Pandémie Coronavirus (COVID-19) – Liens utiles

Pandémie Coronavirus (COVID-19) - Liens utiles

communiqué de presse

19 mars 2020

Liens utiles durant le crise sanitaire Coronavirus (Covid-19) :

📌 https://www.info-coronavirus.be : pour toutes les informations concernant le virus, toutes les mesures d’hygiènes à prendre, les questions fréquemment posées ainsi que les dispositions spécifiques prises par les autorités fédérales.

🅱️ https://coronavirus.brussels : pour toutes les informations sur les mesures prises par les autorités bruxelloises.
🧰https://visit.brussels : pour les questions touristiques.
🏢https://1819.brussels : Pour toute information sur les mesures économiques en faveur des indépendants et des entreprises.

🔸En ce qui concerne les primes de la Région de Bruxelles-Capitale, les conditions pratiques d’obtention de ces primes sont publiées sur cette page d’information. Veuillez d’abord consulter le site web 1819.brussels, puis contacter le service 1819 par téléphone (tous les jours de 9h à 17h) si vous avez des questions plus spécifiques.

🔹https://www.brulocalis.brussels : pour plus d’informations sur les mesures prises en matière des subsides.

☎️ Le numéro vert : 0800/35.243 pour répondre aux besoins liés à l’urgence sociale (entre 8h et 20h en semaine et de 10h à 18h le weekend). 

🔹 Pour retrouver les mesures de soutien au secteur de l’action sociale et de la santé, rendez-vous ici.

👩‍⚕️ Le numéro 1710 : pour les Bruxellois qui n’ont pas de médecin généraliste et qui en ont besoin.

👨‍👧‍👦 Epuisement parental? Appelez SOS Parents : 0471/41.43.33.

♿ Pour toute information, conseils et interventions financières aux personnes handicapées, appelez le service PHARE au 02/800.82.03​

🚫 Vous vivez une situation de violence conjugale (0800/300.30) où sexuelle (0800/98.100)?

🏳️ En cas d’idées suicidaires appelez le Centre de prévention de suicide : 0800/32.122

☎️ Numéro d’appel du Service public fédéral Santé : 0800/14.689
info-coronavirus@health.fgov.be

☎️ Numéro d’appel du Service public fédéral Economie : 0800/120.33

Lancement du 12ième appel à projets des Contrats de Quartiers Durables en Région bruxelloise

Lancement du 12ième appel à projets des Contrats de Quartiers Durables en Région bruxelloise

communiqué de presse

27 juillet 2020

Depuis 1993, la Région de Bruxelles-Capitale dispose des contrats de quartier, un outil performant de revitalisation urbaine devenu durable en 2010. Chaque année, à l’initiative de son Ministre-Président Rudi Vervoort, la Région lance un appel à candidatures auprès des communes bruxelloises afin de définir les nouveaux périmètres éligibles à l’élaboration d’un programme de contrat de quartier durable. La 12ième série (2021-2026/2029) de ces nouveaux quartiers qui bénéficieront de subventions régionales vient d’être lancée.

La politique des contrats de quartier durables œuvre à renforcer les zones urbaines les plus précarisées de la Région bruxelloise afin de répondre à des besoins cruciaux en matière de création ou rénovation de logements, de réhabilitation d’espaces publics, de création d’infrastructures de proximité, d’amélioration de l’environnement et de la cohésion sociale au sein des quartiers. Ces contrats de quartier soutiennent en outre certaines activités économiques ou commerciales et intègrent une dimension environnementale.

Le Ministre-Président Rudi Vervoort : « Ce 12ième appel à projets a pour objectif de proposer aux communes bruxelloises reprises dans la Zone de Revitalisation Urbaine (ZRU) 2020 un canevas commun pour la remise d’une candidature. Il permettra également d’offrir à mon Gouvernement une base d’informations comparables lui permettant d’opérer des choix quant aux périmètres bénéficiaires des programmes de revitalisation urbaine pour l’année à venir. A noter que pour la première fois, et ce, suite à un contexte très difficile vécu durant la crise sanitaire du Covid-19, cet appel à candidature sera thématisé sur les territoires à prédominance de logements sociaux. »

Cette nouvelle série se concentrera donc

  • Soit sur des périmètres ciblés « grands ensembles » : portion de territoire avec beaucoup de tours de logements sociaux et/ ou cité (jardins) et/ou concentration de logements publics sociaux ou assimilés ;

  • Soit sur des périmètres comportant plus de 50% de logements sociaux ou assimilés au niveau du périmètre proposé par la commune

Par ailleurs, différentes orientations liées aux logements, à l’environnement, à la mobilité et aux activités économiques et productives entre autres seront à prendre en compte. Ces dernières ont été définies en adéquation avec les objectifs inscrits dans le cadre du Plan de relance et de redéploiement de la Région bruxelloise et répondent aux enjeux urbains de la « ville de proximité ».

Un guide pour l’élaboration du dossier de candidature a été développé afin d’aider les communes dans leur travail. Elles auront jusque mi-novembre 2020 pour introduire leur candidature. Plusieurs étapes d’analyses des périmètres et actions proposées par les communes seront nécessaires avant l’attribution de la nouvelle série prévue durant le premier semestre 2021.

Covid-19 : Les intermittents de la Culture pourront demander leur prime dès le 27 juillet

Covid-19 : Les intermittents de la Culture pourront demander leur prime dès le 27 juillet

communiqué de presse

23 juillet 2020

le Gouvernement bruxellois a validé les modalités d’octroi d’une aide exceptionnelle destinée aux intermittents de la Culture. Ceux-ci pourront dès le 27 juillet et jusqu’au 16 août introduire leur demande sur le site d’actiris, www.actiris.be
Les travailleurs intermittents de la culture auraient pu être les grands oubliés de la crise du coronavirus. Pas en Région bruxelloise, où dès le 14 mai dernier, le Gouvernement bruxellois s’est accordé sur l’octroi d’une aide unique individuelle pour les travailleurs intermittents de la culture qui ne  bénéficient d’aucune aide, ni du chômage temporaire, ni du droit passerelle.
Face aux annulations ou au report de leurs prestations en raison du Covid-19, ils sont nombreux à n’avoir touché aucun revenu durant plusieurs mois. Les risques de sombrer dans la pauvreté sont donc réels. C’est pourquoi, l’octroi d’une aide exceptionnelle de maximum 1.500 € s’avère indispensable pour couvrir une partie de leurs besoins élémentaires et protéger l’emploi bruxellois.
En pratique, chaque intermittent bruxellois du secteur de la culture pourra bénéficier d’une aide exceptionnelle de maximum :
–             1.500 € pour le travailleur qui a perçu entre le 13 mars 2020 et le 31 mai 2020 des revenus s’élevant à moins de 775 euros ;
–             1.000 euros pour le travailleur qui a perçu durant cette même période des revenus s’élevant à moins de 1.550 euros ;
–             500 euros pour le travailleur qui aurait perçu durant cette même période des revenus s’élevant à moins de 3.100 euros ;
« La crise du Coronavirus a fragilisé le monde de la culture comme jamais. Cela faisait plusieurs mois que les intermittents attendaient. En Région bruxelloise, ils ne seront pas les grands oubliés de la crise. Au total, nous avons dégagé 5 millions d’euros pour leur fournir une aide unique leur permettant de couvrir certains besoins essentiels. Aussi, nous mettons tout en œuvre pour préserver l’emploi bruxellois et assurer une reprise la plus rapide possible », explique Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois de l’Emploi.
« Le secteur culturel et créatif joue un rôle essentiel pour notre société. Il fait partie de l’âme de Bruxelles. C’est un secteur qui contribue largement à notre bien-être, humain tout d’abord mais aussi économique. Sans oublier son apport indiscutable à l’attractivité de notre Région. La Culture, c’est aussi un grand nombre de personnes qui travaillent avec des revenus très faibles. Et la crise les touche de plein fouet. Dès lors, il est fondamental de soutenir les travailleurs afin que Bruxelles reste une ville de Culture. » affirme Rudi Vervoort, Ministre-Président de la Région de Bruxelles-Capitale.
« Cette prime unique représente une aide bienvenue aux besoins de nombreux intermittents bruxellois de la culture qui jusqu’à présent ont été oublié des mesures de soutien pour atténuer les conséquences de la crise sanitaire liée au coronavirus. Il s’agit des artistes freelances et  d’artistes individuels occasionnels, des musiciens, des chanteurs mais également des intermittents dans le secteur culturel qui ne sont pas liés à une organisation ou  à une institution et qui ont subi au cours des derniers mois d’importantes pertes de revenus, confirmé comme tels par les comités paritaires des travailleurs culturels. « Ils sont indispensables pour étayer la culture bruxelloise » déclare Sven Gatz, ministre bruxellois du Budget.
« Les travailleurs intermittents culturels bruxellois sont divers par leur statut et leur type de travail. En tant que membre de la VGC, il est de mon devoir de défendre également leurs intérêts au sein du gouvernement Bruxellois. Avec cette prime, nous montrons clairement qu’il est possible de relier Bruxelles à une capitale au service de tous les Bruxellois.es. Pour la première fois, nous pouvons garantir qu’une prime pour le secteur culturel soit également accessible aux travailleurs culturels de toute la région bruxelloise, quels que soient leur langue, leur statut ou les ministres compétent.es. Nous voulons garantir ainsi que chacun.e  compte », déclare Pascal Smet, secrétaire d’État aux relations européennes et internationales et Membre du Collège de la VGC chargé de la Culture
Afin d’assurer un traitement des demandes le plus rapidement possible et d’aider au plus vite les travailleurs du secteur, la procédure a été digitalisée. Des formulaires papier seront toutefois disponibles en français, néerlandais et anglais.
La demande d’aide pourra se faire dès ce 27 juillet sur le site d’actiris, www.actiris.be. Les travailleurs intermittents auront jusqu’au 16 août pour compléter le formulaire. Au plus tard, le 14 septembre les décisions d’octroi seront envoyées et le paiement aux bénéficiaires aura lieu dans la foulée.

Le Gouvernement francophone bruxellois octroie plus de 600.000 € pour la culture dans les écoles

Le Gouvernement francophone bruxellois octroie plus de 600.000 € pour la culture dans les écoles

communiqué de presse

17 juillet 2020

Le programme « la Culture a de la classe » fête cette année ses 20 ans d’existence. Ce programme, subventionné par la Commission communautaire française, permet de porter des projets artistiques et culturels dans les écoles bruxelloises. Sélectionnés par un jury de professionnels suite à un appel, ces projets sont très divers, allant de la création d’œuvres avec les élèves à la participation critique à des prestations artistiques. Lancé juste avant le début de la période de confinement, l’appel à projets 2020 a connu un regain d’intérêt en cette année particulière.

Plus de 30 % de projets de qualité de plus que les années précédentes. C’est le résultat très positif de l’appel à projets « la Culture a de la classe » 2020. Parmi ceux-ci, on retrouve des reports de projets qui n’ont pu se tenir à cause du confinement mais également des projets nouveaux, guidés par le soucis d’inclure plus d’art et de culture dans les parcours scolaires des enfants et des adolescents bruxellois. C’est dans ce cadre que le Gouvernement, sur proposition de Rudi Vervoort, Ministre-Président de la Région de Bruxelles-Capitale et Ministre en charge de la Culture à la COCOF, a décidé d’octroyer exceptionnellement une enveloppe de 606.000 € pour ces projets, le montant prévu initialement étant de 450.000€.

«Je suis particulièrement heureux qu’on ait pu s’accorder sur une augmentation exceptionnelle du budget pour les projets « Culture a de la classe » tant parce que ce programme mérite un éclairage particulier pour ses 20 ans que parce que nos enfants ont besoin de trouver des activités culturelles sur leur trajet scolaire. L’année 2020 a été particulièrement éprouvante pour les élèves et les enseignants. S’embarquer dans des projets artistiques et créatifs en classe permet de faire de l’école cet espace d’émancipation pluridisciplinaire qu’elle doit être à mes yeux » se réjouit Rudi Vervoort. « Ce genre de projet renforce les apprentissages de base et assure l’accrochage scolaire par leur aspect créatif, participatif, inclusif et novateur. Ce programme est le précurseur de ce que la Fédération Wallonie-Bruxelles compte mettre en place en terme de parcours d’éducation culturelle et artistique. A Bruxelles, nous démontrons que nous sommes à la pointe en la matière mais aussi combien il est primordial d’aller plus loin et de continuer à investir dans ce type d’activités qui augmentent la qualité de notre enseignement. »

Cette année, le montant horaire alloué à chaque projet a été également revalorisé afin de prévoir une meilleure et plus juste rémunération des artistes qui interviennent. « Durant cette période difficile pour les artistes, ces prestations revalorisées dans les écoles leur permettront de continuer leur pratique artistique en donnant goût à la culture dès le plus jeune âge, c’est donc un projet aux multiples effets bénéfiques » rappelle le Ministre-Président bruxellois.

«Parmi les projets sélectionnés, certains sont également réalisés dans l’enseignement spécialisé afin que les enfants porteurs de handicap ne soient pas les oubliés des politiques culturelles. » déclare Rudi Vervoort, aussi en charge de la politique en faveur des personnes handicapées et du décloisonnement de la culture en faveur des publics les plus exclus de la culture.  

Dans le courant de l’année académique 2020-2021, un grand événement permettra de fêter comme il se doit les 20 années de ce programme qui a permis la mise en place de nombreux projets de qualité et qui a offert à plusieurs générations d’enfants bruxellois, un volet artistique et créatif dans le cadre de leur cursus scolaire. L’événement était prévu en octobre 2020 mais a dû être reporté à cause de la crise sanitaire. La nouvelle date sera annoncée en automne.

Sélection des points approuvés par le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale – séance du 16 juillet 2020

Sélection des points approuvés par le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale - séance du 16 juillet 2020

communiqué de presse

16 juillet 2020

1. Adoption des subsides dans le cadre du Plan bruxellois de prévention et de proximité

Le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale a décidé de renouveler le Plan bruxellois de Prévention et de Proximité pour 2020. Il s’agit d’un plan qui règle l’octroi de subventions aux 19 communes bruxelloises pour leurs projets en matière de prévention et de sécurité dans le cadre du Plan Global de Sécurité et de Prévention (PGSP) et qui vise :

la prévention de la polarisation ainsi que la lutte contre la radicalisation ;

la présence visible et rassurante dans les espaces publics, en ce compris dans les transports en commun;

la médiation des conflits dans les espaces publics ;

la prévention et la lutte contre les assuétudes.

2. Octroi de subventions à l’ASBL Transit

L’ASBL Transit pilote un groupe de travail composé d’experts en matière de lutte contre les assuétudes et des politiques dans ce domaine. L’association travaille en étroite collaboration avec Bruxelles Prévention & Sécurité (BPS) afin, notamment :

D’offrir aux toxicomanes un espace d’accueil et de réduction des risques ;

D’accompagner les consommateurs de drogue vers une vie et un logement autonomes ;

D’aider les consommateurs de drogue à se réinsérer pendant et après leur détention ;

D’effectuer du travail de rue ;

De soutenir les communes dans la réalisation des projets qu’elles ont inscrits dans leur plan de prévention et de proximité local (cf. supra).

3. Poursuite des projets susceptibles de contribuer à la mise en oeuvre du Plan Global de Sécurité et de Prévention

Dans le cadre du Plan Global de Sécurité et de Prévention (PGSP), il a également été décidé de soutenir les ASBL qui pourront contribuer à l’élaboration de certaines mesures du plan.

Dès 2019, Bruxelles Prévention et Sécurité (BPS) a géré un portefeuille de 35 subventions liées à 32 associations. Afin d’assurer leur pérennité, une procédure de renouvellement des projets lauréats de 2019 a été engagée.

4. Aide aux hôtels et aux appart-hôtels suite aux mesures prises dans le cadre de la pandémie Covid-19

Les mesures nécessaires prises dans le cadre de la crise Covid-19 en Belgique mais aussi dans le monde, ont provoqué un arrêt quasi complet de l’industrie touristique. Ce choc concerne particulièrement le tourisme de séjour qui génère annuellement 1,2 milliard € en Région bruxelloise. Un peu moins de la moitié de cette somme (48%) revient aux hébergements. Or, l’estimation du taux d’occupation des hôtels pour les mois d’été (juillet et août) se situe actuellement aux alentours de 8%.

En Région de Bruxelles-Capitale, l’hébergement appartient souvent à des investisseurs ou des fonds financiers internationaux. Les sociétés d’exploitation sont en revanche le plus souvent locales et particulièrement fragiles, puisqu’elles ne possèdent pas d’actif.

Sans revenu depuis le début du mois de mars, de nombreux exploitants risquent donc rapidement de tomber en faillite. Cette situation doit être absolument évitée pour plusieurs raisons: la nécessité de garder une offre complète pour pouvoir accueillir les événements professionnels, la protection des nombreux employés de ces hébergements, le souci d’éviter de créer des chancres urbains et l’image de la capitale européenne.

Dans ce cadre, le Gouvernement bruxellois a décidé de soutenir les exploitants des hôtels et appart-hôtels en leur octroyant une aide exceptionnelle. Celle-ci permettra d’assurer leur survie en vue d’une réouverture dès que les conditions sanitaires le permettront. Elle consiste en une prime forfaitaire de 200€ par chambre, par mois (de mi-mars à fin août) afin de couvrir une partie des frais fixes (gardiennage, maintenance technique, frais de personnel RH, assurances, frais énergétiques, etc.). Cette prime sera octroyée aux hôtels et appart-hôtels selon des conditions précises d’éligibilité.

Par ailleurs, un montant de 600.000€ sera octroyé au Centre de formation Horeca Be Pro afin d’augmenter l’offre de formation pour le personnel Horeca. Ceci permettra d’accroître leurs compétences, d’accompagner les travailleurs ou les chercheurs d’emploi du secteur et de les soutenir dans leur reconversion professionnelle.

5. Approbation de la note d’orientation 5G

La 5G est un sujet important d’un point de vue technologique, mais également socioéconomique, sanitaire et environnemental. C’est la raison pour laquelle le Gouvernement bruxellois veut pouvoir entendre sa population et se déclare dès lors favorable à une initiative du Parlement bruxellois visant à organiser un débat public sur la thématique de la 5G et de ses enjeux. Le Gouvernement s’engage à se saisir des conclusions et/ou recommandations auxquelles ce débat démocratique aura abouti dans le courant du deuxième trimestre 2021, en vue de la mise en oeuvre de ces conclusions et/ou recommandations et du dépôt des éventuels textes législatifs qui y sont liés pour le 30 juin 2021 au plus tard. Parallèlement à cela, le Gouvernement a approuvé la création d’une plateforme de coordination bruxelloise composée de l’ensemble des membres du Gouvernement ainsi que des administrations dont les compétences sont liées aux conditions de déploiement de la 5G (Bruxelles Environnement, Urban, Bruxelles Pouvoirs locaux, Bruxelles Fiscalité, CIRB, etc.). Cette plateforme sera coordonnée par le Ministre-Président Rudi Vervoort.

Quant aux licences temporaires d’exploitation accordées par l’IBPT, le Gouvernement bruxellois rappelle que l’éventuelle exploitation sur base de ces licences temporaires, notamment pour le développement de zones test, devra se faire dans le cadre normatif actuel qui intègre le respect du principe de précaution.

6. Nouveaux logements: acquisition du projet clé sur porte “Biebuyck”

Sur proposition de la Secrétaire d’Etat au Logement, Nawal Ben Hamou, le Gouvernement bruxellois a marqué son accord sur l’acquisition du projet clé sur porte « Biebuyck » situé rue du Général Biebuyck n°36-38 à Neder-over-Heembeek.

Le projet « Biebuyck » prévoit 42 logements et dispose déjà d’un permis d’urbanisme. Le budget prévu par la SLRB pour cette acquisition est de plus de 10,6 millions d’euros. Cette acquisition réalisée pour le compte de la société immobilière de service public Le Logement Bruxellois s’inscrit dans le cadre de l’Alliance Habitat. Les logements seront disponibles à l’automne 2020.

La Région lance son premier Plan bruxellois de lutte contre les violences faites aux femmes

La Région lance son premier Plan bruxellois de lutte contre les violences faites aux femmes

communiqué de presse

16 juillet 2020

La Région bruxelloise adopte son premier Plan régional de lutte contre les violences faites aux femmes. Cinquante-six actions concrètes destinées à améliorer l’accueil, l’information, l’accompagnement et la protection des victimes mais aussi la formation et la sensibilisation des acteurs de la prévention, de la santé, de la sécurité, de l’urbanisme ou de la mobilité. Un plan concerté, évolutif et transparent qui active, de manière inédite, tous les leviers régionaux pour répondre de manière coordonnée et transversale à cette problématique.

Les violences faites aux femmes, une réalité bruxelloise

La Région bruxelloise n’est pas épargnée par le phénomène des violences faites aux femmes : une étude réalisée par equal.brussels en 2016-2017 a en effet démontré que plus de la moitié des femmes bruxelloises subissent au moins une forme de violence de la part de leur partenaire au cours de leur vie. Ce taux atteint 86 % pour le harcèlement sexuel et 17 % pour le harcèlement obsessionnel (stalking). L’impact de ces violences sur le bien-être des femmes qui en sont victimes est tout aussi important : 30 % d’entre elles en supportent encore les conséquences aujourd’hui, même si les faits se sont souvent produits des années auparavant.

Face à ce constat, le gouvernement bruxellois a pris ses responsabilités. Dans sa déclaration de politique régionale de juillet 2019, il s’était engagé à mettre en œuvre « Un Plan global de lutte contre la violence faite aux femmes […] de façon coordonnée entre les différents départements et en concertation avec les autres entités fédérées. » C’est aujourd’hui chose faite, moins d’un an après l’entrée en fonction de la secrétaire d’Etat à l’Egalité des chances, Nawal Ben Hamou.

Un plan largement concerté

Ce premier Plan 2020-2024 se décline en  56 mesures concrètes, largement inspirées des recommandations des acteurs du secteur associatif. Ceux-ci  ont été consultés par la secrétaire d’Etat à l’Egalité des chances, Nawal Ben Hamou, de septembre à décembre 2019 :  « consulter les associations actives sur le terrain était pour moi un prérequis indispensable. Ce sont les premiers experts de la lutte contre les violences faites aux femmes. Le secteur associatif a donc, non seulement contribué au contenu de ce Plan, mais sera également étroitement impliqué dans le cadre de sa mise en œuvre et de son évaluation. »

Ce premier Plan a aussi a été élaboré en étroite collaboration avec les ministres et secrétaires d’État bruxellois. Concrètement, cela se traduit par la prise de mesures s’appliquant à toutes les compétences concernées de la Région bruxelloise : la prévention et la sécurité, le logement, l’emploi et la fonction publique, la mobilité et les travaux publics, la formation, la statistique, l’urbanisme, l’aménagement du territoire et, bien sûr, l’égalité des chances. « J’ai pu compter sur la coopération pleine et entière de mes collègues de gouvernement qui ont chacun, dans leur domaine de compétence, proposé des actions très concrètes. La lutte contre les violences à l’égard des femmes a suscité la mobilisation de l’ensemble du gouvernement bruxellois. Cette approche coordonnée nous permet donc d’appréhender la problématique, pour la première fois à Bruxelles, sous toutes ses formes » précise encore Nawal Ben Hamou.

Un plan évolutif et transparent

Par souci de transparence, chaque mesure du Plan est planifiée, budgétée et prévoit des indicateurs de suivi.

Le Plan dans son ensemble fera également l’objet d’une évaluation à mi-parcours, associant le Conseil bruxellois à l’Egalité entre les femmes et les hommes et chaque ministre exposera son bilan intermédiaire à la Commission Egalité des chances et droits des femmes du Parlement bruxellois. « C’est pour moi un gage essentiel d’efficacité » souligne la secrétaire d’Etat Nawal Ben Hamou, « l’objectif est aussi que ce Plan soit évolutif : cette évaluation à mi-parcours permettra d’affiner certaines mesures ou d’en adopter de nouvelles, si le besoin s’en fait sentir. »

« En quantifiant et en objectivant la violence intrafamiliale, nous sortons cette violence de la sphère privée et en faisons une affaire publique, une affaire de toutes et tous.  L’Observatoire de Bruxelles Prévention et Sécurité a publié une étude importante qui a aussi été évoquée aujourd’hui. Il s’agit d’un outil très précieux pour définir notre future politique. Aujourd’hui, nous nous sommes engagés à travailler ensemble à tous les niveaux pour mobiliser les ressources en faveur d’une société plus juste et plus équitable. » précise le Ministre-Président Rudi Vervoort.

« Redessiner la ville et la rendre accessible à tous les usagers et utilisatrices est un défi important. Nous nous concentrons à la fois sur l’espace public en général et sur les transports publics. Nous voulons accroître à la fois la sécurité et le sentiment de sécurité. Par le biais d’une enquête approfondie sur le problème du harcèlement sexuel dans les transports publics. En faisant du harcèlement sexuel une catégorie distincte d’incident de sécurité, afin que les victimes soient entendues, que les faits soient rapportés plus clairement et qu’il y ait un suivi adéquat. Et en augmentant également le sentiment de sécurité, avec un meilleur éclairage de l’espace public, avec des détecteurs de mouvement et en privilégiant des espaces de métros ouverts plutôt que fermés. »précise Elke Van den Brandt, de la Mobilité, des Travaux publics et de la Sécurité routière.

Pour Sven Gatz , Ministre en charge des Finances, du Budget et de la Fonction publique : « La Fonction publique régionale bruxelloise contribue activement à la prévention des violences faites aux femmes. Talent.brussels propose notamment des mesures concrètes qui font du thème de la prévention des violences faites aux femmes un point important d’attention dans les formations que Talent organise pour les agents dans les administrations et organismes d’intérêt public régionaux. »

« Il est difficile de concilier vie privée et vie professionnelle. Inévitablement, la sphère professionnelle impacte celle du privée, et inversement. Cette réalité vaut aussi malheureusement pour les violences conjugales. C’est pourquoi, je souhaite lutter, en amont, contre les discriminations à l’emploi dont les femmes sont les premières victimes. J’ai développé et renforcé Actiris Inclusive. Ce service accompagne les employeurs bruxellois dans l’élaboration des plans d’actions tendant à intégrer et améliorer structurellement la diversité en entreprise. Ces plans participent à créer une culture durable de la parité. Nous soutenons financièrement la mise en œuvre de ces actions prévues, à hauteur de 50% pour un montant maximum de 10.000€. Développer la diversité en entreprise et systématiser une prise en compte des besoins des femmes, c’est le choix intelligent de ceux qui veulent valoriser tous les talents à la hauteur de leur potentiel », affirme Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois de l’Emploi.

« C’est en étant attentif à la réalité des femmes dans l’espace public dès l’ébauche des projets de réaménagement que nous pourrons améliorer la situation. Nous nous sommes ainsi engagés à mieux prendre en compte les aspects de prévention, de harcèlement et des violences dans l’ensemble des procédures menant à la demande et à la délivrance d’un permis d’urbanisme » conclut le Secrétaire d’Etat en charge de l’Urbanisme Pascal Smet.

La Région bruxelloise soutient Europalia Trains

La Région bruxelloise soutient Europalia Trains

communiqué de presse

10 juillet 2020

Sur proposition du ministre-président Rudi Vervoort et du ministre Sven Gatz, tous deux en charge de la promotion de la Région de Bruxelles-Capitale, le Gouvernement bruxellois a décidé d’octroyer un subside à Europalia pour l’organisation d’une biennale sur les trains. Il s’agit de la première fois qu’Europalia met un thème à l’honneur et non un pays.  Pour Bruxelles il s’agit d’une occasion unique de mettre à l’honneur son passé ferroviaire européen.

Europalia a opté de mettre les trains à l’honneur durant sa biennale 2021-2022, suite au 100ème anniversaire de l’International Union of Railways (UIC), dont l’ensemble des états membres de l’Union européenne sont membres.

La Région bruxelloise a décidé de soutenir cet événement par le biais d’un subside de 350.000 euros.

« Au cours du siècle dernier, les trains ont eu une influence majeure sur l’ouverture des frontières européennes pour les Européens, sur notre façon de voyager, de communiquer et de vivre en Europe », déclare le ministre Sven Gatz. « Aujourd’hui encore, ils sont source d’inspiration pour les artistes, les aventuriers et les doux rêveurs. La capitale européenne a joué ici un rôle central en tant que carrefour des voies ferroviaires. Avec l’exceptionnel musée du train, Train World, situé à Schaerbeek, la région détient sur son territoire un musée thématique unique qui occupera une place centrale dans cette édition d’Europalia. Cet événement s’intègre donc parfaitement dans la promotion de l’image nationale et internationale de la Région de Bruxelles-Capitale ».

Ministre-Président bruxellois Rudi Vervoort: « Après 2019, consacrée à la Roumanie, la biennale culturelle Europalia organise en 2021 une biennale entièrement consacrée aux chemins de fer dans l’art. Je me réjouis de ce choix particulier qui marquera le 175e anniversaire de la liaison Paris-Bruxelles, le 25e anniversaire du service Thalys et le 100e anniversaire de l’Union internationale des Chemins de fer (UIC). Avec ce thème, le public pourra découvrir plusieurs  événements et expositions dans notre Région-Capitale bien sûr mais aussi en Belgique et dans ses pays voisins. Une édition importante pour l’image nationale et internationale de Bruxelles. »

Koen Clement, Directeur Europalia : « La Région bruxelloise  a joué un rôle primordial dans le développement du réseau ferroviaire en Belgique. C’est dès lors avec un réel plaisir que nous anticipons cette collaboration avec la Région de Bruxelles-Capitale qui verra une multitude d’événements artistiques de très haute qualité dans le cadre de Europalia Festival Trains & Tracks sur son territoire. »

Jan Grauls, Commissaire-général Europalia Trains & Tracks: « En 2021, Bruxelles célébrera le train, un ami familier et très bienvenu. »

Depuis les premières années de son existence,  la Belgique a toujours été dans le berceau du trafic ferroviaire. La première ligne européenne de chemin de fer a été inaugurée le 5 mai 1835 entre Bruxelles et Malines.  Le train fut tiré par trois locomotives à vapeur de fabrication anglaise, suivi par des wagons accueillant 900 invités à bord. Il s’agissait du premier train sur le continent européen.

En 2021, cela fera également 175 ans que la première ligne ferroviaire entre deux capitales, Bruxelles et Paris a été inaugurée sur le continent européen. Et en 2021, nous célèbrerons le dixième anniversaire du livre blanc de la Commission européen pour un espace européen unique des transports.

Aujourd’hui, des millions de personnes à travers l’Europe utilisent quotidiennement le train pour se rendre au travail ou pour voyager dans d’autres pays. Bien avant que la libre circulation des personnes et des biens en Europe dispose d’un cadre politique grâce à l’Union européenne, le train était déjà un moyen par excellence pour apporter cet idéal dans la pratique. Aujourd’hui, la mobilité ethnique occupe une place centrale dans le débat public. Et dans la discussion concernant le  meilleur mode de déplacement du futur, le train compte encore d’excellents atouts.

Le Gouvernement bruxellois adopte le PAD « Usquare » – anciennes casernes d’Ixelles en deuxième lecture

Le Gouvernement bruxellois adopte le PAD « Usquare » – anciennes casernes d’Ixelles en deuxième lecture

communiqué de presse

9 juillet 2020

A l’initiative du Ministre-Président Rudi Vervoort, le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale a adopté, en deuxième lecture, le Plan d’Aménagement directeur « Usquare » (le site des anciennes casernes d’Ixelles). À l’issue de l’enquête publique organisée en 2018, plusieurs avis ont été recueillis. Les institutions et les communes impliquées ont eu l’occasion de transmettre leurs propositions concernant l’utilisation du site. Des ajustements ont été apportés et le plan est à présent soumis à l’avis de la section de législation du Conseil d’État.

Suite au déménagement programmé de la police fédérale, les Casernes d’Ixelles se sont progressivement libérées. Le site, d’une surface d’environ 44.000 m², a été acquis par la Région de Bruxelles-Capitale en 2018. Proche des campus universitaires de l’Université libre de Bruxelles (ULB) et de la Vrije Universiteit Brussel (VUB), au carrefour de lignes importantes de transports en commun, Usquare possède un fort potentiel de reconversion permettant notamment l’aménagement d’un futur quartier ouvert, mixte, universitaire et international.

Par ailleurs, le site prévoira environ 600 kots étudiants à des loyers socialement abordables ainsi que 20.000 m² de logements familiaux à 100% publics. Pas moins de 70% des logements seront des logements sociaux, alors que 30% seront des logements moyens. Ainsi, la Région poursuit son ambition de créer des logements sociaux sur les terrains dont elle est propriétaire.

« Le projet des casernes bénéficiera à l’ensemble de la Région de Bruxelles-Capitale. Une des ambitions de Usquare est de devenir un hub international destiné à accueillir tant des étudiants que des chercheurs internationaux. Ce projet permettra de créer un réseau international de contacts universitaires et professionnels, visant à mettre en avant la vocation de Bruxelles comme ville étudiante. De plus, on y créera de nombreux logements pour les étudiants et les familles, » précise le Ministre-Président Rudi Vervoort.

Durant la phase préparatoire, le site est utilisé pour le développement de projets à caractère temporaire. C’est un lieu où des jeunes et des organisations partagent des initiatives et où il est possible d’expérimenter. En plus, le Kinograph, premier pop-up cinéma de Bruxelles, s’est installé dans les anciennes casernes d’Ixelles. L’occupation temporaire de la caserne doit à la fois animer le site Usquare.brussels et l’ouvrir sur l’extérieur.

Jusqu’à 1.500 € pour chaque intermittent du secteur de la culture en Région bruxelloise

Jusqu’à 1.500 € pour chaque intermittent du secteur de la culture en Région bruxelloise

communiqué de presse

9 juillet 2020

Le secteur culturel et ses travailleurs ont subi et subissent encore les effets de la crise. Afin de soutenir les travailleurs intermittents du secteur, le gouvernement bruxellois a dégagé une enveloppe de 5 millions d’euros pour permettre l’octroi d’une prime exceptionnelle à chaque intermittent du secteur de la culture.

Alors que le fédéral devrait voter aujourd’hui une proposition de loi pour soutenir les travailleurs du secteur culturel, la Région bruxelloise avance plus rapidement sur ce dossier. Le gouvernement bruxellois vient d’adopter en première lecture un arrêté prévoyant l’octroi d’une aide exceptionnelle unique et individuelle pour les travailleurs intermittents de la culture.

Les Ministres bruxellois avaient déjà acté la décision d’octroyer cette aide aux professionnels du secteur de la culture en mai dernier. Il ne restait plus qu’à en concrétiser ses modalités d’octroi en concertation avec les interlocuteurs sociaux.

Car, en raison du confinement, de nombreux travailleurs intermittents du secteur de la culture risquent de sombrer dans la pauvreté. En effet, les activités culturelles et récréatives ayant été interdites, ces travailleurs n’ont pu exercer aucune prestation.

«  La prime s’annonce comme une bouffée d’air pour des milliers de travailleurs du secteur qui n’ont pu bénéficier d’aucune aide ces derniers mois. Car le secteur culturel est un vecteur d’emplois important en Région bruxelloise, on y compte pas moins de 45.000 emplois directs et indirects. Ces milliers d’intermittents ne doivent pas être les oubliés de la crise. Si le fédéral trainasse, Bruxelles avance et débloque un montant important, 5 millions d’euros », explique Bernard Clerfayt, Ministre bruxellois de l’Emploi

En pratique, chaque intermittent bruxellois du secteur de la culture pourra bénéficier d’une aide exceptionnelle de maximum :

–             1.500 € pour le travailleur qui a perçu entre le 13 mars 2020 et le 31 mai 2020 des revenus s’élevant à moins de 775 euros ;

–             1.000 euros pour le travailleur qui a perçu durant cette même période des revenus s’élevant à moins de 1.550 euros ;

–             500 euros pour le travailleur qui aurait perçu durant cette même période des revenus s’élevant à moins de 3.100 euros ;

La demande devra se faire en ligne sur le site d’actiris, www.actiris.brussels, à la fin du mois juillet et jusqu’au 16 août.

« Bruxelles est une région dynamique et foisonnante en terme culturel et créatif. Le secteur de la Culture est un vecteur d’emploi qui nourrit aussi notre économie. Sans oublier ce qu’il représente en terme d’attractivité nationale et internationale. Pourtant, artistes, techniciens, auteurs, plasticiens ont soufferts durement de cette crise. A l’heure où le Fédéral traine à trouver une réponse pour les travailleurs intermittents de la Culture, la Région de Bruxelles-Capitale, n’hésite pas. Le gouvernement prend ses responsabilités avec l’octroi de cette aide exceptionnelle », déclare Rudi Vervoort, le Ministre-Président bruxellois.

« Avec cette prime unique, nous répondons au  besoin de nombreux acteurs culturels bruxellois qui jusqu’à présent ont été oublié des mesures de soutien pour alléger les conséquences de la crise sanitaire liée au coronavirus. Il s’agit des artistes freelances et individuels occasionnels, des musiciens, des chanteurs mais également des remplaçants dans le secteur culturel qui ne sont pas liés à une organisation ou institution et qui ont subi au cours des derniers mois d’importantes pertes de revenus, confirmés comme tels par les comités paritaires des acteurs culturels. Ils représentent une partie essentielle de notre délicieuse mayonnaise culturelle bruxelloise », détaille Sven Gatz, Ministre bruxellois du Budget. 

« Après une crise profonde, le secteur de la culture peut faire appel à une mesure qui est là pour tout le monde, aussi bien les travailleurs temporaires que les salariés et les indépendants. À cause de la bureaucratie ou des statuts, tout le monde n’a pas pu utiliser les primes précédentes. C’est pourquoi nous voulons maintenant aider un large public, en mettant l’accent sur la créativité, quels que soient le statut ou la langue. Cette prime aux organisations ne constitue qu’une partie de l’ensemble des mesures de soutien que nous offrons, la priorité étant accordée aux organisations et aux travailleurs culturels qui se trouvent dans les situations les plus précaires. Ils peuvent également compter sur notre soutien à long terme. Nous voulons faire en sorte que le secteur de la culture puisse se remettre au travail et s’épanouir comme jamais auparavant », confirme Pascal Smet, secrétaire d’État aux relations européennes et internationales et Membre du Collège de la VGC chargé de la Culture.

Le Gouvernement bruxellois présente son plan de relance et de redéploiement pour faire face à la crise Covid-19

Le Gouvernement bruxellois présente son plan de relance et de redéploiement pour faire face à la crise Covid-19

communiqué de presse

7 juillet 2020

Le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale a présenté aujourd’hui son plan de relance et de redéploiement pour faire face à la pandémie du Covid-19 qui a profondément bouleversé la société et la vie des Bruxellois-es, le système socio-sanitaire et l’économie.

Coordonné par le cabinet du Ministre-Président Rudi Vervoort, un comité de pilotage réunissant l’ensemble des cabinets ministériels y travaille depuis plusieurs semaines. Ce plan devrait permettre la mise en œuvre d’un redémarrage progressif et sûr de toutes les activités à, court, moyen et long terme. Il est basé sur un diagnostic socio-économique, territorial et écologique complet de la situation en Région bruxelloise pendant et après la crise du Covid-19 et il a pour but de  répondre aux questions suivantes :

  • Comment la Région de Bruxelles-Capitale peut-elle poursuivre ses engagements en termes de transition économique, sociale et écologique ?
  • Comment et selon quel modèle peut-on garantir le fonctionnement optimal du système social et de santé ?
  • Comment reconfigurer l’aménagement du territoire de la région urbaine en tenant compte des différentes fonctions de la ville telles que la mobilité, le logement, les équipements, les activités économiques, les espaces verts et les loisirs ?

Afin de répondre aux défis mentionnés ci-dessus, le Gouvernement bruxellois a pris des mesures en quatre phases dont la première est déjà en cours. Près de 500 millions d’euros ont en effet été alloués à des mesures d’aide urgentes en soutien direct aux personnes et entreprises durement touchées par la crise.

La deuxième phase vient d’être approuvée par le Gouvernement et concerne des mesures à court terme ayant un impact direct sur les personnes et les entreprises qui ont besoin d’un soutien des pouvoirs publics, ainsi que des mesures urgentes pour améliorer le cadre de vie des Bruxellois-es pendant l’été.

Enfin, les deux dernières phases, encore à l’étude, comprendront des mesures pertinentes soutenant le pouvoir d’achat et l’activité des secteurs publics et privés en visant la préservation de l’emploi des Bruxellois-es mais aussi des mesures de redéploiement visant à repenser les modèles de développement urbain, de production, de consommation et de solidarité pour les rendre plus résilients. Ces mesures de relance et de redéploiement seront encore affinées suite à la concertation avec – entre autres – les partenaires sociaux. Elles feront partie, le cas échéant avec d’autres mesures, du plan qui sera présenté début octobre en même temps que l’ajustement budgétaire.

A travers ce plan, le Gouvernement bruxellois entend conforter l’ambition forte d’une stratégie de résilience urbaine et de transition économique qu’il porte déjà dans sa Déclaration de Politique Générale 2019-2024.  Par ailleurs, afin d’assurer la cohérence de l’action gouvernementale, le plan a été intégré dans les outils planologiques stratégiques existants, en particulier la Stratégie GO4Brussels 2030, le Plan Régional de Développement Durable (PRDD), le plan Good Move et le plan Air-Climat-Énergie. 

Enfin, l’Union européenne ayant également pris une série de mesures en réponse à la pandémie de Covid-19, un plan de relance et une nouvelle proposition de cadre financier de l’UE sont attendus. Le Gouvernement bruxellois veillera à ce que son plan s’inscrive dans les initiatives européennes (dont Next Generation EU, le Green Deal…) visant à soutenir les Etats membres. Il veillera également à une complémentarité maximale entre les niveaux fédéral, régional et local.

Avec ce plan, nous préparons une première réponse aux nombreux défis qui attendent Bruxelles et ses habitants. L’impératif majeur est évidemment social, ce sont les ménages aux plus bas revenus qui sont les principales victimes de la crise. Mais nous allons plus loin en soutenant les secteurs économiques les plus touchés comme le tourisme. Les mesures devront aussi préparer la Région à d’éventuelles nouvelles crises et nous permettre de nous adapter aux changements de comportements et donc renforcer notre résilience. Le travail n’est pas terminé. Nous restons attentifs à l’évolution sanitaire, sociale et économique et nous entamons également aujourd’hui une phase de concertation pour nourrir nos réflexions.” déclare Rudi Vervoort, le Ministre-Président bruxellois.

« Cette crise nous a fait ressentir, une fois de plus, l’importance d’un espace public de qualité. Nous avons donné plus de place aux Bruxellois et ils ont pu expérimenter à quel point Bruxelles peut être encore davantage une ville à taille humaine. Les gens ont découvert ou redécouvert le vélo, et on pu ressentir comme il peut être sûr et agréable de se déplacer en ville. Cet été, nous voulons leur permettre de profiter encore un peu plus de l’espace public avec les projets « Bruxelles en Vacances ». Le plan de relance veut rendre pérenne cette philosophie de la circulation active et intègre des mesures qui stimulent la marche et le vélo : de meilleurs infrastructures piétonnes et cyclistes, un soutien d’initiatives urbaines pour et par les Bruxellois et un investissement dans le stationnement et le leasing vélo. » ajoute la Ministre de la mobilité, des travaux publics et de la sécurité routière Elke Van Den Brandt.

Pour Alain Maron, Ministre de la Transition climatique, de l’Environnement, de l’Energie: « La crise du coronavirus a démontré à quel point il était urgent de mieux préparer la ville afin qu’elle puisse protéger l’ensemble de sa population. Protéger, mais également permettre à chacune et chacun d’y trouver sa place. En plaçant la transition écologique au cœur de son plan de relance et de redéploiement, le Gouvernement opte résolument pour une région dont le développement répond aux enjeux climatiques, de santé et de qualité de vie, quel que soit le quartier où chacun habite.  Et en faisant de la solidarité, notamment envers les personnes âgées et les personnes les plus précarisées, la première condition de la relance, il réaffirme que sans transition solidaire, il n’y a pas de transition tout court ».

« Je suis ravi que nous soyons parvenus à gérer les moyens de manière intelligente via un plan de relance équilibré. Sur le plan économique, nous avons pris les mesures adéquates, par exemple en soutenant de manière efficace le secteur hôtelier et touristique en souffrance et relancer ainsi ce moteur pour l’ensemble de la région. Les personnes les plus précarisées peuvent également compter sur un coup de pouce. Une allocation supplémentaire sera octroyée dans les allocations familiales pour les plus faibles revenus » selon Sven Gatz, Ministre du Budget et des Finances.

« La crise économique qui s’annonce devrait mettre un terme à des années de baisse successive du chômage bruxellois. En fonction des scénarii, jusqu’à 30.000 nouveaux chercheurs d’emploi pourraient s’inscrire chez Actiris. L’enjeu qui s’annonce est de taille et il faudra le plus rapidement possible remettre ces personnes à l’emploi. Comment ? En augmentant la qualité de l’accompagnement dispensé par Actiris. En leur dédiant des mesures d’aide à l’emploi spécifiques. Mais aussi en renforçant l’offre de formation, principalement dans les secteurs porteurs d’emplois durables et de qualité. Car ces nouveaux chercheurs d’emploi sont, par définition, proches de l’emploi. Suivre une formation sera la possibilité d’ajouter une corde supplémentaire à leur arc pour retrouver le chemin du travail. Plus que jamais, l’enjeu sera d’augmenter le taux d’emploi des Bruxellois.» déclare Bernard Clerfayt, Ministre de l’Emploi, de la Formation professionnelle et de la Transition numérique.

Pour la Secrétaire d’État au Logement et à l’Égalité des chances Nawal Ben Hamou : «Depuis le début de la crise, ma priorité a été de protéger les Bruxellois les plus vulnérables. Aujourd’hui, ce sont encore les premiers à subir le plus durement, c’est certain, les effets négatifs de la pandémie du Covid-19. Les politiques de relance et de redéploiement qui seront menées en matière de Logement, Egalité des chances ou de Cohésion sociale se concentrent donc en priorité sur ces personnes les plus durement touchées par la crise : les familles en attente d’un logement social, les familles monoparentales et les jeunes en difficulté scolaire.»

« Ce plan de relance vient consolider et renforcer l’ensemble des mesures économiques et sociales d’urgence que le Gouvernement a prises au cours de ces derniers mois pour soutenir l’économie bruxelloise. C’est notamment le sens de la mesure qui vise à créer des liquidités pour les entreprises locataires en agissant sur les loyers commerciaux. Mais, surtout, ce plan ancre la Région dans la transition économique en pariant sur des mesures environnementales et solidaires. Relocalisation de la production, mobilisation de l’épargne citoyenne, rénovation du bâti, développement d’espaces verts… c’est le pari d’une économie au service de l’humain et de la qualité de vie », a commenté Barbara Trachte, Secrétaire d’Etat à la Transition économique.

Pour Pascal Smet, Secrétaire d’État en charge de l’Urbanisme et du Patrimoine, du Commerce extérieur: « Relancer l’économie, c’est aussi améliorer les procédures urbanistiques. Notre priorité est d’accélérer la digitalisation pour les demandes de permis d’urbanisme. Une première version du portail sera mise en ligne, avec comme objectif de digitaliser les demandes traitées par Urban.brussels. Une plateforme digitale pour les renseignements urbanistique sera créée afin d’en accélérer la délivrance par les communes. Végétaliser l’espace public, créer des espaces de respiration, c’est une priorité pour ce Gouvernement. En se dotant des moyens pour faire une offre de rachat du site Wiels et en acquérant un espace vert Quai des Matériaux, nous le démontrons, par des actes concrets. La relance passera aussi par la capacité de nos entreprises à exporter. Nous allons vendre Bruxelles, et aider les Bruxellois à vendre. Car la consommation intérieure ne suffira pas pour relancer l’économie bruxelloise. Nous allons donc renforcer les accompagnements individuels, tant des entreprises bruxelloises que des investisseurs étrangers par hub.brussels. Un focus particulier sera mis en place envers les « néo exportateurs”. Mais nous devons aussi continuer à attirer des investisseurs étrangers.  Nous leur fournirons un accompagnement sur mesure, de la préconception à l’installation de leur projet à Bruxelles.

Télécharger le dossier de presse.