Modernisation des funérailles et sépultures en Région bruxelloise

communiqué de presse

9 novembre 2018

Ce vendredi 9 novembre 2018, à l’initiative du Ministre-Président Rudi Vervoort, le Parlement bruxellois a voté un projet d’ordonnance visant à moderniser la matière relative aux funérailles et sépultures.
 
« Cette ordonnance, qui fait l’objet d’un très large consensus au sein de l’assemblée, innove sur plusieurs points, en vue de répondre aux attentes légitimes de la population bruxelloise qui, de plus en plus, délaisse l’inhumation au profit de la crémation, s’intéresse à de nouveaux modes de funérailles, et porte un intérêt grandissant aux types de sépulture situés dans des endroits plus proches de la nature que les cimetières traditionnels » explique Rudi Vervoort.
 
Ainsi, les avancées suivantes sont acquises :
 
1. Tous les cimetières devront être dotés d’une parcelle multiconfessionnelle permettant le respect des rites funéraires des convictions religieuses et philosophiques reconnues.
 
La généralisation de telles parcelles est rendue nécessaire au vu du fait que les enfants des immigrés de 1ère génération souhaitent, davantage que leurs parents, pouvoir être enterrés dans le pays où ils ont vu le jour et dont ils sont des citoyens à part entière.
Ces parcelles devront être intégrées dans le cimetière sans qu’une séparation physique puisse exister entre celles-ci et le reste du cimetière.
 
2. La création de salles dédiées à la tenue de cérémonies funéraires neutres est favorisée.
 
3. Le Gouvernement pourra autoriser de nouveaux modes de sépulture. On pense ici à l’ « humusation » et l’ « aquamation ».
 
– L’humusation est un processus contrôlé de transformation des corps par les micro-organismes dans un compost végétal, qui transforme les dépouilles mortelles en humus.
 
– L’aquamation est un processus (déjà permis au Canada) de « crémation par l’eau », par lequel le processus de décomposition des dépouilles mortelles est accéléré en plaçant celles-ci dans de l’eau chauffée à 96 °C à laquelle du sodium et du potassium sont ajoutés.
 
Ces nouveaux modes de sépultures, plus écologiques et économiques, doivent encore faire l’objet d’études techniques, mais l’ordonnance ouvre la porte à leur mise en œuvre.
 
Le Ministre-Président Rudi Vervoort précise : « J’ai personnellement écrit à ce sujet aux Ministres flamands et wallons compétents afin de proposer des collaborations inter-régionales sur toutes les questions techniques et juridiques entourant ces nouveaux procédés. »
 
4. L’inhumation des dépouilles mortelles dans une autre enveloppe d’ensevelissement que les traditionnels cercueils en bois est permise. On pense ici au linceul ou aux cercueils en carton.
 
Il s’agit de permettre des funérailles plus respectueuses des souhaits profonds de la population, plus économiques et plus écologiques.
 
5. Les communes pourront délimiter des zones, autres que le cimetière, où les cendres des corps incinérés peuvent être dispersées, et ce dans un souci de proximité avec la nature.
 
Plus d’info ?
Lidia GERVASI Porte-parole (FR)
Jo DE WITTE Porte-parole (NL)