La Région va redonner vie à l’AEgidium de Saint-Gilles

communiqué de presse

20 decembre 2018

Autrefois appelé « Diamant-Palace », en référence aux plus de 5.000 ampoules mises dans toutes les pièces, qui donnaient un effet spectaculaire, comme d’éblouissement et inauguré en 1906, ce bâtiment ne laisse personne indifférent. Après certaines modifications et constructions supplémentaires, c’est en 1929 qu’il devient l’AEgidium. Tantôt salle des fêtes et de spectacles, tantôt Banque de Bruxelles ou encore bibliothèque, mutuelle, syndicat, consultation de nourrissons, … ce bâtiment classé en 2006 n’a cessé de vivre au gré des années jusqu’à ce qu’il soit délaissé.
 
La Région bruxelloise a dès lors décidé de réhabiliter ce complexe resté longtemps dans un état de quasi abandon (mis à part une partie au rez-de-chaussée mise à disposition du centre de loisirs pour le troisième âge). Le bâtiment a beaucoup souffert du manque d’entretien.
 
D’une ampleur impressionnante (4500m²), l’AEgidium occupe la quasi-totalité d’un intérieur d’îlot, une bonne partie se développe sur deux étages et il comporte deux grandes salles de spectacles. On peut le comparer, de par son ampleur, au complexe du Pathé Palace qui existait à la même époque au centre-ville et est également classé.
 
Le Ministre-Président Rudi Vervoort explique : « L’AEgidium a une importance considérable dans l’histoire de la commune de Saint-Gilles et est associé à différents spectacles de théâtre qui ont compté dans le vie culturelle de Bruxelles ; d’un point de vue patrimonial, il comporte un décor unique et rare, mêlant différents styles, comme cela se faisait à l’époque ; sa salle de spectacle principale offre un décor mauresque tout à fait exceptionnel en Belgique. L’objectif était, à une époque où on voyageait difficilement, d’offrir de l’exotisme et de l’évasion au public. »
 
La subvention de la Région portera principalement sur des travaux liés à la façade du Parvis, les toitures, le couloir d’entrée, le jardin d’hiver, la cage d’escalier, la salle Louis XV et la salle mauresque.
 
Les investisseurs désireux de financer la réhabilitation de pareils endroits sont rares, surtout pour des projets culturels. Ainsi, l’aide de la Région (près de 4 millions d’€) sera une opportunité unique pour ce bâtiment.
 
« Ce complexe, une fois restauré, sera évidemment ouvert au public à l’occasion de nombreuses activités culturelles et récréatives. Il faut encore rappeler ici la grande attente du public vis-à-vis de l’AEgidium. En atteste, lors des Journées du Patrimoine, le grand succès rencontré avec plus de 2.000 visiteurs » conclut Rudi Vervoort.
 
Plus d’info ?
Lidia GERVASI Porte-parole (FR)
Jo DE WITTE Porte-parole (NL)