Procédure de sauvegarde pour le site de la Mémé à WSL

communiqué de presse

16 novembre 2018

Le Conseil des Ministres de la Région bruxelloise de ce jeudi 15 novembre a entamé, à l’initiative du Ministre-Président Rudi Vervoort, la procédure d’inscription sur la liste de sauvegarde comme site de l’ensemble formé par les immeubles composant le site connu sous le nom de « La Mémé », construit et aménagé par l’Atelier Simone et Lucien Kroll à Woluwe Saint Lambert.
 
Ce périmètre comprend l’immeuble de la Mémé, la Mairie, l’école Chapelle-aux-Champs, le restaurant universitaire, le bâtiment œcuménique, la station de métro et la promenade de l’Alma, le patio et le petit restaurant, ainsi que les espaces publics du Campus de l’Université Catholique de Louvain (UCL).
 
Construit et aménagé de 1969 à 1976, le site de la Mémé est l’une des réalisations architecturales belges les plus publiées dans la presse spécialisée internationale depuis les années 1970. Il est salué comme un manifeste de l’architecture participative issue de la révolte étudiante de mai 1968 et un exemple particulièrement réussi de la démarche de Lucien Kroll, engagé dans la voie d’une production architecturale fondée sur un échange dynamique avec les utilisateurs plutôt que sur l’industrie de la construction.
 
Devenant la première station de métro protégée à Bruxelles, la station Alma, ouvrage d’art unique à Bruxelles décoré par Simone Kroll, est une construction organique en hommage à l’architecte catalan Antonio Gaudi.
 
Rudi Vervoort explique : « En entamant la procédure d’inscription sur la liste de sauvegarde du site de La Mémé, le Gouvernement bruxellois montre aujourd’hui encore que protéger ne rime pas forcément avec figer. Cette mesure autorisera en effet le redéploiement des Cliniques Saint-Luc à l’horizon 2025 qui prévoit notamment la construction des Instituts Roi Albert II (Centre de Cancer IRA II) et de Psychiatrie Intégrée. »
 
La Région souligne la nécessité de pouvoir gérer le site d’une manière évolutive, pour des raisons pratiques liées aux besoins d’usage, mais aussi pour rester fidèle à l’esprit du concepteur qui tenait à ce que le complexe soit flexible, dynamique et vivant.
 
Et le Ministre-Président de conclure : « Je tiens à remercier les autorités de l’UCL et des Cliniques Universitaires Saint-Luc, conscientes de la valeur architecturale exceptionnelle du site. En dialogue étroit avec les autorités régionales, la Direction des Monuments et Sites et la Direction de l’Urbanisme, elles ont été particulièrement engagées à faire aboutir une mesure de protection qui permettra une gestion souple du site.»
 
Plus d’info ?
Lidia GERVASI Porte-parole (FR)
Jo DE WITTE Porte-parole (NL)