La Région Bruxelloise décide de nouvelles mesures pour le secteur du social et de la santé

communiqué de presse

28 avril 2020

Le Gouvernement bruxellois, à l’initiative du Ministre de l’Action Sociale et de la Santé Alain Maron et du Ministre-Président Rudi Vervoort, a dégagé 22,5 millions d’euros supplémentaires afin de soutenir des mesures complémentaires de crise dans les secteurs du social et de la santé.

Parmi celles-ci :

  1. Accompagnement du déconfinement

Dans le cadre de la stratégie de sortie de crise, la Région bruxelloise a mis en place une série de mesures afin de s’inscrire dans la stratégie de contact tracing coordonnée au niveau fédéral :

·         Mise en œuvre du contact tracing (10 millions d’euros)

Spécifiquement lié au déconfinement dès que sa mise en œuvre sera effective, le contact tracing via call center permettra, dès qu’un médecin aura constaté un cas Covid-19, d’établir la liste des contacts que cette personne a eus dans les deux semaines précédentes. Ces contacts seront à leur tour avertis par téléphone. Ils devront s’adresser à leur médecin de famille s’ils présentent des symptômes, en vue d’être testés. Cette mesure durera au minimum un an mais devra avoir une ampleur modulable en fonction de l’évolution de l’épidémie. Un premier scénario basé sur 1.000 nouveaux cas par jour en Belgique estime les besoins en personnel à 340 personnes pour la Région bruxelloise, dont 220 techniciens de call center et 70 agents de santé de terrain et experts de santé (différents profils). Les entités fédérées travailleront sur base d’une plate-forme commune et d’une base de données commune pour une question d’interopérabilité. Les modalités précises de la mise en œuvre du tracing sont en cours de discussion avec les autres entités.

·         Création de structures de mise en quarantaine (2,5 millions d’euros)

Dans le cadre de la limitation de la propagation du virus, la recommandation qui prime est de rester isolé à la maison en cas d’infection. Dans certains cas pourtant, cela ne peut être appliqué. En effet, il arrive que la personne n’ait pas de domicile, ou qu’elle habite avec une ou des personnes à risque qui s’exposeraient à une forme grave de la maladie si elles étaient infectées (malades cardiaques, patients diabétiques, immunodéprimés, personne âgée). Depuis le début de la crise, les hôtels ou auberges de jeunesse se sont révélés être des solutions opérationnelles permettant une mise en quarantaine. Le Gouvernement bruxellois a également prévu un budget pour disposer de chambres dans ce cadre.

  • Commande centralisées de masques en tissu pour les citoyens bruxellois

Suite à la décision du Gouvernement bruxellois jeudi dernier concernant la commande centralisée de masques pour les citoyens et suite à la décision du Conseil national de sécurité de recommander le port du masque et de l’obliger dans les transports en commun, le Ministre-Président Vervoort a chargé Bruxelles Prévention et Sécurité d’effectuer une commande pour équiper l’ensemble des Bruxelloises et Bruxellois d’au moins un masque en tissu (filtre compris).

2.       Investissement supplémentaire dans les matériels de protection pour les secteurs de première ligne (8 millions d’euros/2 mois)

Ce montant doit permettre de subvenir, durant deux mois, aux besoins matériels à savoir masques chirurgicaux, masques FFP2, blouses, visières, gants, charlottes et surchaussures pour l’ensemble des secteurs de première ligne, hors hôpitaux. Les distributions se poursuivent de façon régulière dans chacun des secteurs. 

3.      Soutien au secteur de l’Aide alimentaire (480.000 €)

La perte de revenu qui frappe actuellement une partie de la population a créé de nouvelles situations d’urgences humanitaires. Les demandes d’aide alimentaire sont croissantes alors même qu’une partie du secteur de l’aide alimentaire n’est plus opérationnelle (30% des services ont dû fermer) ou fonctionne au ralenti. Par ailleurs, la crise a fait émerger des demandes d’un public nouveau, non bénéficiaire de l’aide alimentaire en temps normal. Ce dernier se déplace en masse vers les points de distribution. Les acteurs doivent donc gérer des demandes croissantes et des engorgements aux points de distribution, certains territoires restant non couverts par l’aide. Pour pallier ces deux difficultés, il va être procédé au:

  • Renforcement de la coordination « aide alimentaire » de la Fédération des Services Sociaux (59.800€) ;
  • Soutien au projet DREAM du CPAS de la Ville de Bruxelles (projet d’insertion socio-professionnelle de récupération et de distribution des invendus de fruits et légumes du marché matinal de Bruxelles) (220.000 €) ;
  • Développement de projets concrets sur le terrain en articulation avec les services du secteur de l’aide alimentaire, les communes et les CPAS (200.000€).

    4. Lutte contre l’isolement et soutien aux personnes en situation d’urgence sociale

·         Création d’une ligne d’appel pour seniors en MR-MRS et seniors isolés

Création d’une ligne téléphonique qui va permettre d’offrir un soutien psychologique aux résidents des maisons de repos de la Région bruxelloise en cette période de confinement et d’isolement ayant des conséquences parfois dramatiques sur le sentiment d’isolement psychique.

·         Prolongation de la mise à disposition du numéro d’urgence sociale (133 000€/9 mois)

Cette nouvelle ligne d’urgence sociale (0800/35.243) a été ouverte dès le début de la mise en place des mesures d’urgence. Ce service est destiné aux personnes en difficulté qui ne peuvent trouver de réponses à leurs problèmes urgents parce que les services auxquels elles s’adressent habituellement sont fermés ou parce que c’est la première fois qu’elles se posent des questions liées à leur situation sociale précaire.

  • Création d’une équipe mobile renforçant les dispositifs relatifs aux assuétudes (415.300€/8mois)

La situation sanitaire et sociale des usagers de drogue les plus précaires se dégrade depuis la crise du Coronavirus en raison de la réduction de l’activité de nombreux services. Des initiatives ont été prises, mais la situation de nombreux patients inquiète le secteur. Une équipe mobile a donc été créée afin de renforcer les maraudes et de renouer le lien avec les patients avec lesquels les liens thérapeutiques ont été fragilisés.

Enfin, un protocole d’accord a été conclu entre la Commission communautaire commune, l’asbl New Samusocial et le Parlement européen pour la période du 27 avril au 31 juillet 2020. Le Parlement européen a en effet proposé des mesures concrètes de solidarité aux citoyens de ses villes hôtes dont Bruxelles fait partie. Parmi celles-ci :

  • La mise à disposition gratuite d’une partie du bâtiment Helmut Kohl (Square Meeus à Bruxelles) afin de répondre aux besoins de logement des femmes sans abri, en situation de vulnérabilité aggravée suite à l’épidémie de COVID-19;
  • La mise à disposition gratuite de 20 voitures particulières avec chauffeur pour le transport exclusif du personnel médical dans le cadre de ses déplacements professionnels et dans les limites de la Région de Bruxelles-Capitale.