investissement numérique : 

 

Bénéficiaire

Nom du projet

Thématique

Montant FEDER + RBC Investissement octroyé

1

VUB

BrusselAir 

Intelligence Artificielle & Robotique

8 000 107,62 €

2

ULB

Développement d’un outil numérique d’aide à la décision médicale partagée et son application dans le cadre de la vaccination de la personne âgée contre le RSV

Santé

1 088 965,67 €

3

Bruxelles Mobilité

Zinnek’Hub

Mobilité (aux besoins des citoyens et des entreprises)

1 831 038,00€

4

 

CIRB

SINCRHO NEXTGEN 

Services à la population et services sociaux, à la e-santé, et à l’amélioration des échanges de données.

2 060 313,85 €

5

Ville de Bruxelles

Accélération vers “BRUssels embraCEs you! (BRUCE) 2.0”

Portail comme passerelle pour les citoyens

4 117 703,00 €

6

Bruxelles Environnement

Digithèmes-Environnement

Traitement et suivi des permis d’environnement

2 943 260,00 €

7

Bruxelles Mobilité

CENTAURES

Mobilité (Surveillance et gestion des infractions liées à la mobilité)

1 722 546,00 €

8

Visit.brussels

Traduction (texte et audio) assistée par IA pour les visiteurs dans les musées bruxellois dans les 24 langues officielles de l’UE et les langues principales d’usage dans la Région

Tourisme

1 681 619,29€

9 

Visit.brussels

BRUSSELS SMART CITY CARD

Tourisme

2 507 872,45€

 

 

 

TOTAL

25.953.425,88

 

 

  • Amélioration des capacités de recherche et d’innovation

 

Bénéficiaire 

Nom du projet

Montant Feder + RBC Investissement octroyé

1

ULB  /  VUB  /  Institut Jules Bordet

UZ Brussel  /  Sciensano  /  Patient Expert Center

ONCO.CARE

4.848.704,05 €

2

Université Saint-Louis Bruxelles

Beamm.brussels

2.198.177,28 €

3

Solidarité des Alternatives Wallonnes et Bruxelloises (SAW-B)

Coopcity  /  Crebis – Le Forum  /  EVA-BXL  /  Credal  /  Financité

La Fabrique à initiatives bruxelloise

4.379.107,00 €

4

Atelier Groot Eiland

Werkervaring transport & logistiek en voedselverwerking in een stedelijke verwerkings-en distributiehub

732.598,00 €

 

 

TOTAL

12.158.586,33 €

 

 

  • Amélioration de la performance énergétique des logements sociaux et modérés

 

 

Nom du projet

Bénéficiaire

Priorité passoire énergétique

Montant Feder 

+ RBC Investissement proposé

1

Rénovation énergétique des trois bâtiments comprenant 63 logements sociaux.

Administration Communale de Saint-Gilles – service Régie Foncière

Oui

971.763,24

2

Rénovation de huit logements situés à 1030 Schaerbeek et
appartenant au CPAS de Schaerbeek

CPAS de Schaerbeek

Oui

420.343,08

3

Rénovation en site occupé, de l’enveloppe extérieure et des techniques, intégrant les principes d’économie circulaire, d’un bâtiment de 93 logements sociaux

Le Logement Molenbeekois

Oui

2.537.123,12

4 

C45 – Versailles Phase 1. Travaux de rénovation, isolation, d’enveloppes, installation d’un système de ventilation et rénovation de certains composants architecturaux et techniques intérieurs d’un ensemble de bâtiments de logements sociaux.

Le Logement Bruxellois

Non

5.386.269,32

5 

Rénovation des 84 appartements du site de « La Pointe »

Le Logis-Floréal

Non

3.048.467,00

6

Rénovation complète de la Cité Liverpool, située rue de Liverpool 14 à 22 à  Molenbeek-Saint-Jean

Le Logement Molenbeekois

Oui

1.196.733,74

7

C48 – Versailles Phase IV.  Travaux de rénovation, isolation, d’enveloppes, installation d’un système de ventilation et rénovation de certains composants architecturaux et techniques intérieurs d’un ensemble de bâtiments de logements sociaux.

Le Logement Bruxellois

Non

6.961.228,28

8

Clos Saint Martin – rénovation lourde de 15 maisons et réaménagement du site

Lojega

Oui

744.294,41

9

Vanderveken – Renovation lourde de deux immeubles à appartements

Lojega

Oui

404.879,46

10

Rénovation énergétique de 4 bâtiments de 10 logements à Saint-Gilles

Le Foyer du Sud

Oui

2.948.769,13

11

Campenhout – rénovation énergétique de l’enveloppe

Comensia 

Oui

1.040.070,22

 

 

 

TOTAL

25.659.941,00 €

 

Le PAD Défense : Feu vert pour un nouveau quartier durable et un parc paysager sur l’ancien site de l’OTAN

pad defense

Le PAD Défense : Feu vert pour un nouveau quartier durable et un parc paysager sur l’ancien site de l’OTAN

communiqué de presse

14 avril 2024

A l’initiative de Rudi Vervoort, Ministre-Président bruxellois en charge du Développement territorial, le projet de Plan d’Aménagement Directeur (PAD) Défense a été approuvé définitivement par le gouvernement bruxellois ! Ce PAD détermine les grands principes urbains qui façonneront la reconversion du site de 90 hectares, qui se situe à cheval sur le territoire de la commune d’Evere et la Ville de Bruxelles.

Le site de la Défense est quant à lui, stratégiquement situé à la frontière entre la Région bruxelloise et la Région flamande. Les quelques 75 hectares qui se libéreront après le déménagement du Quartier Général de la Défense offrent une opportunité unique de façonner un nouveau développement durable et innovant. Un scénario partagé a donc été élaboré par perspective.brussels (pour la Région bruxelloise) et le « Département Omgeving » (pour la Région flamande).

Aujourd’hui, les terrains appartiennent à la Défense et abritent une école européenne provisoire ainsi que les grands procès. La réalisation du plan est prévue à moyen et long terme et se fera progressivement, au gré des différents projets.

 

Une situation avec un grand potentiel 

Le site est actuellement bordé par des vastes zones économiques, des cimetières et le Woluweveld. C’est une situation unique qui incite la requalification de cette entrée de ville emblématique (et du pays vu la proximité de l’aéroport national) axé autour du paysage, de l’économie, de l’institution et de la ville habitée.

 

Pour ce faire, Perspective.brussels  a élaboré un Plan d’Aménagement Directeur (PAD). Celui-ci établit les lignes directrices stratégiques et réglementaires pour cet aménagement urbain et paysager. L’ambition est de développer un nouveau quartier urbain dense en combinaison avec un grand parc métropolitain créant ainsi un nouveau poumon vert pour le nord-est de Bruxelles. Cet environnement boisé sera développé de manière écologique et sera accessible aux résidents du quartiers, aux promeneurs et aux cyclistes.

Le long de l’avenue Léopold III, le plan prévoit un développement à vocation économique. Citydev.brussels est un acteur important du développement de la zone dont l’activité productive sera renforcée.

Dans le cadre de cette mission, perspective.brussels est accompagné d’une équipe pluridisciplinaire composée du bureau d’architectes XDGA, des architectes paysagistes Michel Desvigne Paysagistes, de Tractebel et d’E-biom.

 

Quatre objectifs principaux sont poursuivis par l’aménagement de ce site :

 

  • Valoriser et relier les espaces ouverts de la zone avec le développement d’un parc paysager métropolitain de plus de 45 hectares (dont 15 hectares sur le territoire bruxellois) ;
  • Déployer un réseau métropolitain de mobilité active, avec de nouvelles liaisons entre la Promenade Verte et des itinéraires pour le RER vélo ;
  • Créer un nouveau quartier durable et mixte le long du boulevard Léopold III en s’appuyant sur un environnement vert de haute qualité ;
  • Consolider et renforcer les dynamiques économiques de cette zone très attractive vu sa localisation entre le Quartier européen et l’aéroport. Une affectation complète est imaginée avec des activités économiques, des équipements, des services, des commerces et de l’horeca.

 

Un partenariat fructueux et innovant

Les régions bruxelloise et flamande ont collaboré de manière innovante et exemplaire pour élaborer cette vision commune. Des accords de coopération ont préalablement été conclus entre les acteurs concernés, permettant d’élaborer simultanément un PAD, coté bruxellois, et un GRUP, côté Flandre.

Les régions ont été attentives à faire coïncider les calendriers de leurs procédures respectives afin d’organiser les enquêtes publiques conjointement. Celles-ci se sont tenues fin 2023 et ont permis d’alimenter d’avantage les documents afin d’aboutir à un plan solide, intelligent et résilient.

 

Après les PAD’s Casernes d’Ixelles, Gare de l’Ouest, Heyvaert, Delta/Herrmann-Debroux et plus récemment Mediapark, c’est le 6ème PAD qui aura été approuvé définitivement sous cette législature.

 

Rudi Vervoort, Ministre-Président bruxellois, en charge du Développement Territorial : « Je suis très fier de pouvoir contribuer à l’ouverture de ce site au public et d’initier un nouvel élan pour cette zone monofonctionnelle et inhabitée. La collaboration fructueuse menée avec la Flandre doit servir d’exemple pour tous les prochains développements en frontière de ville. Notre Région pourra, enfin, développer une véritable entrée de ville emblématique depuis cet axe majeur, à l’image de nos bruxellois ! »

Antoine de Borman, CEO de perspective.brussels : « Grâce à la coopération interrégionale avec le Departement Omgeving  et à une approche ambitieuse, nous avons élaboré un projet de qualité et cohérent, permettant au site de la Défense de se développer en tant que nouvelle porte d’entrée de la ville. »

Handicap.brussels est en ligne ! Un guichet unique pour les personnes en situation de handicap

handicap brussels

Handicap.brussels est en ligne ! Un guichet unique pour les personnes en situation de handicap

communiqué de presse

2 avril 2024

Une première ! Le site d’information unique Handicap.brussels est lancé et rassemble toute l’information utile pour les personnes en situation de handicap vivant à Bruxelles, quel que soit l’organisme ou l’association compétente. Sur toutes les thématiques de vie, l’internaute pourra trouver de l’information et être redirigé au bon endroit pour solliciter de l’aide ou une intervention. Handicap.brussels sera la première porte d’entrée de ce qui existe à Bruxelles. Fruit d’une collaboration entre le service Phare de la COCOF et Iriscare, le site web répond aux normes d’accessibilité pour les personnes en situation de handicap et proposera à terme des traductions et interprétations en FALC et langue des signes afin de toucher un plus grand nombre de personnes.

 

Pourquoi un site web handicap.brussels ?

Le projet handicap est né du constat que les personnes en situation de handicap ont besoin d’une source d’information centralisée sur les aides et les services existants à Bruxelles. Ce constat avait fortement été mis en lumière par l’étude sur le cadastre des besoins des personnes en situation de handicap réalisée en 2022 à la demande de la COCOF et de la COCOM.

Une personne en situation de handicap vivant à Bruxelles doit s’adresser à un grand nombre d’organismes publics différents pour obtenir une aide complète tout au long de sa vie en fonction de ses besoins spécifiques (le SPF Sécurité sociale, le Service PHARE, Iriscare, Actiris, la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Région bruxelloise, la commune, différents organismes dérivés comme Bruxelles Formation, Bruxelles Logement..) Sans compter les organismes privés qui participent activement au dispositif d’aides aux personnes en situation de handicap : les mutuelles, les centaines d’associations agréées et subventionnées par différents pouvoirs publics, etc.

 

 

Une information centralisée via handicap.brussels

Dans ce contexte, handicap.brussels rassemble l’information et permet aux citoyennes et citoyens de voir plus clair dans le paysage bruxellois des aides et services pour les personnes en situation de handicap.

L’objectif est de couvrir tous les besoins des personnes au cours de leur vie, et de renseigner sur l’ensemble des acteurs à même de répondre à ces besoins, quel que soit l’organisme compétent. Ce sont donc les besoins des personnes qui constituent le point de départ de l’information, et pas les réalités institutionnelles.

Vous trouverez donc sur handicap.brussels des informations et des références concernant l’offre d’aides et de services organisés

  1. par l’ensemble des pouvoirs publics actifs à Bruxelles, à l’exception de l’offre émanant de la Région flamande.
  2. par des associations ou des structures privées reconnues par les pouvoirs publics, que ce soit sous forme d’agrément, de subventionnement ou d’une quelconque reconnaissance officielle.
 

Une information accessible, pour et par les personnes en situation de handicap 

Les personnes en situation de handicap et leurs proches sont le premier public à qui le site handicap.brussels est destiné. L’information y est organisée pour répondre au plus près aux besoins rencontrés au cours de leur vie. Handicap.brussels s’efforce de couvrir l’ensemble de leurs besoins au travers des douze thématiques qui traversent le site ( Information et reconnaissance, Aides financières, Déplacements, Santé, École et formation, Travail, Logement, Aides à l’autonomie, Accueil de jour, Loisirs, EVRAS, Aides pour les proches, Droits et justice).

Le site handicap.brussels répond aux normes d’accessibilité numérique pour les personnes en situation de handicap. Il a en effet fait l’objet d’un audit d’accessibilité complet avant sa mise en ligne qui lui permet d’afficher le label Anysurfer.

Le site proposera également à terme des versions alternatives en langue des signes pour les personnes avec une déficience auditive, et en langage facile à lire et à comprendre (FALC) pour les personnes ayant des difficultés de compréhension.

Le processus de réalisation du site handicap.brussels a été réfléchi en partenariat avec des représentants du secteur du handicap à Bruxelles, et des personnes en situation de handicap y ont également participé concrètement.

 

Une information qui évolue

Pour faire face aux évolutions (par exemple : les réglementations des organismes publics ou le monde associatif dans le secteur privé), la mise à jour des contenus sera passée en revue régulièrement afin d’assurer une information la plus fiable et la plus exhaustive possible.

 

Rudi Vervoort, Ministre en charge de la Politique d’Aide aux Personnes en situation de Handicap à la COCOF, se réjouit de la création de ce guichet unique : « Handicap.brussels, comme unique porte d’entrée, traduit concrètement notre volonté politique de renforcer les synergies entre les différentes entités, avec un seul objectif : une plus grande cohérence afin de mener des politiques et des actions plus efficaces pour mieux rencontrer les besoins des Bruxelloises et des Bruxellois. Dans un paysage extrêmement complexe pour des personnes en situation de handicap et des familles dont le quotidien est déjà compliquée, la création de Handicap.brussels était primordial, et répondra, j’en suis certain à leurs besoins et attentes. »

Alain Maron, Membre du Collège Réuni de la COCOM en charge de la Santé et de l’Action social, souligne la plus-value apportée par Handicap.brussels. : « Alors que les institutions du pays sont particulièrement complexes, en particulier à Bruxelles, il était urgent de clarifier l’offre à destination des personnes en situation de handicap et leur famille. Et ce peu importe le pouvoir subsidiant. Avec Handicap.brussels, les Bruxelloises et Bruxellois bénéficient enfin d’une porte d’entrée unique et évolutive rassemblant toutes les informations qui peuvent leur être utiles en la matière. Cette première étape s’inscrit clairement dans notre volonté politique de simplifier les institutions pour plus de cohérence au service de l’ensemble de la population ».

Découvrez le portail en cliquant ici

Mediapark : le plan pour le futur quartier définitivement approuvé par le Gouvernement bruxellois !

mediapark23

Mediapark : le plan pour le futur quartier définitivement approuvé par le Gouvernement bruxellois !

communiqué de presse

25 avril 2024

La dernière étape de la procédure d’élaboration du plan d’aménagement Mediapark a donc été franchie par la décision du Conseil des Ministres de ce jeudi 25 avril. Pour rappel, ce plan ambitieux vise le redéploiement du site Reyers, siège des télévisions RTBF et VRT, en un pôle habité dédié au secteur des médias. En plus de quelques 20.000 m² d’activités médias, sont également projetés près de 1400 logements – dont une part significative de logements publics – mais aussi des commerces de proximité ainsi que des équipements d’intérêt collectifs. Ce développement d’un nouveau quartier se fera aux abords directs d’un nouveau parc accessible au public de près de 10 hectares dont min. 2 hectares seront strictement réservés à la préservation de la biodiversité. Une première, au cœur de la ville !

Le site de Mediapark est situé sur la commune de Schaerbeek mais également à proximité des communes de Woluwe-Saint-Lambert et d’Evere. Ancienne propriété des entreprises publiques RTBF et VRT, le site d’environ 20 hectares a été acquis par la Région bruxelloise dans le but d’ouvrir ce bout de territoire à son environnement urbain immédiat, conformément au Plan Régional de Développement (PRDD).

 

Situé dans une zone en carence d’espaces verts accessibles au public, l’ouverture du site constitue une opportunité d’offrir aux Bruxellois et riverains de nouveaux espaces publics et espaces verts qualitatifs, mais aussi des logements abordables, des équipements, des commerces de proximité ainsi que des espaces pour les entreprises et établissements d’enseignement actifs dans le secteur des médias.

 

Avec ce projet urbain, le Gouvernement bruxellois souhaite rencontrer quatre objectifs principaux :

  1. Déployer le site Reyers comme un véritable pôle médias – Le plan ambitionne de connecter ce site enclavé à son environnement urbain, à travers une programmation urbaine mixte tout en développant un pôle médias à l’échelle régionale et nationale, attractif tant pour les entreprises que les établissements d’enseignement actifs dans le secteur des médias.
  2. Désenclaver le site pour en faire un quartier habité  L’ouverture du site permettra le développement d’une offre diversifiée en logements et la création d’espaces dédiés aux équipements et aux commerces de proximité. Le plan suggère en outre d’améliorer l’accessibilité du site par les transports publics en rendant possible l’aménagement d’une nouvelle ligne de tram. Il projette enfin de mettre en place des cheminements de mobilité active et de valoriser les parkings vélos.
  3. Aménager un espace vert public – Le plan s’articule autour d’un large espace vert public. Celui-ci se composera d’une partie plus minérale et plantée d’arbres à l’ouest, une partie centrale en terrasses, et une partie boisée, le Bois Georgin, à l’est. Au niveau patrimonial, le plan ambitionne d’activer la tour Reyers, véritable marqueur visuel du site
  4. Intégrer la biodiversité dans les projets urbains – La modification du PAD Mediapark a été l’occasion d’un travail inédit sur la biodiversité, mené en collaboration avec l’association Natuurpunt et Bruxelles Environnement alliant le développement urbain avec la préservation de la biodiversité locale, et ce grâce à une série de mesures qui accompagneront la mise en œuvre du plan. 
  5. Mettre en œuvre les principes d’économie circulaire – Afin d’ouvrir le site aux quartiers environnants et de les relier par des espaces publics verts et qualitatifs, les bâtiments existants sont appelés à être démolis. A cet égard, le plan porte des hautes ambitions qui s’inscrivent dans une volonté de démarche circulaire et de réemploi des matériaux.

Une phase opérationnelle du site coordonnée par la SAU

Une série de chantiers d’ampleur sont déjà à l’œuvre sur le site, sous la coordination de la SAU qui assure l’opérationnalisation complète du programme urbain Ainsi, les travaux de la maison des médias FRAME, sous la maîtrise d’ouvrage de la SAU et du nouveau siège de la RTBF (MediaSquare) touchent à leur fin. Quant à lui, le chantier du futur siège de la VRT bat son plein et la réception du bâtiment est prévue pour la fin 2026.

De son côté, Beliris intervient également sur le site puisqu’il finance et est chargé du développement du projet pour les espaces publics dont la demande de permis devrait être introduite prochainement.

 

A proximité immédiate du site de Mediapark, le réaménagement du boulevard Reyers, le projet de tram entre Meiser et le campus de l’UCL participent également à la transition prochaine de cette entrée de ville vers une vie urbaine et une mobilité plus apaisée.

Ministre-Président Rudi Vervoort s’enthousiasme : « Offrir aux Bruxellois et riverains un nouveau quartier urbain complet et accessible à tous, en respectant et en renforçant la biodiversité, tout en soutenant le secteur des médias et l’industrie créative bruxelloise devient aujourd’hui possible et concret grâce à la bonne collaboration des secteurs tant privés que publics. Les nouveaux espaces verts, logements abordables et les équipements publics participeront à rendre concret le principe du droit à la ville pour tous ».

 

« Par l’approbation de ce projet, je me réjouis de l’accessibilité de près de dix hectares d‘espaces verts, comprenant des parties boisées et des périmètres de protection de la biodiversité. Le projet Mediapark permettra la création d’un nouveau quartier habité, agréable, accessible, proposant des équipements collectifs, tout en étant axé autour de secteurs clés dans l’économie actuelle », indique Antoine de Borman, directeur général de perspective.brussels.

 

Gilles Delforge, directeur de la SAU, se félicite cette décision : « L’adoption du PAD va maintenant permettre à la SAU, qui assure l’opérationnalisation complète de ce projet urbain, de le mettre concrètement en œuvre avec l’ensemble des partenaires publics et privés. Combiné à l’achèvement de la maison des médias, c’est donc un pas de plus dans la concrétisation de ce nouveau pôle de développement qui va tout à la fois créer un nouveau quartier urbain de qualité intégré à la trame urbaine existante, et renforcer le tissu économique présent à travers notamment un écosystème innovant axé sur les médias et les secteurs créatifs ».

 

Narco-trafic à Bruxelles : le Conseil régional de sécurité s’est réuni sur la stratégie régionale de lutte contre le trafic de drogue et son impact sur la sécurité

bruxelles en vacances

Narco-trafic à Bruxelles : le Conseil régional de sécurité s’est réuni sur la stratégie régionale de lutte contre le trafic de drogue et son impact sur la sécurité

communiqué de presse

28 mars 2024

Le Ministre-Président bruxellois Rudi Vervoort a réuni ce jeudi, le Conseil régional de sécurité (CORES*), en présence de Sophie Lavaux, Directrice Générale de Safe.brussels et Haut Fonctionnaire de l’agglomération bruxelloise. Les membres du CORES se sont réunis sur la stratégie régionale de  lutte contre le trafic de stupéfiants et son impact sur la sécurité. La structure de la coordination régionale, la désignation des hotspots (zones prioritaires de déploiement) ainsi que l’adoption des mesures de sécurité étaient à l’ordre du jour du Cores.

Structure de la coordination régionale :

Un Cores élargi pour la gestion et la coordination de la lutte contre le trafic de drogue et l’insécurité qu’il génère est mis en place. Demandée par les acteurs de terrain, celle-ci a pour ambition de développer une approche régionale en cette matière s’appuyant sur une structure de gouvernance coordonnée et partagée de tous.

Une cellule de Sécurité régionale (CSR) est créée et sera pilotée par Sophie Lavaux. Cette cellule sera chargée de veiller à l’exécution et au respect de la Stratégie régionale par les Task-Force Locales afin de préserver la cohérence de l’approche régionale et implémenter l’approche multidisciplinaire : sécurité, prévention et vie de quartier. Un rapportage des actions à destination du CORES sera organisé. Rappelons que la mise en œuvre de la Stratégie régionale dépend de la participation de l’ensemble des parties qui sont amenées à y contribuer (autorités fédérales, régionales et locales) chacune d’entre elles restant responsable et indépendante dans le cadre de ses propres compétences. La Stratégie repose fondamentalement sur leur coopération et leur engagement individuel.

La mise en place de Task Forces locales (TFL) au niveau local et à l’initiative des Bourgmestres concernés. Ces TFL sont chargées d’élaborer des plans d’actions ciblés reprenant les 3 axes : sécurité, prévention et vie de quartier et doivent se décliner en actions à court, moyen et long terme.

L’identification des Hotspots (zones prioritaires de déploiement)

Les hotspots ont été identifiés par les forces de police et approuvés par les bourgmestres. Ils seront désignés de manière générique dans l’arrêté de police du Ministre-Président.

Les 15 hotspots désignés dans l’arrêté de police du Ministre-Président sont : Chaussée d’Anvers, Matongé, Yser, Querelle, Versailles, Porte de Hal, Clémenceau, Peterbos, Saint-Antoine, Gare du Midi, Gare du Nord, Étangs Noirs, Ribaucourt, Bonnevie, et Paal / Kolom.

Les périmètres précis de ces 15 hotspots seront définis par des arrêtés de police des autorités locales.

Dans ces hotspots, seront menées des actions combinant les trois axes que sont la sécurité, la prévention et la vie de quartier.

Adoption de mesures de sécurité pour appuyer le travail des zones de police

Les mesures de sécurité se déclinent à 2 niveaux : pour l’ensemble du territoire et pour les hotspots.

Les mesures de sécurité valant pour l’ensemble du territoire régional ont trait :

  • aux feux d’artifice
  • au gaz hilarant

Les mesures de sécurité valant pour les hotspots sont :

  • L’interdiction de vente et de consommation d’alcool
  • L’autorisation de contrôle d’identité systématique avec fouille possible et possibilité de saisir des objets dangereux ou destinés à faciliter la consommation de drogues
  • la lutte contre le « drive in »

 

* Ce conseil présidé par le Ministre-Président de la Région de Bruxelles-Capitale est, pour rappel, composé du Procureur du Roi de Bruxelles, des Présidents des collèges de police, du Directeur coordonnateur administratif, du Directeur judiciaire, des Chefs de corps de chacune des six zones de police locale établies sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale. Sa composition est élargie à l’ensemble des bourgmestres des 19 communes bruxelloises et à la Haut fonctionnaire.

Une ambition renforcée pour l’espace public dans le territoire du Canal

canall

Une ambition renforcée pour l’espace public dans le territoire du Canal

communiqué de presse

27 mars 2024

A l’initiative du Ministre-Président Rudi Vervoort et de la Ministre des Travaux Publics Elke Van den Brandt, le Gouvernement bruxellois a approuvé l’actualisation du Plan de qualité paysagère et urbanistique (BKP) pour l’espace public du territoire du Canal. L’amélioration de l’espace public dans cette zone est un objectif important pour la Région. Le plan a été lancé par Perspective en 2019 et a fait récemment l’objet d’une mise à jour. La nouvelle version met l’accent notamment sur le rapport à l’eau et la végétalisation des quais.

Le canal de Bruxelles traverse la Région du nord au sud et est l’un des paysages les plus ouverts de la ville. Il est caractérisé par une séquence d’espaces publics généralement très différents les uns des autres, ce qui rend la lecture d’ensemble compliquée alors qu’il remplit la fonction d’axe traversant. Fort de ce constat, la Région a développé le Plan de qualité paysagère et urbanistique, qui a pour vocation de créer une nouvelle image cohérente axée autour des principes de verdurisation et de vivre-ensemble.

Le BKP existe depuis 2019 et découle directement du Plan Canal qui vise à revaloriser ce territoire grâce à un meilleur mélange des fonctions urbaines. Le document actualisé formule des recommandations concrètes pour chaque sous-zone identifiée. Parmi elles : le site de Schaerbeek-Formation, les bassins Béco et Vergote, le quartier des Abattoirs ou encore les zones industrielles au nord ou au sud de la Région.

Une approche inédite qui a permise de suivre déjà plus de 100 projets

Une centrale de services et un comité de suivi ont été mis en place afin de suivre, dès les premières phases de projet, un maximum de développements, Concrètement, cela signifie que les porteurs de projets peuvent faire appel à une aide ponctuelle sur des sujets spécifiques fournie par un consortium d’experts. Cette approche inédite a déjà permis d’augmenter la cohérence des nouveaux projets entre eux et de gagner significativement du temps dans le développement et l’analyse des esquisses.

Depuis 2019, c’est une centaine de projets qui ont été suivis et accompagnés par l’équipe du BKP. Pour en nommer quelques-uns, il s’agit du réaménagement de la chaussée de Vilvoorde, des aménagements pour les passages cyclopiétons au droit du monument du Travail ou de la place Sainctelette, de la promenade le long du quai de Biestebroeck et de différentes visions générales pour le site du Ceria, le quartier Jules Ruhl, le parc de la Petite Senne ou Van Praet West.

Un plan évolutif et actualisé

Pour perpétuer la dynamique positive enclenchée dans le territoire du canal depuis maintenant presque dix ans, il est important que le plan puisse réagir et s’adapter en fonction des derniers développements et pratiques durables. C’est pourquoi la présente actualisation inclut des passages spécifiques sur le rapport à l’eau et aux berges verdurisées. Les lieux où un abaissement des quais est réalisable ont par exemple été identifiés. Aussi, une étude élargie sur la mise à ciel ouvert de la Senne est intégrée (autant dans les quartiers denses et habités que dans les zones industrielles). Au-delà des aspects purement d’aménagement, le BKP se penche sur des thématiques plus techniques comme une analyse de l’éclairage nocturne tout le long du canal.

« Dix ans après l’initiation de la nouvelle dynamique via le Plan Canal, nous souhaitons maintenant poursuivre l’approche inédite et particulièrement réussie du BKP afin de continuer à initier des projets ambitieux et nécessaires pour les Bruxellois. Le plan cherche à apporter des réponses aux enjeux importants et transversaux dans ce territoire dense et hétéroclite, en invitant les opérateurs publics et privés à  développer des ambitions communes dans une cohérence paysagère et territoriale. » souligne Rudi Vervoort, Ministre-Président bruxellois en charge du Développement territorial.

« Le Plan Canal nous donne de la motivation supplémentaire pour continuer à déminéraliser et végétaliser toute la zone du canal ! Entre 2023 et 2026, 14 000 arbres et arbustes vont être plantés. La saison de plantation bat d’ailleurs actuellement son plein. Nous sommes par exemple occupés à végétaliser le boulevard du Neuvième de Ligne, le Quai de l’Industrie et ce sera également bientôt le tour de la Porte de Ninove. Plusieurs zones vont par ailleurs être complétement transformées afin de faire de la place pour la verdure et les modes actifs. Il s’agit des passerelles cyclables à Sainctelette et de Trooz, et du réaménagement de la place Sainctelette, du square Vandervelde et du pont Marchant. Nous continuons à changer Bruxelles!» souligne Elke Van den Brandt, Ministre de la Mobilité et des Travaux Publics.

« La revalorisation du territoire du canal se fait à travers de multiples projets. Le BKP a été et continue d’être le fil rouge pour l’aménagement des espaces publics sur cette zone. Avec l’actualisation du BKP, nous nous félicitons de pérenniser l’outil et de permettre à ce territoire du canal de poursuivre sa métamorphose.» indique Antoine de Borman, Directeur général de perspective.brussels.

 

Une première ! Le Gouvernement bruxellois a retenu les candidatures de 2 projets de rénovation groupée pour près de 100 logements !

2022-12-07_BANNER_EVENT_NL

Une première ! Le Gouvernement bruxellois a retenu les candidatures de 2 projets de rénovation groupée pour près de 100 logements !

communiqué de presse

21 mars 2024

C’est une première ! A l’initiative du Ministre-Président Rudi Vervoort, le Gouvernement bruxellois a retenu les candidatures de 2 projets dans le cadre de la programmation bruxelloise du FEDER 2021-2027 suite à l’appel à projets concernant la rénovation énergétique de logements collectifs ou la rénovation groupée à l’échelle d’un quartier de logements privés.

Ces 2 projets présélectionnés, qui ont pour objectif de rénover près de 100 logements à Anderlecht et à Watermael-Boitsfort, viennent renforcer les politiques menées par le Gouvernement bruxellois en matière de transition énergétique et d’atténuation du changement climatique.

Cette action spécifique du FEDER 2021-2027 permet de favoriser les investissements permettant la réalisation d’économies d’énergie des logements bruxellois. Sont éligibles à cet appel à projet, les logements en copropriété (privés/publics) et dans le cadre d’une rénovation groupée à l’échelle d’un quartier les logements privés existants.

La Région bruxelloise et le FEDER 2021-2027 interviennent pour 100% des frais d’étude et entre 50 et 90% des frais de travaux éligibles (rénovation énergétique des bâtiments et investissements en lien avec la durabilité).

Les deux lauréats du premier appel à projets clôturé le 15 septembre dernier, pourront bénéficier d’un soutien total de 4,75 millions d’euros.

 

 

Nom du projet

Candidat

Nombre  de logements

1

Améliorations énergétiques logements privés quartier Logis-Floréal

Le Logis Floreal  Durable

36

2

Rénov- Roue-Rad FEDER

Le Collectif de La Roue-Het Collectief van’t Rad

62

 

C’est une première dans le cadre des programmes européens d’investissement FEDER que la Région bruxelloise intervienne directement sur des logements privés, soit à l’échelle des copropriétés, soit à l’échelle de quartiers.

Stimuler la rénovation énergétique par quartier deviendra un enjeu à l’avenir. Pour ce faire, il est nécessaire de développer et d’expérimenter des méthodes et approches nouvelles.

Un premier pas a été franchi notamment via la mise en place de Renolution, cependant il y a encore trop peu de particuliers qui osent se lancer seuls dans de tels projets de rénovation. Le projet pilote « rénovation groupée » du programme FEDER 2021-2027 permet de soutenir et initier les premières dynamiques collectives de rénovation.

Il vient s’intégrer également dans une stratégie globale autour de la durabilité des quartiers, véritable enjeu social et environnemental mais aussi économique.

 

Dans les prochaines semaines, un second appel « FEDER – Rénovation groupée » –doté également d’une enveloppe de 4,75 millions – sera lancé. La Région bruxelloise et le FEDER espèrent recevoir de nombreux dossiers, tant des copropriétés que de quartiers plus hétérogènes.

 

Rudi Vervoort, Ministre-Président bruxellois en charge du Feder et de la Rénovation urbaine se réjouit : « La Région bruxelloise propose déjà un système de primes (Renolution) pour soutenir les Bruxellois dans leurs travaux de rénovation et d’économie d’énergie de leur habitation. Grâce au FEDER, et toujours dans cet objectif de rénovation des logements bruxellois, nous testons cette fois, une nouvelle méthode de rénovation axée à l’échelle d’un quartier ! C’est une nouvelle approche intéressante qui pourrait se développer dans les années à venir ».