Pandémie Coronavirus (COVID-19) – Liens utiles

Pandémie Coronavirus (COVID-19) - Liens utiles

communiqué de presse

19 mars 2020

Liens utiles durant le crise sanitaire Coronavirus (Covid-19) :

📌 https://www.info-coronavirus.be : pour toutes les informations concernant le virus, toutes les mesures d’hygiènes à prendre, les questions fréquemment posées ainsi que les dispositions spécifiques prises par les autorités fédérales.

🅱️ https://coronavirus.brussels : pour toutes les informations sur les mesures prises par les autorités bruxelloises.
🧰https://visit.brussels : pour les questions touristiques.
🏢https://1819.brussels : Pour toute information sur les mesures économiques en faveur des indépendants et des entreprises.

🔸En ce qui concerne les primes de la Région de Bruxelles-Capitale, les conditions pratiques d’obtention de ces primes sont publiées sur cette page d’information. Veuillez d’abord consulter le site web 1819.brussels, puis contacter le service 1819 par téléphone (tous les jours de 9h à 17h) si vous avez des questions plus spécifiques.

🔹https://www.brulocalis.brussels : pour plus d’informations sur les mesures prises en matière des subsides.

☎️ Le numéro vert : 0800/35.243 pour répondre aux besoins liés à l’urgence sociale (entre 8h et 20h en semaine et de 10h à 18h le weekend). 

🔹 Pour retrouver les mesures de soutien au secteur de l’action sociale et de la santé, rendez-vous ici.

👩‍⚕️ Le numéro 1710 : pour les Bruxellois qui n’ont pas de médecin généraliste et qui en ont besoin.

👨‍👧‍👦 Epuisement parental? Appelez SOS Parents : 0471/41.43.33.

♿ Pour toute information, conseils et interventions financières aux personnes handicapées, appelez le service PHARE au 02/800.82.03​

🚫 Vous vivez une situation de violence conjugale (0800/300.30) où sexuelle (0800/98.100)?

🏳️ En cas d’idées suicidaires appelez le Centre de prévention de suicide : 0800/32.122

☎️ Numéro d’appel du Service public fédéral Santé : 0800/14.689
info-coronavirus@health.fgov.be

☎️ Numéro d’appel du Service public fédéral Economie : 0800/120.33

La Région bruxelloise a son plan de relance « tourisme »

La Région bruxelloise a son plan de relance « tourisme »

communiqué de presse

5 juin 2020

La crise sanitaire liée au coronavirus a entraîné un arrêt complet des activités touristiques, événementielles et culturelles en Belgique et en Europe à la suite des mesures d’urgence prises pour endiguer la pandémie. Ces secteurs, qui contribuent largement au développement de la Région de Bruxelles-Capitale au niveau social et économique ainsi qu’à son positionnement international, ont été sérieusement impactés. Dans ce cadre, et pour soutenir la reprise des activités touristiques, visit.brussels a élaboré un plan de relance en collaboration avec les partenaires et acteurs du secteur. Le Gouvernement bruxellois en a approuvé aujourd’hui la première phase avec une série de mesures pour un budget de 7 millions d’euros.

Les secteurs touristiques, événementiels et culturels occupent une place de plus en plus importante à Bruxelles. Ces dix dernières années, le nombre de nuitées passées par les touristes dans la Région-capitale (près de 9,5 millions) a progressé en moyenne de 5,88% par an, soit plus du double du rythme de croissance de l’ensemble du PIB régional sur la même période, et ce, malgré les attentats de 2016. Par ailleurs, nos musées et attractions ont accueilli plus de 5 millions de visiteurs en 2019.

Cette fréquentation touristique a un impact non-négligeable sur l’économie régionale. En effet, les visiteurs de la Région bruxelloise y ont dépensé 2 milliards d’euro en 2018.  Également à l’origine de nombreux emplois directs et indirects, ce secteur souffre de l’arrêt des activités. Un grand nombre de personnes se retrouvent aujourd’hui en chômage économique. Sans le retour, au moins partiel, de visiteurs ou sans la réouverture de l’activité touristique par l’employeur qui ne pourrait garantir la sécurité, leur activité professionnelle est menacée.

Dans ce cadre, le Gouvernement bruxellois a chargé visit.brussels de consulter l’ensemble des acteurs de ce cluster touristique, événementiel et culturel et de réaliser un plan de soutien pour la relance des activités, conformément aux besoins prioritaires de ces derniers. Cette action coordonnée a été menée grâce à la collaboration de plus de 360 partenaires (hébergements, restaurateurs, musées, guides, créateurs artistiques, associations internationales, organisateurs d’évènements, salles de congrès, etc.) et aux équipes de visit.brussels.

«  Le secteur touristique, événementiel et culturel est d’une importance capitale pour notre Région. Alors qu’ils sont à l’origine de nombreux emplois directs et indirects et contribuent indéniablement à l’image et au rayonnement international de Bruxelles, les opérateurs touristiques, événementiels et culturels vivent une crise sans précédent. L’urgence économique dans laquelle ils se retrouvent nécessitait un plan de relance ambitieux pour soutenir et informer au mieux les acteurs impactés, pour rassurer et attirer à nouveau les visiteurs bruxellois, belges puis étrangers et pour permettre aux acteurs d’accueillir ces derniers en garantissant au maximum leur sécurité et celle des travailleurs. Grâce au travail exemplaire de visit.brussels et de tous ces acteurs, ce plan permet d’apporter une première réponse à la crise touristique que nous traversons. La redynamisation de notre Région est en marche. Visit us, visit BrUSsels ! » déclare le Ministre-Président Rudi Vervoort.

« Avec le plan de relance d’envergure de visit.brussels, mis sur pied après une concertation élargie avec l’ensemble des associations culturelles impliquées et des secteurs apparentés, nous voulons aider le tourisme dans toutes ses facettes allant de l’hôtellerie, aux musées en passant par le secteur de l’événementiel, les centres de congrès ou encore les guides touristiques à reprendre aussi vite que possible, y compris durant les restrictions liées au coronavirus encore en vigueur. Notre vaste secteur touristique et culturel bruxellois, qui est passé ces dernières années à près de 60.000 employés et 7.000 indépendants, mérite d’être soutenu. » ajoute Sven Gatz, le Ministre du Budget, des Finances et de l’Image de Bruxelles.

« Le secteur Horeca est sans conteste l’un des secteurs qui a le plus souffert de la crise.  Il faut maintenant tout faire pour encourager les Bruxellois, les Belges et les touristes étrangers à faire revivre Bruxelles en retournant dans nos cafés, nos restaurants, nos hôtels, nos institutions culturelles… Ce plan de relance du tourisme permettra aussi de donner une bouffée d’oxygène aux petits commerces locaux qui, eux aussi, en ont bien besoin », explique Barbara Trachte, Secrétaire d’Etat à la Transition économique.

 

«Pendant ce staycation, nous voulons faire en sorte que les Bruxellois puissent à nouveau être des touristes dans leur propre ville. Nous investissons dans de nombreuses activités pour que tout le monde, y compris les touristes étrangers puissent (re)découvrir la ville. Notre capitale est une ville pleine de vie et même après le corona, ce sera le cas, » réagit Pascal Smet, Secrétaire d’Etat de l’Urbanisme et Patrimoine, Relations européennes et internationales et Commerce extérieur.

« Bruxelles en vacances » : une coordination régionale des initiatives d’aménagements temporaires de l’espace public cet été

« Bruxelles en vacances » : une coordination régionale des initiatives d’aménagements temporaires de l’espace public cet été

communiqué de presse

4 juin 2020

Le Gouvernement bruxellois a décidé aujourd’hui de mettre en place un groupe de travail intra-régional « Bruxelles en vacances », en vue de coordonner et de soutenir les différentes initiatives d’adaptation et d’aménagement de l’espace public dans le contexte du déconfinement.

La crise sanitaire actuelle met en lumière la nécessité de mieux partager l’espace public et d’en réserver une partie conséquente aux modes actifs afin de garantir la sécurité et une distanciation physique suffisante. Avec l’arrivée prochaine des vacances d’été, le Gouvernement bruxellois a décidé de soutenir les initiatives qui permettront, dans tous les quartiers, et de façon décentralisée, la tenue d’activités de divertissement de petite taille et l’utilisation temporaire de l’espace public qui s’y prête, afin d’élargir l’offre récréative, culturelle, événementielle, commerciale, horeca et sportive pour tous les Bruxellois.

Ce soutien régional aux initiatives consistera en :

  • une inventorisation et information sur l’offre potentielle en région bruxelloise des espaces mobilisables pour accueillir des activités temporaires. Perspective.brussels communiquera cet inventaire à Visit.brussels qui le relaiera à toute entité ou tout opérateur en recherche d’un lieu disponible dans l’espace public ;
  • une coordination de la communication des événements et activités culturelles et touristiques organisés pendant l’été sur le territoire régional par Visit.brussels.

Pour accompagner cette transformation temporaire de l’espace public, le groupe de travail intra-régional « Bruxelles en vacances », sera mise en place afin d’assurer une cohérence et une efficacité d’exécution. Ce groupe de travail sera pilotée par le cabinet du Ministre-Président et rassemblera les cabinets, administrations et communes concernés.

« L’espace public bruxellois regorge d’opportunités et de lieux, que la situation que nous vivons nous invite plus que jamais à mobiliser. Ce groupe de travail intra-régional permettra de coordonner l’ensemble des initiatives récréatives sur le territoire de la Région, pour permettre à nos citoyens bruxellois et aux visiteurs de profiter pleinement d’une ville ouverte, dynamique et accueillante, aux couleurs de l’été et des vacances. » déclare le Ministre-Président Rudi Vervoort.

« Cette année, encore plus que d’habitude, de nombreux Belges et Bruxellois ne pourront pas partir en vacances. Il faut donc faire de Bruxelles, une ville où l’on peut être vacances. C’est à dire, une ville où l’on peut flâner, s’assoir sur un banc pour manger une glace, boire un verre en terrasse, apprendre à rouler à vélo à ses petits dans une rue calme, etc. Pour permettre cela, nous allons, en partenariat avec nos collègues du Gouvernement et les communes, rendre une partie de notre espace public aux habitants sous forme de terrasses, d’espaces verts supplémentaires, de zones de rencontre ou d’aires de jeux. Cet été, les Bruxellois et les visiteurs de Bruxelles auront un avant-goût des quartiers apaisés que nous allons mettre en place dans notre région avec Good Move, durant les années à venir.  » ajoute Elke Van den Brandt, Ministre de la Mobilité.

Pour le Ministre de l’Environnement Alain Maron, «Pendant la crise, les équipes de Bruxelles Environnement ont tout mis en œuvre pour maintenir ouverts les espaces verts dans un contexte de sécurité renforcée. Ces bols d’air ont permis aux Bruxelloises et Bruxellois d’amortir au mieux les effets négatifs du confinement. Cet été, nous allons redoubler nos efforts pour offrir à toutes les Bruxelloises et tous les Bruxellois des espaces en extérieur en quantité et qualité».

« Durant cette crise du coronavirus, de nombreux Bruxellois ont compris l’importance de l’espace public », explique Pascal Smet, le Secrétaire d’État à l’Urbanisme. « Nous réalisons maintenant collectivement que l’espace public dans la ville est bien plus qu’un endroit où l’on se déplace. La ville, c’est aussi un endroit qui doit être agréable pour se détendre. Un lieu où l’on peut se rencontrer, jouer et faire du sport. Voilà pourquoi nous devons saisir le moment pour accélérer le redéploiement de notre politique urbanistique. Nous saisissons également ce moment pour préparer la ville à d’autres défis qui se présentent à nous, comme les défis climatiques par exemple. C’est pourquoi nous nous concentrons sur la verdurisation de l’espace public, afin de permettre une meilleure pénétration de l’eau dans le sol ou de faciliter et multiplier la plantation d’arbres et d’arbustes. »

« Pour permettre à l’Horeca et aux commerces de vivre au mieux un redémarrage progressif de leurs activités, il est essentiel de pouvoir disposer d’espaces extérieurs. Des terrasses plus grandes et des zones d’attentes pour les espaces commerciaux peuvent y contribuer. Cette réappropriation de l’espace public, quand il est possible, est aussi une manière de rendre la vie des Bruxelloises et des Bruxellois plus agréable cet été », complète Barbara Trachte, Secrétaire d’Etat à la Transition économique.

De l’inspiration pour les pouvoirs locaux: organisation de fêtes philosophiques et religieuses pendant les mesures de lutte contre la propagation du coronavirus

De l’inspiration pour les pouvoirs locaux: organisation de fêtes philosophiques et religieuses pendant les mesures de lutte contre la propagation du coronavirus

communiqué de presse

27 avril 2020

Le Gouvernement bruxellois entend soutenir les pouvoirs locaux dans la prise d’initiatives et la mise en place d’actions à l’égard de leurs communautés et associations philosophiques et religieuses locales. Les pouvoirs locaux sont en effet chargées de veiller à ce que les fêtes philosophiques et religieuses se déroulent dans le respect des mesures « corona ». 

 

Une brochure d’information

Une brochure d’information donne un aperçu des conseils et des bonnes pratiques concernant les différents aspects des fêtes philosophiques et religieuses ainsi que l’application des mesures décidées.

 

Des fiches pratiques

Des fiches pratiques rappellent les mesures à respecter, et donnent des conseils dans différentes situations. Vous pouvez télécharger les fiches en version PDF, en plusieurs langues.

Campagne d’affichage

Affiches ramadanamharique – AM – አማርኛ | arabe – AR –  العربية | français – FR | néerlandais – NL – Nederlands | turque – TR – Türkçe | urdu –  UR – اردو 

La Région bruxelloise lance une campagne de sensibilisation à destination des jeunes bruxellois

La Région bruxelloise lance une campagne de sensibilisation à destination des jeunes bruxellois

communiqué de presse

20 mai 2020

Depuis le début de la crise sanitaire, plusieurs mesures ont été mises en place afin de ralentir la propagation du coronavirus. L’ensemble des citoyens les a scrupuleusement suivies avec comme effet une diminution du nombre de cas et de décès en Belgique. Dans ce cadre, l’information à la population a joué un rôle non négligeable et l’ensemble des autorités du pays, tant au niveau fédéral que régional et communautaire, y ont collaboré activement.

Les mesures de prévention contribuent à la protection de chacun mais aussi à organiser les phases de déconfinement en y intégrant les gestes barrières comme nouveaux modes de vie en communauté et dans nos rapports aux autres. Ce n’est que de cette manière que nous pourrons mettre fin à durablement à cette pandémie. Apprendre à vivre avec ces comportements, c’est faire preuve de résilience face au risque de recrudescence de la propagation du virus en cette période de déconfinement progressif et de retour des beaux jours.

A cet effet, il importait au Ministre-Président bruxellois de s’adresser aux citoyens et plus particulièrement aux jeunes bruxellois et de leur rappeler de continuer à observer les gestes essentiels pour lutter ensemble contre le Covid-19.

C’est ainsi que Rudi Vervoort a mandaté Bruxelles Prévention et Sécurité (BPS) pour le lancement d’un marché et la réalisation d’une campagne de communication lancée officiellement aujourd’hui. Cette dernière a pour objectif de continuer la sensibilisation des différents publics jeunes (de 14 à 25 ans) au respect des mesures et de garder leur adhésion sur le moyen et long terme en fonction de l’évolution de la situation. Elle a aussi pour but de les informer sur les comportements à adopter ou à éviter en faisant appel à des ambassadeurs dont des influenceurs et des relais sur le terrain (communes, associations, éducateurs, formateurs, écoles). Cette campagne cross média, est également diffusée en radio, sur les réseaux sociaux et en affichage sur le territoire de la Région bruxelloise.

«Il est compréhensible qu’une certaine lassitude puisse s’installer dans le chef des citoyens. Avec le retour de l’été et bientôt des vacances, l’envie est grande de sortir à nouveau et de revoir ses amis. Toutefois, il reste primordial de continuer à respecter les mesures définies par le Conseil National de Sécurité et à observer les gestes barrière et les mesures d’hygiène pour préserver la santé de tous. Avec cette campagne de communication évolutive, réalisée en collaboration étroite avec BPS et l’agence Bonjour Internet, nous souhaitons toucher les jeunes bruxellois et les encourager à garder ce comportement exemplaire et la résilience dont ils ont fait preuve jusqu’aujourd’hui » déclare le Ministre-Président Rudi Vervoort.

Les messages de la campagne s’articulent autour du respect de la mesure de distanciation physique d’1m50 et du port du masque (obligatoire dans les transports en commun) entre autres. Elle fait aussi référence à la reprise des activités mais dans un contexte différent via les phrases « La vie reprend mais pas comme avant » et «J’existe autrement».

Plus d’infos sur https://jexisteautrement.brussels, https://ikleefanders.brussels, et https://mylifedifferently.brussels.

Première distribution massive de 800.000 masques en Région de Bruxelles-Capitale : un masque pour chaque Bruxellois

Première distribution massive de 800.000 masques en Région de Bruxelles-Capitale : un masque pour chaque Bruxellois

communiqué de presse

20 mai 2020

La Région de Bruxelles-Capitale souhaite offrir un masque à chaque citoyen bruxellois. Une commande de 3,5 millions de masques a été effectuée conjointement par Bruxelles Prévention et Sécurité (BPS) et Iriscare, avec l’aide de hub.brussels pour l’établissement du cahier des charges et l’identification de producteurs à Bruxelles et en périphérie. Une première vague de distribution d’un lot de 800.000 masques est organisée ce mercredi 20 mai aux autorités communales, agents régionaux et communautaires bruxellois (administrations et organismes de la Région de Bruxelles-Capitale et des Commissions communautaires), les administrations communales et CPAS et les membres du personnel des associations non marchand social-santé au sens large. Ces masques sont certifiés, en tissu lavable et réutilisables, bicouche avec la possibilité d’accueillir des filtres.

En accord avec la décision du Conseil National de Sécurité du 24 avril 2020 recommandant le port de masque par la population dans le cadre de la stratégie de déconfinement, le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale a souhaité que chaque citoyen ainsi que les agents régionaux et communaux bruxellois disposent d’au moins un masque réutilisable en tissu.

Cette distribution de grande ampleur commence dès aujourd’hui et se poursuivra dans les prochaines semaines par vagues successives. A terme, chaque citoyen bruxellois de plus de trois ans devrait être doté d’un masque régional d’ici la fin du mois de mai et de deux dans le courant du mois de juin.

Cette première vague de distribution est organisée en étroite collaboration avec Iriscare, Citydev ainsi que les autorités communales auxquels il appartient de définir les modalités de distribution des masques à leurs administrés mais aussi aux structures suivantes :

  • le personnel des institutions bruxelloises de la Région bruxelloise et des Commissions communautaires (COCOF, COCOM, COCON)
  • les communautés locales et CPAS ;
  • les maisons d’hébergement pour adultes ;
  • les services d’aide aux familles ;
  • les centres de réadaptation fonctionnelle (revalidation) ;
  • les services d’accueil et d’hébergement dans le secteur du handicap ;
  • les maisons de soins psychiatriques ;
  • les collectivités sociales (maisons d’accueil et d’hébergement, abris de nuit, relais sociaux, etc.) ;
  • les entreprises d’économie sociale ;
  • les initiatives formation – emploi organisées en asbl
  • les associations sportives, culturels, etc. reconnus par la Région bruxelloise et les Commissions communautaires.

Le port du masque en tissu – ou de confort – joue un rôle clé dans la phase de déconfinement dans les transports en commun et quand la distance physique ne peut être garantie. Il constitue un geste barrière additionnel aux autres mesures sanitaires. « La vertu du masque n’est pas de se protéger à titre individuel contre le virus mais bien de protéger les autres contre les projections salivaires notamment dans les transports en commun où les distances ne peuvent pas toujours être respectées », insiste le Ministre-Président Vervoort. « Dans ce cadre, nous avons à cœur d’offrir une égalité de traitement à tous les Bruxellois, ces masques s’adressant à l’ensemble de la population bruxelloise, en ce compris les enfants de plus de trois ans, les personnes sans abri et les personnes en situation irrégulière. »

Cette mesure de prévention et de solidarité est destinée à contribuer à la protection de chacun mais aussi à organiser les phases de déconfinement en y intégrant les gestes barrières comme nouveaux modes de vie en communauté et dans nos rapports aux autres. Ce n’est que de cette manière que nous pourrons mettre fin durablement à la crise sanitaire.

La Région accompagne cette distribution de masques d’une campagne de communication visant le public jeune et s’articulant autour du respect de la mesure de distanciation physique d’1m50 et du port du masque (obligatoire dans les transports en commun) entre autres. La campagne fait référence à la reprise des activités dans un contexte différent via les phrases « La vie reprend mais pas comme avant » et « j’existe autrement ».

Plus d’infos sur https://jexisteautrement.brussels, https://ikleefanders.brussels, et https://mylifedifferently.brussels.

Retrouvez également tous les conseils d’utilisation de ces masques sur www.bps-bpv.brussels.

Le Collège de la COCOF voit sa dotation régionale augmenter de 6,4 millions supplémentaires pour soutenir ses secteurs face à la crise du COVID-19

Le Collège de la COCOF voit sa dotation régionale augmenter de 6,4 millions supplémentaires pour soutenir ses secteurs face à la crise du COVID-19

communiqué de presse

15 mai 2020

Le Collège de la Commission communautaire française a obtenu une nouvelle augmentation de la dotation régionale à hauteur de 6,4 millions d’euros en vue de couvrir différentes mesures de soutien aux divers secteurs de la COCOF en lien avec la crise du COVID-19. Ces mesures sont complémentaires aux mesures exceptionnelles du 26 mars et du 24 avril 2020.

Cette augmentation de la dotation se répartit de la manière suivante :

En Social-Santé :

Renforcement des équipes des services de médiation de dettes COCOF/COCOM afin d’absorber l’augmentation des demandes d’aide due à la crise, qui accentue la précarité des publics vulnérables ou qui font face à la perte de leur revenu (350.000 euros) ; 

Renforcement des équipes des Centres d’Action sociale globale pour permettre d’absorber l’émergence probable post-confinement des demandes d’accompagnement social relatives à des problématiques multiples et complexes pour lesquelles plusieurs approches sont nécessaires (640.000 euros) ;

Renforcement des dispositifs psychologiques et des équipes spécialisées en Santé mentale pour une aide psychologique adaptée à destination des publics fragilisés – personnel soignant, jeunes adultes, minorités, étudiants, femmes -, et passant notamment par la création d’espaces virtuels au sein des structures existantes. (800.000 euros) ;

Pour le secteur du Handicap :

Couverture des frais supplémentaires des centres d’hébergement ayant adapté leur organisation (via une indemnisation complémentaire du personnel) et qui connaissent une augmentation de leurs charges (1.960.000 euros) ;

Renforcement des centres d’hébergement de répit/d’urgence Intermaide afin de leur permettre d’augmenter leur capacité d’accueil pendant les prochains mois ainsi que les frais de personnel (2 ETP) nécessaire (62.000 euros) ;

Renforcement des services d’accompagnement via une augmentation des effectifs (10 ETP) sur les 6 mois afin de pouvoir octroyer des soins et des services d’accompagnement à domicile (300.000 euros) ;

Pour l’Enseignement :

Renforcement des équipes chargées du suivi des élèves afin d’éviter le décrochage scolaire des élèves en difficulté dans les écoles de la Cocof et la mise en place d’une opération spéciale « Retour à l’école » (100.000 euros) ;

Mise en place d’ateliers d’été pour éviter une rupture de scolarité trop importante et donner la possibilité d’apprendre autrement en partenariat avec des associations actives dans l’extrascolaire   (74.000 euros) ; 

Pour la Culture :

Élargissement du fonds de compensation pour le secteur culturel permettant une augmentation des aides exceptionnelles prévues début mars pour pallier aux pertes de recettes dans le secteur culturel et favoriser la survie des opérateurs bruxellois francophones, afin qu’ils puissent continuer à animer le dynamisme culturel, la diversité du paysage et l’accès de tou.te.s à la Culture (1.000.000 euros).

Emission spéciale pour les seniors qui souffrent de l’isolement par l’intermédiaire du média régional BX1, via l’aide au développement et à la production de l’émission « La guinguette », pour offrir un contenu culturel destiné aux seniors et lutter contre les situations d’isolement, spécialement dans les maisons de repos bruxelloises (97.000 euros).

En Formation

Intervention dans l’adaptation des formations sachant que le déconfinement entrainera la possibilité de reprise des activités de formations dispensées par les opérateurs spécialisés. Cette intervention doit permettre les aménagements nécessaires à la reprise des cours pour les stagiaires (175.000 euros).

Pour la Cohésion sociale :

Renforcement de l’offre des services en cohésion sociale via les communes pour permettre aux acteurs de la Cohésion sociale d’accueillir de nouveaux publics et d’élargir ou d’adapter leur offre en cas de besoin et/ou en développant des thématiques spécifiques :

  • dans les 13 communes aujourd’hui reconnues dans le cadre du dispositif de cohésion sociale, chaque coordination locale recevra 40.000 € (520.000 euros) ;
  • dans les 6 communes qui ne disposent pas de coordination locale, un projet spécifique pourra être soutenu pour un montant de 13.300 € par commune (80.000 euros).

Pour lutter contre la fracture numérique :

Financement du reconditionnement et de la distribution d’ordinateurs portables ou de tablettes, ainsi que l’accompagnement à leur utilisation afin de rencontrer l’urgence d’équipement informatique pour les publics les plus fragilisés, par l’intermédiaire des associations de soutien scolaire.

Barbara Trachte, Ministre-présidente de la COCOF : « Avec l’ensemble de ces mesures, le Collège de la COCOF entend continuer à diminuer l’impact social et économique de la crise pour le secteur non-marchand, souvent en première ligne, qui œuvre au quotidien à répondre aux besoins essentiels des citoyen.ne.s. Il s’agit aussi de permettre aux opérateurs des secteurs de faire face à la sollicitation très importante dans les mois à venir, en raison de l’aggravation de multiples problèmes socio-sanitaire auprès des Bruxelloises et des Bruxelloises ».

« L’égalité des chances en matière d’éducation pour tous les enfants est essentielle. C’était le cas avant la pandémie de coronavirus, et cela doit continuer à être garanti pendant et après cette crise sanitaire. C’est pourquoi, nous soutenons les élèves des écoles de la COCOF qui se trouvent dans des situations précaires afin d’éviter qu’ils ne prennent du retard à l’école. Il était également essentiel de s’attaquer à la fracture numérique en veillant à ce que tous les jeunes vulnérables soient équipés d’un ordinateur portable. Sans oublier, le secteur culturel pour lequel 1,2 millions d’euros ont été réservés afin de venir en soutien aux structures et prendre en charge les pertes de recettes qui empêcherait d’honorer les prestations non annulables ou d’éviter les pertes cumulées qui mettraient les structures dans l’instabilité. » déclare le Ministre-Président de la Région bruxelloise et Ministre COCOF en charge de la Politique de l’Enseignement, des Crèches, de la Culture, des Personnes handicapées, du Tourisme et du Transport scolaire, Rudi Vervoort.

« Les conséquences de la crise du COVID ne sont pas que d’ordre sanitaire. Elles peuvent aussi être d’ordre financier ou psychosocial. En renforçant certains services essentiels comme celui de la médiation de dette, des centres d’action sociale ou de la santé mentale, nous portons une attention toute particulière à des publics fragilisés qui ont vu leurs souffrances amplifiées par la crise du COVID », explique Alain Maron, Ministre de la Santé et du Social

« En débloquant de nouveaux moyens pour le non-marchand, nous réitérons notre soutien au secteur et à ses travailleurs, largement impactés par la crise Corona. En ce qui concerne la formation professionnelle, celle-ci doit reprendre au plus vite pour permettre aux chercheurs d’emploi de se former et de participer à la reprise de l’activité économique tout en respectant les mesures de sécurité sanitaire. Les moyens dégagés permettront aux acteurs de se fournir en masques et en gel hydroalcoolique mais également de se procurer tout le matériel nécessaire à la reprise de leurs activités », explique Bernard Clerfayt, Ministre de la Formation professionnelle.

« La pandémie de Covid-19 a clairement mis en évidence l’urgence d’assurer un accompagnement social renforcé des Bruxellois les plus vulnérables. Les personnes âgées, les personnes issues des nouvelles migrations ou encore certains jeunes en manque de repères sont particulièrement impactés par la crise et les mesures de distanciation sociale qui en découlent. Je souhaite que tous puissent bénéficier d’un accompagnement spécifique dans cette période difficile », précise la Ministre de la Cohésion sociale Nawal Ben Hamou.

Nouvelles mesures de soutien et plan de relance en Région de Bruxelles-Capitale

Nouvelles mesures de soutien et plan de relance en Région de Bruxelles-Capitale

communiqué de presse

14 mai 2020

Le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale a pris aujourd’hui des mesures supplémentaires pour soutenir les secteurs lourdement touchés par la crise sanitaire et par les mesures d’urgence décidées par le Conseil National de Sécurité.  Le Gouvernement s’est également accordé sur la méthodologie  d’un plan de relance et de redéploiement pour faire face aux conséquences graves de la pandémie de Covid-19. 

  1. Mesures pour les entreprises bruxelloises et les entrepreneurs 

Le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale s’est accordé sur les modalités de l’introduction d’une prime d’un montant de 2.000 euros destinée à soutenir les indépendants et entreprises (maximum 5 ETP) qui connaissent une baisse significative d’activité en raison des mesures prises pour lutter contre la propagation du Covid-19. Cette prime sera accessible aux entreprises et indépendants ayant un siège d’exploitation en Région de Bruxelles-Capitale. Une prime par entreprise pourra être demandée.

Concrètement, la prime est conditionnée : 

  • à l’octroi du droit passerelle complet pour les mois de mars ou avril, pour les indépendants en personne physique ainsi que pour les sociétés dont le gérant est indépendant;
  • au fait qu’une majorité des employés soit en chômage temporaire COVID-19, pour les entreprises dont le gérant n’est pas indépendant ainsi que pour les associations dont l’objet social a un caractère économique ou commercial et qui n’ont pas un financement d’origine publique dépassant 50%.

L’introduction de la demande de prime pourra se faire au début du mois de juin. A l’instar de la prime de 4.000 euros, tout sera mis en œuvre pour que les démarches administratives soient les plus simples possible et que le paiement soit effectué dans les délais les plus courts. Il est conseillé aux entrepreneurs de s’inscrire dès à présent, via le site du 1819 (www.1819.brussels) pour être informé de la date précise à laquelle le formulaire sera accessible sur le site internet de Bruxelles Économie et Emploi.

Cette prime devrait concerner, selon les estimations, quelque 50.000 indépendants et entreprises bruxelloises, pour un budget total de 102 millions d’euros. Sont exclues du dispositif, les entreprises ayant demandé la prime unique de 4.000 euros mais aussi toute autre prime mise en place dans le cadre de la crise COVID que ce soit en Région de Bruxelles-Capitale ou dans une autre région ou communauté.

  1. Un plan coordonné de relance et de redéploiement 

La pandémie de Covid-19 est la plus grande crise sanitaire à laquelle la Région bruxelloise ait dû faire face depuis sa création. Elle a des conséquences considérables au niveau sanitaire mais aussi sur la vie économique et sociale. Le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale travaille depuis un certain temps à un plan post-covid. Le Conseil des ministres a approuvé aujourd’hui les bases d’un plan de relance et de redéploiement. 

Ce projet, comprenant plusieurs étapes, doit permettre que le redéploiement s’inscrive dans les objectifs de moyen et long terme. Un redéploiement progressif et sécurisé de l’ensemble des activités sur le territoire pour maintenir les entreprises à flot, préserver les emplois existants et assurer un retour à la vie active pour les Bruxellois.  

Le Gouvernement bruxellois et le Collège réuni élaboreront ce plan coordonné. Les Commissions communautaires pourront le décliner dans leur sphère de compétence.

Ce projet  doit répondre à 3 questions centrales:

  • Comment poursuivre l’engagement pris par le Gouvernement et les Collèges d’amener Bruxelles sur la voie de la transition économique, sociale et environnementale;
  • Comment et selon quel modèle peut-on assurer un fonctionnement optimal  de notre système socio-sanitaire;
  • Comment et selon quel schéma de développement peut-on reconfigurer l’aménagement spatial de notre ville-région tenant compte des différentes fonctions de la ville à savoir mobilité, logement, activités économiques, loisirs?

Ce plan de relance et de redéploiement  sera fondé sur les priorités de la Déclaration de Politique Régionale.  Pour assurer la cohérence de l’action gouvernementale, il sera intégré aux outils planologiques stratégiques existants, en particulier, la stratégie GO4Brussels 2030, le Plan Régional de Développement Durable (PRDD), et le plan Good Move. Ces 3 outils ayant été élaborés et concrétisés en concertation avec l’ensemble des interlocuteurs sociaux et des acteurs publics de la Région ou suite à une large consultation citoyenne.

Un Comité de pilotage, reprenant l’ensemble des cabinets sous la coordination du cabinet du Ministre-Président, est chargé de l’élaboration du plan. Plusieurs groupes de travail seront formés, correspondants aux 2 task-force déjà existantes sur l’économie et l’emploi et le social-santé.

Le Gouvernement bruxellois et les Commissions communautaires prennent des mesures pour soutenir le secteur culturel et créatif de la Région bruxelloise

Le Gouvernement bruxellois et les Commissions communautaires prennent des mesures pour soutenir le secteur culturel et créatif de la Région bruxelloise

communiqué de presse

14 mai 2020

Afin de soutenir le secteur culturel et créatif bruxellois lourdement touché par la crise sanitaire et ses conséquences, le Gouvernement bruxellois et les Commissions communautaires française et flamande ont approuvé aujourd’hui des mesures sans précédent pour un montant de 8,4 millions d’euros. Parmi celles-ci, la dotation d’un fonds permettant d’octroyer une aide exceptionnelle pour les travailleurs intermittents de la culture. Si d’autres niveaux de pouvoir ont déjà pris des mesures de soutien importantes, il est primordial que l’action des pouvoirs publics s’additionne au-delà des réalités institutionnelles vu l’urgence économique et social à laquelle le secteur culturel est confronté.

Bruxelles présente l’offre culturelle la plus importante du pays. Cette offre culturelle et créative riche, diverse et contemporaine lui apporte non seulement une valeur ajoutée en matière d’emploi et de valeur économique mais aussi de bien-être social. Elle permet également à la Région de se distinguer fortement sur la scène nationale et internationale. Cette offre existe grâce à des travailleurs qui, pour beaucoup, exercent leur métiers dans des conditions précaires avec des statuts divers. Aujourd’hui, ils font partie des groupes les plus fragilisés, très lourdement touchés par la crise.

Il est important pour la Région bruxelloise d’adopter des mesures spécifiques pour soutenir ce secteur et notamment les organisations bruxelloises à caractère non lucratif et les travailleurs intermittents de la culture qui n’ont pu, jusqu’à présent, prétendre à une aide.

C’est ainsi que le Gouvernement bruxellois a décidé d’accorder :

  • Une prime sectorielle régionale unique de 2000 € pour toutes les organisations culturelles et créatives touchées par la crise causée par le COVID-19

Cette prime unique s’adresse à toutes les organisations bruxelloises des secteurs culturels et créatifs qu’ils agissent dans le champs marchand ou non lucratif.

La prime sera octroyée sur demande expresse de l’organisation auprès de Bruxelles Économie Emploi via un formulaire en ligne disponible prochainement.

  • Une aide exceptionnelle de maximum 1500€ pour les travailleurs intermittents de la culture (fonds de 5 millions €)

De nombreux travailleurs intermittents du secteur culturel se retrouvent dans une situation très précaire. Outre le fait de ne pouvoir exercer de prestation actuellement, ils n’ont droit au chômage temporaire que dans des conditions limitées. Les prestations sont au mieux reportées, au pire annulées, ce qui induit une perte des rémunération importante pendant cette période.

Dans ce cadre, le Gouvernement bruxellois dotera un fonds de 5 millions d’euros pour l’octroi d’une aide exceptionnelle aux travailleurs intermittents de la culture subissant des pertes de revenus suite à l’annulation ou au report d’événements en raison de la crise, et qui n’ont ni accès au chômage temporaire, ni au droit passerelle. Cette aide de maximum 1500 € par personne permettra de couvrir une partie des besoins élémentaires de ces citoyens mais aussi de soutenir l’emploi bruxellois. Elle est réservée aux travailleurs qui la demandent et dont le statut répond aux conditions définies.

Enfin, il importe au Gouvernement de veiller à ce que les citoyens bruxellois puissent reprendre leur participation à la culture et au vivre ensemble en évitant que le terreau fertile créatif de la Région ne dépérisse. La culture stimule, inspire, crée des espaces pour l’imagination, façonne l’identité, colore la vie et donne de l’espoir. Elle crée du rapprochement social et casse les distances virtuelles entre les personnes. Le Gouvernement bruxellois est donc convaincu que des mesures spécifiques de relance et de redéploiement sont indispensables pour soutenir les acteurs culturels et créatifs de la Région.  Celles-ci seront donc pensées avec les trois entités : la Région de Bruxelles-Capitale, la Commisson communautaire française (COCOF) et la Vlaamse Gemeenschap Commissie (VGC) en collaboration, entre autres, avec Visit.brussels, hub.brussels et Bruxelles Economie Emploi.

« La Région prend la mesure de l’urgence pour les travailleurs intermittents de la culture et de leur apport humain, social, culturel et économique indiscutables pour notre ville. Si nous voulons être la capitale européenne de la culture à un horizon de 10 ans et continuer à exister sur la scène nationale et internationale, on se doit de soutenir le terreau culturel et créatif bruxellois. Opposons à la distanciation sociale nécessaire durant cette période, une toile de rapprochement social, humain et créatif » déclare le Ministre-Président Rudi Vervoort.

« Le coronavirus a mis une fin abrupte à l’essor que connaît la vie culturelle bruxelloise au sens large ces dernières années. Bruxelles était the place to be tant pour les Bruxellois que pour les nombreux visiteurs venus de toute-part. Nous devons cela aux programmations et événements attrayants, à la communication multilingue, aux collaborations de qualité, aux professionnels de la culture et aux artistes engagés et talentueux. Ils ont apporté une vie dans notre ville qui profite à tous. Grâce à ces mesures d’un montant de 8,4 millions d’euros, nous voulons à tout prix éviter que cette floraison culturelle s’arrête net après la crise sanitaire liée au Covid-19. » ajoute le Ministre des Finances et du Budget, Sven Gatz.

« Avec la crise corona, le secteur culturel a perdu 93% de ses recettes. Toutes les performances, les festivals, les conférences, les expositions sont au mieux postposés, au pire annulés. Idem pour les productions de cinéma et de télévision. Quant aux artistes, ils ne peuvent tout simplement plus travailler. Des milliers d’emplois sont menacés. En débloquant près de 9 millions d’euros pour soutenir le secteur culturel et créatif, nous protégeons l’emploi de nombreux Bruxellois. Et mettons tout en œuvre pour que ce secteur, qui contribue au développement de notre Région mais aussi à sa réputation internationale, reprenne le plus rapidement possible » précise le Ministre de l’Emploi Bernard Clerfayt.

« Soutenir la culture, c’est soutenir toutes ces femmes et ces hommes qui, au quotidien, vivent pour donner du rêve, divertir, faire réfléchir. Tout ce dont la société a besoin en ces temps difficiles. Soutenir financièrement l’industrie culturelle et créative bruxelloise, c’est aussi venir en aide à un secteur économique particulièrement touché par la crise du COVID alors qu’il est l’un des symboles du dynamisme et de la diversité de notre Région. Autant de raisons qui justifient ces mesures exceptionnelles », déclare Barbara Trachte, Secrétaire d’Etat à la Transition économique.

Selon Pascal Smet, Secrétaire d’État à la Région de Bruxelles-Capitale et membre de la VGC, chargé de la Culture, « Bruxelles est une ville de culture à l’échelle mondiale. Notre ville attire des artistes mondialement reconnus, des designers, des musiciens, etc. Mais ce secteur est particulièrement touché par la crise actuelle. Grâce à ces mesures adaptées, nous voulons accorder une attention accrue à ceux qui se trouvent dans les conditions les plus précaires. Mais il convient également de prévoir un soutien à plus long terme au secteur culturel et créatif, car la crise produira encore ses effets pendant des mois et des années sur son fonctionnement. Nous voulons veiller à ce que les Bruxellois aient de nouveau envie de prendre part à la vie culturelle et communautaire et que le terreau de créativité qu’est la Région bruxelloise ne dépérisse pas. »

Nouvelles mesures de soutien en Région de Bruxelles-Capitale

Nouvelles mesures de soutien en Région de Bruxelles-Capitale

communiqué de presse

30 avril 2020

Dans le cadre de la pandémie de Covid-19, le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale a décidé aujourd’hui de renforcer les mesures économiques pour certains secteurs parmi ceux les plus touchés par la crise sanitaire et les mesures d’urgence décidées par le Conseil national de sécurité.

Moyens supplémentaires pour finance&invest.brussels

Finance&invest.brussels reçoit – comme déjà annoncé dans l’accord de majorité- une injection de 160 millions d’euros, soit le triple de son capital. Les deux tiers de cette augmentation de capital, soit environ 106 millions d’euros, seront mis à disposition durant les quatre prochaines années par la Région bruxelloise, au prorata de 26,4 millions d’euros par an. En outre, Finance&invest.brussels s’efforcera d’attirer des fonds du secteur privé pour au moins 52,8 millions d’euros.

Ces moyens seront prioritairement consacrés cette année et l’an prochain à la reprise de l’économie bruxelloise afin de faire face à la crise mais aussi pour soutenir la transition économique. 

De concert avec le Gouvernement bruxellois, finance&invest.brussels mettra sur pied un plan d’investissement qui sera monitoré chaque mois. Des efforts seront également déployés pour renforcer le potentiel de croissance des entreprises bruxelloises afin de stimuler l’emploi à Bruxelles.

De plus, suite à la demande du Gouvernement, finance&invest.brussels soutiendra, par le biais d’emprunts, non seulement les restaurants et les cafés et leurs fournisseurs, mais également les hôtels. Suite aux mesures d’urgence décidées le 10 mars dernier par le Conseil régional de sécurité qui ont imposé la fermeture des cafés et des restaurants et qui ont aussi engendré la désaffection des hôtels, le secteur HORECA est confronté à de graves problèmes de liquidités. Avec cet outil, le Gouvernement vise les grands établissements de l’Horeca et les hôtels comptant 50 employés ou plus. Pour les petites entreprises, une prime de 4.000 euros a déjà été mise en place.

Par ailleurs, les entreprises touchées peuvent demander des crédits à faibles taux, qui doivent être remboursés endéans les cinq ans.

En ce qui concerne les hôtels et la situation très particulière du secteur, le Gouvernement met en place un groupe de travail piloté par le Ministre-Président pour évaluer les mesures déjà adoptées et préparer les mesures de relance complémentaires adaptées à la diversité des situations de ce secteur.

Le Gouvernement bruxellois s’est également accordé sur d’autres mesures de soutien économique. Parmi celles-ci :

  • Anticipation de l’engagement et de la liquidation des aides à l’expansion économique, quel que soit le secteur d’activité

Pour rappel, une mesure similaire mais ciblée sur les secteurs de l’Horeca, tourisme, culture, événementiel avait été décidée précédemment (5,2 millions d’euros).

  • Mobilisation de l’épargne privée via un prêt « Proxi » (1 million d’euros)

Le prêt « Proxi » vise à mobiliser l’épargne citoyenne au profit du financement des PME via un crédit d’impôt sur un/plusieurs prêt(s) octroyé(s) par un.e Bruxellois.e à une PME. Les citoyens visés sont les 3F (Friends, Family and Fools). Ce dispositif permet d’assurer à court terme un renforcement des fonds propres des entreprises.

  • Soutien aux coopératives d’activité et à la Smart (2 millions d’euros)

Le gouvernement a décidé d’octroyer un prêt à taux réduit aux entrepreneurs-salariés hébergées par les coopératives d’activités via une convention entre Finance&invest et lesdites coopératives. En effet, ces entrepreneurs salariés ne sont pas éligibles aux primes classiques dès lors qu’ils n’ont pas de numéro de TVA propre.

  • Octroi de microcrédits de trésorerie pour les indépendants et les très petites entreprises (TPE)

Le Gouvernement a décidé de renforcer les microcrédits via BRUSOC en octroyant des crédits de trésorerie de maximum 15.000 euros à taux réduits à destination des indépendants, TPE et structures d’économie sociale. 

  • Soutien aux organismes de microcrédit (500.000 euros)

Il a été décidé de renforcer le soutien public à l’action des organismes de microcrédits afin d’accorder des prêts à taux réduits destinés à reconstituer un fonds de roulement pour la relance de l’activité des micro-entrepreneurs.