Le bâtiment CBR inscrit définitivement sur liste de sauvegarde

communiqué de presse

28 novembre 2018

Sur proposition du Ministre-Président Rudi Vervoort, le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale a inscrit sur liste de sauvegarde la totalité de l’immeuble de l’ancien siège social des Cimenteries Belges Réunies (CBR) sis chaussée de la Hulpe 185 à Watermael-Boitsfort ainsi qu’une partie de ses abords.
 
Conçu comme une œuvre totale, cet immeuble de bureaux fut construit entre 1968 et 1970 selon les plans des architectes Constantin Brodski et Marcel Lambrichs. L’aménagement de ses abords fut confié à l’architecte paysagiste René Pechère.
 
Le bâtiment CBR constitue l’une des réalisations de style fonctionnaliste les plus esthétiques et les plus connues en Région bruxelloise. Le recours à la préfabrication et l’utilisation du béton architectonique constituaient une carte de visite parfaite pour le grand cimentier belge qui les produisait. Le bâtiment fut dès sa construction très remarqué pour la pureté de son concept.
 
En optant pour une procédure d’inscription sur la liste de sauvegarde, le Gouvernement a choisi pour ce bâtiment fonctionnel contemporain une procédure qui doit permettre une gestion plus souple du bien. Les aménagements techniques et fonctionnels, sans caractère particulièrement remarquable, et dictés par l’usage d’un certain type d’occupation, doivent en effet pouvoir être aisément modifiés.
 
Afin d’en assurer une gestion globale, l’immeuble est protégé en totalité avec son mobilier d’origine de grande valeur, partie intégrante de la conception de l’immeuble (meubles Florence Knoll, Jules Wabbes et adaptations par Constantin Brodski lui-même).
 
L’immeuble CBR est destiné à rester un immeuble de bureaux, partagé entre divers occupants. Certains travaux ont déjà été réalisés ou sont en cours. L’immeuble est déjà en partie occupé.
 
La Direction des Monuments et Sites avait émis beaucoup d’exigences sur la restauration de ce bâtiment emblématique, il est à souligner que cela a été respecté par les nouveaux propriétaires dans un dialogue constructif.
 
Et le Ministre-Président Rudi Vervoort, en charge des Monuments et Sites, de conclure : « Il faut assurer la pérennité de ce patrimoine contemporain, moderniste qu’on ne peut pas figer. Il faut lui assurer un avenir. Le bâtiment doit pouvoir être modifié intérieurement en fonction des besoins des nouveaux occupants pour survivre, tout en préservant ses caractéristiques patrimoniales majeures. Le mobilier identifié d’origine est également protégé, de même que les éléments essentiels de l’aménagement et de la décoration d’origine. »
 
Plus d’info ?
Lidia GERVASI Porte-parole (FR)
Jo DE WITTE Porte-parole (NL)